You are currently browsing the monthly archive for février 2011.

(English Below)

Extraordinaire désert …
Parti pour un ou deux jours initialement, c’est finalement sur trois jours que j’ai visité le Wadi Rum et je ne regrette pas ce choix, car ce désert (de sable et roches/grès principalement) est vraiment superbe.
De très beaux paysages, surtout si vous avez la force et la patience d’aller au bout des différentes randonnées proposées (trekking/climbing/scrambling/hiking)

J’ai eu beaucoup de mal à choisir dans mes photos et éviter de vous spammer. D’autant plus, qu’il est difficile/impossible de rendre ces paysages par de simples photos …


Amazing desert and beautiful views above the rocks

I was planning to stay only one or two days and finally, I got three days in Wadi Rum and it was great time.
Landscapes are beautiful and amazing, but you need some good physical condition to go to the end of the different trekking / climbing / scrambling / hiking path. Thanks to Jorge and Laura for letting me join the party !

I had some hard time to choose a few photos for the blog and it’s not realistic to get these landscape with only pictures …

Publicités

(English below)

Après une attente quasi-record (environ 9h) et une lente traversée (5h), j’ai pu arriver à Aqaba avec le « slow boat » qui fait la navette Nuweiba – Aqaba. Normalement, un service rapide existe mais pas ce jour-là. C’est donc à 4h du matin que j’ai pu finalement m’endormir sur le sol jordanien (ouf !).

Lendemain, petite découverte de la ville et préparatifs pour le Wadi Rum.

Premier élément notable, pas de détritus sur la voirie, des tableaux d’affichages avec des plans et un « tourist information centre » avec des brochures et plans. Retour à la civilisation 😉 !!!

Second point, si on exclue la mer, il y a pas grand chose à Aqaba. Le château (ou plutôt ses ruines) et le musée sont assez petits, il y a aussi les ruines d’une église romaine au nord (ou plutôt de vagues fondations), mais sinon assez peu de choses.


After a very long wait (about 9h) and a really slow boat travel (5h), I managed to arrived in Aqaba with Nuweiba (damn) slow boat. Normally, there is a fast boat that I planned to take, but this day there wasn’t. Finally, at about 4am, I have been able to sleep in Jordan !

The day after, I took some time to discover Aqaba and prepare my Wadi Rum desert safari.

First thing I notice, mainly by comparison with Egypt, a lot less of garbages in the street, some bulletin boards with map and tourist information center with papers and maps. Hurrah !

Second point, except diving, there is not much to do in Aqaba. The castle (or more precisely, its ruins) and the museum are relatively small. There is also some roman church ruins in the north, but nothing more than a day trip.

Petit bilan de mon passage en Égypte.

Cuisine

  • Falafel
  • Egyptian breakfeast
  • sea-food lunch
  • Kushari
  • beduin lunch
  • boissons: thé, lait chaud avec cannelle

Ci-dessous un lien avec quelques recettes (pas testé)

http://mideastfood.about.com/od/egyptianrecipes/Recipes_from_Egypt.htm

Hôtel

Pour le début de mon voyage, je n’ai pas trop poussé dans l’hôtel low-cost. En général, j’ai pris du budget hotel avec single room / shared bathroom sans aucun problème notable.

Mieux/pire

J’ai aimé:

  • les réunions « coin du feu » avec d’autres voyageurs, le plus souvent à l’hôtel,
  • les égyptiens très sympas/bienveillants, et moins agressifs commercialement que d’autres pays d’Afrique du nord,
  • le désert.

Moins aimé:

  • la gestion des déchets et la protection de l’eau,
  • la faible signalisation internationale (peu de panneaux/plans en anglais), même dans les sites/gares modernes des grandes villes,
  • peu d’explications/légendes dans les musées, ce qui ne met pas en valeur les objets,
  • l’interdiction quasi-systématique des appareils photo avec ou sans flash, quand ce n’est pas de la monétisation plus ou moins licite. Si je comprends tout à fait et approuve l’interdiction des flash de façon à assurer la préservation des antiquités, je ne vois pas en quoi une photo sans flash les met en danger. Il ne s’agit même pas de merchandising car la plupart des musées n’ont aucune boutique à la sortie pour vous vendre des cartes postales ou autres. (voir à ce sujet, le choix identique du Musée d’Orsay en France, Rue89, 2011/02/05)

Liens

http://www.bus.com.eg (pas tous les bus, notamment Dahab)

(English below)

[Je sais, je suis très en retard dans mes posts blogs, mais après avoir quitté Dahab, je n’avais pas de connexion internet à mon hôtel et j’ai enchainé 3 jours dans le désert du Wadi Rum et 2 jours de (longues) marches dans Petra. J’ai pris une journée repos pour rattraper tout ca mais beaucoup beaucoup de photos à trier …]

Impossible de parler du Sinai en faisant l’impasse sur la côte et sur les fonds marins. Malheureusement pour moi, un problème de santé fait que je ne peux plus plonger. Je suis cependant allé faire du snorkeling sur 2 des « spots » les plus connus de Dahab: Blue hole, Three Pools / Moray gardens

Il faut bien reconnaître au moins pour le « Blue hole » que c’est largement moins « magique » de rester en surface mais bon … J’ai cependant pu observer un joli massif coralien et de beaux petits poissons. Le site de « Three pools » est beaucoup plus sympa pour le snorkeling. Par contre, par grand vent, la visibilité devient faible, surtout pour la dernière pool, plus exposée au large.
Pour ce premier test grandeur nature de mon compact baroudeur en immersion … Échec, donc pas de photo sous l’eau.

Prochaine étape, la Jordanie et Aqaba !


It’s impossible to speak about Sinai without the Read sea and underwater stuff. Sadly for me, for now, I can’t dive but I still managed to go snorkelling in two famous spots near Dahab: Blue hole, Three Pools / Moray gardens.
Yet, when you have dived, snorkelling seems a lot less magic. Blue hole is not that interesting for snorkelling but there is still stuff to see (fishs and coral reefs). Three Pools is a lot better but with a windy weather, visibility can be bad, mainly in the last and more exposed pool.
It was also the first time that I tried my water/shock-proof camera underwater, but it failed … so no underwater pictures.

Next step, Jordan and Aqaba !

Départ du Caire

Après quelques temps d’attentisme et de prudence, j’ai finalement décidé d’abandonner le sud de l’Egypte (ce sera pour une prochaine fois) et d’aller directement au Sinai qui est de toute façon sur mon trajet pour la Jordanie.
Vu le placement de la gare routière (centre-ville) et les manifestations, j’ai fait le trajet Caire – Sharm-el-sheik en avion, puis le bus jusqu’à Dahab.
Le plus dur aura été finalement de rejoindre l’aéroport dans un trafic assez dense (pour un dimanche matin) mais classique pour le conducteur de taxi et n’ayant rien à voir avec les manifestations.
Sur place, malgré l’achat d’un billet directement depuis l’aéroport, je peux m’envoler à peine une heure après être arrivé (billet valable pour un vol le lendemain avec file d’attente le jour-même).

Dahab

Première impression de Dahab, c’est tranquille, pas de manifestations, mais beaucoup de contrôle de passeport (mais je pense que ca n’avait pas forcément de lien avec les manifestations). C’est aussi plus touristique que je ne l’aurais pensé (beaucoup de panneaux en anglais et même des menus en anglais avec des prix affichés), même s’il y a peu de touristes vu la situation égyptienne (plus qu’au Caire cependant, où certains jours, j’étais tout seul dans mon hôtel). J’irais même plus loin en trouvant Dahab trop « touristique », sans doute plus couleur locale que sharm mais pas tellement mieux pour la préservation des plages et de l’environnement (sans doute plus vrai pour les fonds sous-marins, enfin, je le souhaite). Les aménagements du bord du mer sont une succession de petits hôtel, restaurants/paillotes, certains plus routards que d’autres mais loin d’un lieu « naturel ».


Mont Sinai et monastère Ste Catherine

Excursion d’une journée au monastère Ste Catherine et marche jusqu’au sommet du mont Sinai.
Après la visite du monastère (principalement son église et son musée, le reste n’étant pas ouvert aux touristes), l’ascension démarre vers 11h30, soit au moment le plus dur d’une belle journée bien ensoleillée. La dernière partie se compose de 750 marches (perso, j’en ai compté « que » 645) qui mène au sommet et à une petite église (fermée) et une tout aussi petite mosquée. Au total, environ 3 heures de marche (aller) en incluant les pauses.



Colored Canyon (Ste Catherine)

Il y a 2 « Colored Canyon » et celui près de Nuweiba était inaccessible (à priori, fermé car sur la route du Caire).
Les variations de couleur de « sandstone » sont assez surprenante (a priori, dû à différents niveaux de minéralisation)
Petite visite du « mushroom » local et de quelques inscriptions, déjeuner à la mode béduin dans une oasis et retour par le white canyon avec un final corde.



Note pour les impatients: je publie quand j’ai quelque chose à raconter et que j’estime que le post est prêt … Dans la mesure du possible, j’essaierais de faire un post par semaine, mais sans garantie. Il y aura sans doute des moments où je ferais l’impasse sur le blog ou les photos.

Pour l’instant, je suis en partie passé à travers les troubles égyptiens et je vais bien. Cela a cependant résulté en quelques ennuis logistiques: coupure des liaisons Internet (à Bahariya et au Caire depuis le ven 28/01 jusqu’au 02/02), des problèmes avec le réseau de téléphonie mobile et d’approvisionnement de gasoil (à Bahariya).

Maintenant, je suis bloqué au Caire (dans un quartier calme a priori) car il n’y a plus de train pour Luxor/Aswan. En prime, l’aéroport semble bondé et ne fonctionne pas pendant les heures de couvre-feu …
Enfin, pour l’instant, le consulat de France n’a pas demandé l’évacuation (mais c’est déjà le cas des USA, du Japon, de l’Australie, de la Turquie et de la Chine).

Je n’ai qu’une vue réduite de la crise n’ayant pas été dans les lieux de manifestation. Dans Le Caire islamique, où je suis hébergé, je n’ai pas vraiment vu de manifestations. La principale conséquence a été la fermeture des 2/3 des boutiques et la quasi-disparition des touristes … au final, c’est devenu dur de s’occuper.
Mes principales sources d’information, en l’absence d’Internet, sont les locaux (et quelques rares touristes encore là) et la TV (BBC World essentiellement, pas de chaînes françaises)

Mes options

  • réussir à prendre le train vers Louxor/Assouan si les trains se remettent à fonctionner convenablement. Cependant, le consulat français et le FCO anglais déconseille d’aller à Louxor;
  • partir directement pour Dahab (bus ou avion+bus) en zappant Louxor/Assouan;
  • partir directement pour Amman et la Jordanie, ma prochaine étape, mais il semble qu’il y ait aussi des troubles;
  • si une évacuation est décidée, revenir à Paris, temporairement, j’espère.

Pour mémoire, quelques bonnes pratiques qui peuvent se révéler importante en cas de crise:

  • tenir informé ses proches de ses lieux d’hébergement (par une exemple, fichier sur un serveur Internet comme Dropbox en temps normal, tél sinon);
  • prévenir le consulat français de sa présence dans tel pays et renseigner le (nouvel) outil de fil d’ariane du Ministère des affaires étrangères;
  • planifier un contact régulier avec ses proches (e-mail, SMS, tel/mobile, tel fixe/PVC) en se fixant une périodicité minimale en l’absence d’autres échanges (par ex, appel sur le mobile au bout de 3j si aucun e-mail/SMS);
  • prévoir toujours une réponse des proches à vos SMS pour valider leur réception (dans mon cas, les SMS semblent bloqués);
  • en l’absence de contact pendant n jours et sans connaissance d’un séjour en zone désertique, c’est aux proches de notifier le consulat qui pourra aviser sur la situation;
  • pour soi, éviter de trop bouger en période de crise surtout si on a un coin calme à disposition et notifier sa position.
  • et pour s’occuper, avoir des livres et des jeux sous la main 🙂

Info fun, Google semble avoir réagi au blocage égyptien d’Internet en mettant à disposition un « speak2tweet« , preuve qu’aujourd’hui, il devient difficile de réaliser un blocage totale d’Internet.

NDLR: Internet rétabli ce mercredi (2 fév.) vers 17h30.

Caire

Puisqu’un délai forcé m’a obligé à rester au Caire (pas de places libres pour le bus en revenant d’Alexandrie), après le parc Al-Azhar, je suis retourné voir le marché/bazar Khan el-Khalili que j’avais déjà vu rapidement, n’ayant pas particulièrement la passion des marchés 🙂
Ça m’a beaucoup rappelé les bazars de Bangkok avec plein de petites ruelles et de nouvelles boutiques à chaque pas.

Malgré tout, certains arrivent à circuler à vélo chargé dedans …

L’oasis de Bahariya

C’est l’oasis la plus proche du Caire et elle permet de faire long trajets jusqu’à Louxor à travers le désert. On s’y rend en bus (uniquement) avec 5h de trajet.
Une fois sur place, ma condition de voyageur routard seul rend (comme prévu) difficile la planification d’un séjour dans le désert. L’hôtel attend toujours d’autres personnes. C’est finalement un peu moins de deux jours plus tard que je peux partir pour une formule 1 jour / 1 nuit avec deux autres personnes et pas les 5 jours que j’espérais jusqu’à Louxor.
Entre-temps, cela me permet de découvrir « l’oasis » qui fait plus petit village avec peu de chose à voir.

A part son musée, il n’y a pas grand chose à faire …
Le musée a cependant son intérêt avec des momies et des tombes assez bien conservées. Malheureusement, dans les deux cas, aucune photo n’est permise.

Le désert: Black desert, White desert

J’ai beaucoup apprécié le séjour dans le désert, ses paysages et la soirée/feu de camp au milieu du désert blanc égyptien.


figure de poulet et champignon


Si possible, essayez de venir en groupe, de rester au moins 2 nuits dans le désert et pensez à prévoir des vêtements chauds (les nuits sont fraiches dans le désert)

Retour au Caire

Après avoir hésité à rester dans l’oasis le temps que les choses se tassent, je suis revenu au Caire dans un hôtel éloigné du centre des troubles. Si des choses se décident, j’aurais plus de flexibilité à bouger.
Par contre, finalement, pas beaucoup plus de moyens d’informations: seule la TV est opérationnelle, Internet est aussi indispo.
Vu les horaires du couvre-feu (15h-8h), je ne sais pas si je ferais beaucoup de sorties en attendant de savoir vers quoi je m’oriente.