You are currently browsing the monthly archive for janvier 2011.

Rythme plus tranquille et absence de connexion Internet sur mon lieu d’hébergement à Alexandrie ont fait que je ne publie que maintenant ce post. Cela va sans dire que les billets seront publiés au gré des vents suivant le temps nécessaire pour les faire, trier les photos, et la présence d’une connexion Internet 🙂

Vu que je vais bientôt attaquer le désert, il ne faudra pas s’attendre à un nouveau post avant une semaine environ.

Le Caire (2)

J’ai continué mes promenades dans le centre du Caire, un peu forcé par les démarches administratives pour mon extension de visa (qui fera l’objet d’une mise à jour de mon poste administratif/pratique).

Tour du Caire

Al-AZhar mosque

Alexandrie

C’est en train que je rejoins Alexandrie et ma première expérience de CouchSurfing. Tout s’est très bien passé (Thanks a lot Sherif !). Au programme, les classiques lieux touristiques (seul ou à deux), le bord de mer (plus de 2h de marche entre la Citadelle de Quatbay et au-delà du Stanly bridge) et de nombreuses soirées au café avec les amis de mon hôte.

Alexandrie a un beau bord de mer mais avec une forte dissymétrie entre le côté plus populaire qui est jonché d’ordures et le côté beaucoup plus propre des hôtels de luxe.
La mer (et sans doute le surplus de vent) rend cette ville beaucoup moins « sale » que Le Caire (en tout cas le vieux Caire). Même si peu d’immeubles sont complètement blanc, peu sont complètement noir/marron comme au Caire. On a aussi l’impression que les gens sont un peu plus respectueux du code de la route et des agents des forces de l’ordre.

Bibliotheca Alexandrina (renouveau moderne de celle de l’Antiquité)

St Marc church

la corniche et le port d’Alexandrie

Montaza royal gardens

Citadel of QaitBay

et quelques photos de nuits

Retour au Caire

Initialement, j’espérais passer à travers les manifestations du 25 janvier en prenant le train Alexandrie – Le Caire, et enchaîner avec le bus Le Caire – oasis de Baharya. Malheureusement, sans possibilité de réserver en ligne, je me suis heurté à un bus plein ce mardi soir. Au final, une journée au Caire, ce qui me permet de trier mes photos et de m’occuper de mon blog 🙂

J’en ai aussi profité pour prendre quelques photos de nuit depuis le parc Al-AZhar, tout près de mon hôtel.

Prochaine étape, l’oasis de Baharya et le désert avant d’atteindre Louxor

Finalement, Je suis rentré plus rapidement dans mon séjour avec mes rencontres avec des français. J’ai cependant gardé mon dimanche tranquille pour trier mes photos, faire quelques posts blog déjà en retard et penser à la suite. La logique tranquille du tour du monde reprend corps.

[NDLR: message plus à la famille] J’aborde ce voyage sans contrainte. Bien sûr, je l’ai planifié sur 2 ans (+1 pour le Canada) mais c’est avant tout mon état d’esprit qui me dictera d’aller plus loin ou moins loin.
A mon avis, le déroulement du séjour en Inde sera déterminant pour me dire est-ce que je suis suffisamment « routard » pour continuer mon voyage. Si je le passe, je continuerais sereinement l’Asie et le Pacifique.
En Amérique, il sera plus logiquement question de budget, de nostalgie que ce soit du pays, mais aussi de la famille, des amis et toujours d’état d’esprit, de désir de continuer. C’est comme ça que je déterminerai s’il faut poursuivre, ralentir ou accélérer, voir s’arrêter ou pourquoi pas faire une pause pour rentrer au pays (même si évidemment ce n’est pas anodin financièrement).

Quelque soit la durée finale de mon voyage, je pense qu’il sera l’occasion d’un apprentissage fructueux du monde, que ce soit de ses cultures et de ses peuples, et aussi, évidemment, un apprentissage de soi.

[Avertissement: les informations ci-dessous peuvent évoluer dans le temps]

Arrivée à l’aéroport

L’arrivée en Egypte est sans difficulté. Au débarquement de l’avion, on trouve des Guichets Automatiques Bancaires (GAB ou ATM en anglais) avant ou après le contrôle des VISA. Un formulaire est fourni dans l’avion mais les 2 photos indiquées par le ministère des affaires étrangères ne semblent plus nécessaire.

Petite « originalité », ce sont des guichets bancaires qui, en plus de faire de la conversion de devises, vont permettre d’acheter le timbre du VISA qui sera cacheté 10 mètres plus loin. Ce visa est valable 1 mois. Il faudra passer au bureau de l’immigration pour le prolonger.

Si votre hôtel vous a mis à disposition un taxi, faites attention à fixer un lieu de rv et à prévoir un téléphone avec le numéro d’hôtel. Les conducteurs avec ou sans pancarte s’étalent du débarquement de l’avion au hall d’arrivée après récupération des bagages et on peut facilement les rater.

Si vous souhaitez une carte SIM locale, seule Vodafone semble avoir une boutique dans l’aéroport, 15EGP la carte + crédit de 10 à 100EGP, avec Internet théoriquement. Un Euro vaut environ 7,5 EGP.

Pratique

En terme pratique, il est facile de trouver des échoppes pour déjeuner dans la rue. par contre, il est mieux d’avoir des mouchoirs dans la poche car la serviette est rarement fournie.

En terme de prix, on peut acheter, toujours dans la rue un thé à 2-3 EGP, une bouteille d’eau d’1L ou un, voir plusieurs, sandwich au même prix, en général un repas « complet » / un assortiment de sandwich / une pizza revient à 10-15 EGP. Le métro est à 1 EGP le trajet. Comme beaucoup de pays, il faudra apprendre à négocier.

Concernant les musées/citadelles, le prix est en général autour de 50 EGP, moitié prix pour les étudiants. Il y a cependant des extras suivant les lieux (surtout les plus touristiques). A noter, tous ces sites sont contrôlés au même titre que les mosquées et il faudra donc passer agents de sécurité et portique pour rentrer. Le niveau de contrôle est malgré tout assez relatif. (une fois, on m’a demandé de laisser mon petit tripod à la conciergerie …)

Et si vous êtes sensibles au bruit, prévoyez des boules quies pour la nuit parce que la ville est très bruyante, sans même compter les prières du matin diffusées par mégaphone (5h … un réveil géant) et les 4 autres en cours de journée

Climat

Janvier au Caire, il fait froid. C’est pas Paris à la même saison, mais bon. Il n’y a vraiment que les après-midi qu’on se sent confortable. J’ai eu aussi droit à de la pluie, dont une conséquente …

L’avantage, c’est qu’il y a moins de monde et que la pollution est moins étouffante. Le Caire est vraiment une ville très polluée. Je n’ose imaginer comment ça se passe en été entre la chaleur et la pollution.

Langue

Pour terminer, quelques phrases types

Salam Alekoum: bonjour

Shoukran: merci

Tsafi: ca suffit, terminé (pour les vendeurs de toute sorte … 🙂

Bikem: combien (ca coûte) ?

sinon, voir: http://www.linguanaut.com/english_arabic.htm

Sites à consulter

wikipédia, wikitravel, wiki couchsurfing

 

[UPDATE 2011/02/26]

Visa

Pour mon extension de visa (passer d’un séjour d’1 mois à 6 mois), j’ai effectué plusieurs démarches au ministère de l’intérieur égyptien, immeuble El Mogammal (immeuble incendié pendant les manifestations de janvier 2011). En tout cas, avant de brûler, ca aurait pu rappeller ce que devait être l’administration française dans les années soixantes: amas de paperasses partout, très peu d’ordinateurs, peu d’affichage en anglais, des rebonds entre guichets, etc.

D’après Wikitravel, j’aurais peut-être mieux fait de faire çà à Luxor (plus simple). A voir, comment ca évolue dans le futur.

Urbanisme

Comme en Thaïlande, beaucoup d’immeubles pas terminées et dont les pieux de béton et métal embrassent le soleil.

Autre point, un français travaillant dans le tourisme me disait que souvent, ici, les immeubles étaient vendu sans que le second œuvre soit fait ou partiellement. par exemple, avoir un appart habitable mais les parties communes encore à nu (béton).
Dans le quartier islamique du Caire, je me suis fait un parallèle avec Bangkok concernant l’amas de petites échoppes et de marchands ambulants qu’on peut trouver quasi-partout, et notamment sous la voie rapide (sous le métro aérien pour Bangkok)

Transports

Circulation

La circulation au Caire est comme beaucoup d’autres pays en développement, totalement incompréhensible du point de vue occidentale: non-respect quasi totale d’un semblant de code de la route, klaxons permanent, voitures « réparées » datant de 10/20/30 ans (si c’est pas plus), conduite de nuit souvent sans phares et alors que la moitié des lampadaires ne marchent pas.
Résultat: les piétons traversent aussi n’importe comment (ou sinon, ils restent chez eux)
On voit aussi beaucoup de vieilles voitures, voir quelques épaves roulantes.

Trains

La gare du Caire est actuellement en travaux, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. cela n’empêche pas la circulation des trains même si on passe de temps en temps à 10cm d’un échafaudage brinquebalant.
Concernant les trains et même s’ils ont certainement leur age, l’intérieur est tout a fait confortable, au moins pour les trains express: sièges rembourrés, espace pour les jambes (plus qu’un TGV français et presqu’autant que le shinkansen japonais), écran tv (ko, faut pas rêver quand même), climatisé (normalement; l’été seulement je suppose). Par contre, les annonces audio sont quasi-inaudibles.

Bus et mini-bus

A Alexandrie. j’ai eu l’occasion de les utiliser avec un égyptien. Après avoir fait signe au conducteur, ce dernier se rabat vers vous et vous pouvez lui demander s’il va bien dans votre direction. si oui, on monte. prix de la course, moins d’un pound par personne.
Par contre, je pense qu’il vaut mieux les éviter au Caire car ils sont le plus souvent bondés …

L’arrivée au Caire s’est bien déroulée. Dès le soir, discussion avec d’autres voyageurs dans le salon de l’hôtel où il se révèle que la majorité des clients de la semaine sont français. Bonjour le dépaysement 😉

L’avantage, c’est que ça m’a simplifié l’organisation des premiers jours en me permettant de me regrouper avec d’autres voyageurs pour découvrir la ville (Merci Dominique, Stéphane, Nadine et Icham !) et aussi partager certains coûts (comme les éventuels taxis)

Au programme, plusieurs balades avec au programme

* la mosquée Al Hussein et son mausolée (qui ne contient pas forcément sa dépouille)

Mosquée Al Hussein, Caire, Egypte
Mausolé, Mosquée Al Hussein, Caire, Egypte

* Le palais Abdeen

L’un des rares lieux où il faut payer pour pouvoir garder son appareil photo et l’utiliser …
Un amusant coffre piégé

* la citadelle Salah Al Din et les mosquées qui la composent et l’entoure

* le musée égyptien où on admirera entre autre le masque de Toutankhamon ou la minuscule statue de Kheops (photo interdite à l’intérieure; il est obligatoire de déposer l’appareil à la conciergerie)

* petit tour vers le Nil, proche du musée égyptien

* les pyramides de Giza (local) / Gizeh (fr)

Un point qui m’a frappé en arrivant, c’est la barrière de béton qui protège le site. Un moment, je me serais cru devant le mur israélo-palestinien même si celui-ci est à une toute autre échelle.

Avec mes compagnons de voyage, nous avons eu droits à tout une série de marchandage concernant le recours ou pas à un chamelier. Une simple comparaison, les tarifs à l’extérieur vont de 100 à 400 EGP (incluant les 60 d’entrée), alors qu’à l’intérieur, on est entre 20 et 40.

* le quartier copte, visité rapidement en fin de journée (malheureusement, la plupart des musées officiels ferment entre 16-17h ici)

Si j’étais très satisfait de mes visites, quelques petites choses m’ont déplu:

* la multiplicité des « options » de visite et la faible mise en valeur de certains patrimoines

Au musée égyptien, comme la plupart des sites, l’entrée est à 50-60 EGP (Egyptian Pound). Cependant, cela ne comprend aucun guide (première option), la section des momies royales requiert un extra de 100 EGP (pour un couloir à traverser en 15min) et on sent que le musée a un âge certain, je dirais même plus, un certain âge … Beaucoup d’antiquités n’ont pas d’étiquettes. Celles qui en ont oscillent entre arabe/anglais et arabe/français/anglais (sans doute suivant l’archéologue qui l’a découverte)

De l’autre côté, Le journal « Le point » de janvier 2011 semblait affirmer qu’un chantier d’un grand musée égyptien était en cours. Espérons qu’il permettra d’améliorer l’expérience du visiteur

* La propreté ou plus exactement, le nombre de décharges à ciel ouvert.

C’est très frappant lorsqu’on va à Giza, où il y a un canal qui sert de gigantesque poubelle. Là où l’eau est sans aucun doute un de nos biens les plus précieux, aucune protection n’est organisée. Même le site lui-même regorge de vieux emballages jetés par terre

Certains me rappelleront sans doute que je suis dans un pays en voie de développement, mais il me semble qu’avec un tourisme important et sans doute nombre de subventions UNESCO / FMI / etc, il y aurait moyen d’assurer un minimum. Je ne sais pas quel sont les obligations liées à la préservation du site mais sa propreté, la bonne gestion de l’eau et des déchets aux alentours devraient certainement en faire partie.

Dans le vieux Caire ou le quartier islamique, on trouve facilement des « petites » ordures par terre (j’ai vu une femme jeter un carton dans la rue depuis son balcon …) et les poubelles sont rares. J’aurais tendance à espérer que c’est moins le cas dans les quartiers modernes de la ville.

Sur le reste, les égyptiens sont très sympas et moins agressifs commercialement que d’autres pays du Maghreb.

Pekin Express 2011: l'équipe de César Anecdote: Samedi soir, on voit 2 routard sur la route avec une sorte d’étiquette dans le dos … quelques secondes d’hésitations plus tard et nous réalisons que nous avons une équipe du prochain Pékin Express sous les yeux 😉

Dans quelques heures, le grand départ. Depuis début décembre, les choses se sont bien accélérées. Entre le déménagement de mon appartement, le rétablissement d’un peu d’espace vital chez les parents, le tri des affaires à stocker, un peu de tri aussi dans mes archives physiques ou informatiques, les derniers achats, le test d’un nouvel environnement informatique et de ses applications (passage d’un Mac à un netbook Linux Ubuntu) et bien sûr les fêtes de fin d’année, guère le temps de s’ennuyer.

Ça a aussi été l’occasion de petites frayeurs, genre « mais où est passé tel papier/objet (forcément indispensable) ? ». On se rassure vite lorsqu’on le retrouve à sa place dans la pochette ou le carton correspondant.

Moi qui espérait profiter d’un peu de temps libre avant mon départ pour flâner dans Paris et prendre quelques photos, faire des restos et autres, c’est raté. Enfin l’essentiel a été fait et c’est ce qui compte. L’accessoire sera pour le retour 🙂

A refaire, je pense que j’essaierais de finir mon sac plus tôt (et éviter les courses en décembre), tester mon outillage informatique plus tôt (test du workflow photo) et, même si cela faisait pas mal de temps que j’y avais réfléchi, trier mes archives/caisses encore plus avant. Cependant, il ne faut pas oublier que comme tout projet, il y a aussi un petit coup de fouet qui vient au fur et à mesure qu’on approche de l’échéance.

Donc, bon courage à ceux qui ont des préparatifs similaires.

Ce post a finalement beaucoup tardé puisque j’ai acheté pas mal de choses tardivement même en ayant commencé des mois avant … Il y en aura qui diront que j’ai encore cherché la petite bête. En plus, j’aurais sans doute me bouger plus tôt pour finir cette action car finir ses courses en décembre, que ce soit avant ou après Noël n’est pas joyeux (foule, vendeur speed/tendu, moins d’explications). Mes recherches sur le net ne m’ont pas permis d’identifier de sites de références pour ce type de matériel donc, si on est patient, pour chaque article recommandé (enfin ceux d’importance, pas faire une recherche sur tout quand même), un coup de moteur de recherche et sinon, on teste et puis c’est tout.

La principale chose à retenir pour un sac tour du monde: faire le sac le plus léger possible, faire des lessives très régulièrement (tous les jours au besoin), louer ou acheter/revendre si nécessaire.

Ci-joint ma liste d’équipement tour du monde [format Excel].

En photos, ca donne ça:

Pour les habits

Pour les sacs

Et enfin, le matériel high-tech (moins l’appareil photo réflex utilisé pour la photo)

Bien sûr, il y a plein d’autres petites bricoles qui s’ajoutent comme la trousse de toilette, la pharmacie, … et qui se chargent de remplir les sacs.

Focus rapide sur quelques éléments

  • les chaussures: préférer celles Gore-Tex (meilleur séchage, respiration), prendre 1 taille au-dessus (pied gonfle ou tester la chaussure en fin de journée)

Question récurrente: trail vs mi-montante (ou tige moyenne comme dirait les spécialiste) et quel est votre pied fort (celui dans lequel vous avez le plus de contraintes en chaussures – serrage latéral, longitudinal, …)

Au final, j’ai opté pour des mi-montantes mais le plus important, c’est de prendre des chaussures dans lesquelles on se sent bien, ensuite le reste suivra.

Quelques liens trouvés sur le sujet:

Bilan test chaussures trail en randonnée, marche ultra-légère MUL [randonner-leger.org]

CHOISIR SES CHAUSSURES [trek-cordillere.com]

  • vêtements « techniques » froids

Le vêtement est technique car suit le modèle triple couche (voir plus bas), permet de réguler la température (évacuation de la transpiration, garde la chaleur).

Il est important de se poser les bonnes questions et fournir les bonnes réponses aux vendeur histoire d’éviter les échanges.

Principalement quelle à la température la plus basse à supporter (-10° pour moi), quelle activité (statique ou dynamique), utiliser avec quels vêtements (montagne ou mi-saison/été – notamment à cause de l’encombrement). Dans mon cas (-10°/dynamique/mi-saison), j’ai finalement été orienté vers du 260g/m2 (après quelques échanges …). Je recommanderais aux personnes frileuses d’opter pour le modèle au-dessus.

systeme_multicouche_et_la_mul    [Randonner leger ou ultra-léger, le site des MUL]

Choix VETEMENTS [trek-cordillere.com]

  • veste

Pas mal d’hésitation. Le prix varie entre 100 et 400€ pour une veste imperméable à 2-3 poches. Au final, j’ai opté pour un modèle pas cher d’une enseigne sportive et cela semble bien aller pour l’instant. C’est dommage, il n’y a pas de modèle avec d’innombrables poches comme les scottevest mais bon, c’est sans doute moins compatible au niveau encombrement & compactage.

A connaître, la méthode pliage de la veste: on la plie en longueur, puis on la roule dans la capuche.

  • sac à dos

J’ai pris un 80L (déjà dispo) et un 24L. Le volume du grand me permet d’être confortable et de mettre le 24L rempli dans le 80L si je veux tout grouper.

En poids,un mois avant, j’étais entre 12 et 14 kg, qui est la recommandation randonneur. Problème, dans le dernier mois (là où les choses s’accélèrent), j’ai rajouté des petites choses, mes parents aussi, etc.  Résultat, 3 jours avant, 18kg …  j’ai péniblement réussi à redescendre autour de 17 kg avec les 2 sacs (~6.5kg le petit avec matériel photo, netbook et divers autres choses. Il faut quand même préciser que le parapluie pèse 300g (supprimé), le gros cadenas aussi (supprimé), … Bon de toute façon, au besoin, je renverrais en France ce qui est inutile avec mes premiers colis.

Pour être un peu plus précis sur la répartition, j’ai un peu moins de 3 kg pour les sacs (ca fait, un 80L avec armature et tout et tout …), un peu plus de 3 kg pour les habits, ~5 kg de matériel photo/informatique/électrique/chargeur, un peu plus d’1kg de pharmacie et de trousse de secours (j’ai des parents médecins donc …). Ça c’est l’essentiel. Plus quelque livres/guides (et j’en ai supprimé), sandales de voyage, poncho sac à dos, et autre.

C’est avec un peu de retard que j’ai passé le blog du mode private à public (ce qui m’a donné le temps de valider que tout est correct) pour sa publication « officielle ».

J’espère qu’il me permettra de partager mon voyage et garder le contact avec toute ma famille et mes amis en leur souhaitant une bonne et heureuse année 2011 (et puis aussi, que cela serve à tout internaute intéressé par les voyages).