You are currently browsing the monthly archive for août 2011.

Suite de mes dégustations culinaires: le Laos.

  • La spécialité du pays: le riz gluant (alias ‘sticky rice’) à manger avec les mains 😉 (W)

  • Toujours quantité de plats à base de nouilles/riz

  • de soupes

  • lao laap, beef laap (W; R [1], [2])

Et quelques condiments type d’une table au Laos

Ci-dessous des liens/articles avec ou sans recettes (pas testé):
http://www.asianspicyrecipes.com/recipes/laos/laos.php
http://www.theboatlanding.com/menu/recipes.html
http://www.food.com/recipes/laotian
http://www.foodfromnorthernlaos.com/tag/lao-recipes/

Publicités

(English below)

Reveil un peu difficile ce matin, j’attrappe un tuk tuk pour me conduire à la station de bus sud. J’arrive juste « à temps » pour embarquer dans un songthaew bondé (environ 25 pers + sac de riz et autres) quelques minutes avant son départ. Je débute le voyage assis sur le rebord arrière du camion et la plateforme arrière. Déplacement très couleur locale ces derniers temps :-). Un peu plus tard, je me positionne sur un sac de riz entre l’arrière du véhicule et l’échelle de toit, un peu plus comfortable pour apprécier la route défilée sous un beau ciel bleu … petit plaisir du voyage à savourer sans modération ! Plus tard, je passe à l’intérieur sur un des classiques bancs (en notant que ce songthaew a 3 bancs au lieu de 2), moins comfortable que le sac de riz mais celui-ci est descendu avec ses propriétaires. Le voyage durera 4h à force de détour, montée/descente pour arriver à Ban Nakasang d’où on peut prendre des petits long tail boat pour rejoindre Don Det. Vu le prix, j’aurais peut-être mieux fait de prendre le van touriste mais de l’autre, c’est moins d’ « expérience locale » et plus dans l’optique de mon voyage routard.

Encore un peu d’attente, histoire de ne pas être seul sur le bateau et de payer un supplément, je croise un couple de français en tour du monde à vélo avec qui je ferais la traversée. Je m’installe à Don Det dans un bungalow au bord du Mékong … pas grand chose à faire ici, excepter flaner, ce qui est précisément le but de la plupart des voyageurs ici.

Il y a tout de même de quoi faire

  • un temple,
  • deux chutes d’eau (plus des rapides),
       
  • quelques soirées guitares (merci Yann et Lance !),
  • de beaux paysages.

       

Prochaine étape le Cambodge !


Getting out of the bed was a bit hard this day. I caught a tuk tuk to take a transport to Si Pha Don from southern bus station and I arrived just in time for the departure of an overcrowded songthaew (about 25 persons, rice bags and others). I started the trip sit at the back of the car, before moving to the top of a rice bag on back platform. From there, I enjoyed seeing the road and the blue sky in what is one of the small pleasure of travelling, I think. Later, as people went out, I was on the usual inside bench. Trip will last 4 hours with all stops where people goe in/out, market break and so on. Arrived at Ban Nakasang, I wait a bit more time to to avoid taking a boat alone and paying an extra.

There, I encountered a french couple doing a round-the-world trip by bicycle and with whom I have cross the Mekong to Don Det. After, finding a peaceful bungalow on Mekong, I chill out for sometimes, what is the main activity of the island.

Next, Cambodia !

(English below)

Arrivée

Nouveau trajet en bus local, d’abord vers Tha Khek, centre du Laos pour voir si je trouve des activités pas cher sur place. Ensuite Pakse et Champasak, sud, idem.

Pour Tha Khek, ca sera rapé: entre la météo (pluie en arrivant, pluie le lendemain matin), le faible nombre de touristes et les prix premium de l’office de tourisme, j’ai continué ma route le lendemain.

       

Pakse

  • Wat Luang
  • central market
  • Talat Dao Heuang (market)
  • divers
           

Point d’appréciation important, à partir de Pakse, grand soleil … cool … presque trop chaud pour se bouger 😉

Par contre, quelques restes encore notables d’inondations.

   

Plateau des Boloven (ou Bolaven)

Etape intéressante, le plateau des boloven est réputé pour ses nombreuses chutes d’eau, ses plantations de café (résultat de la colonisation française) et ses villages multi-ethniques. J’ai décidé de tenter l’aventure en mode routard local, transport en commun, attente longue (jusqu’à 2-3h) et marche, qui s’annonce chaud: peu d’informations fiables sur les horaires de songthaew/bus, en particulier entre Paksong et Tad Lo, et zone avec un niveau très limité d’anglais. Je ne serais pas décu. Je prévois 2 jours, Pakse – Paksong – Tha Theng – Tad Lo – Pakse avec une nuit à Paksong ou Tad Lo suivant le timing.

Parti peu avant 8h pour le Dao Heung market, je dois attendre le départ du (premier ?) songthaew vers 9h. Après environ 1h30 de route, je m’arrête au km 38 à partir duquel on peut se rendre aux chutes de Tat fane et Tat Cham pee (Tat ou Tad voulant dire chute d’eau), respectivement à environ 1km et 1,8km de la route. Après je me rends à pied au km 40 et de là, à Tat Yuang, sans doute ma chute préférée: il y a une sorte de promontoir qui permet de se placer devant la chute d’eau, effet brumisateur géant garanti et arc en ciel permanent au pied du promontoir 🙂

       

Après cette première partie, j’essaie de faire du stop ou d’attraper un bus/songthaew. C’est cette deuxième option qui aboutira en premier. A Paksong, je dois bien avouer être surpris par la ville, une grande rue (avec un petit marché quand même) mais vraiment pas grand chose à faire. N’arrivant pas à discuter localement (pas d’anglais) et après une noodle soup rapide, je me renseigne auprès d’un hotel et d’une antenne de boutique de trek sur les bus: donc pas de station de bus, et attendre sur la route avec aucun bus entre 14 et 16h … effectivement, c’est seulement vers 16h15 que j’attrappe le bus vip Pakse – Attapeu qui pourra me déposer à Tha Theng (faute d’avoir réussi mon hitchhiking …). Peu avant 17h, arrivée à Tha Theng, rebelote, pas de contact en anglais, re-tour auprès des guesthouse et plus de bus/songthaew vers Ban Beng/Tad Lo avant demain … On me propose l’option taxi moto à un prix ridicule, 150 000 Kip (~15€; de quoi retourner à Pakse, et aller à Tad Lo dans l’autre sens au moins 2 fois …)

Après un rapide tour du village et quelques tours de guesthouse, alors que je tentais sans grand espoir l’option stop, je rencontre un laotien professeur de français/anglais qui m’invite à prendre un verre chez lui ! Finalement, je resterais diner et je dormirais chez un des ses amis et voisins pour une soirée très agréable (repas laotien typique – duck soup, beef laap, sticky rice, un peu dans le genre du trek près de Luang Prabang; test de l’alcool local parfumé de racines).

Lendemain, j’attrape le premier songthaew Tha Theng – Ban Beng à 8h. A Ban beng, on recommence, problème de transport à part le taxi moto. Je commence à marcher en espérant attraper un bus/songthaew ou (enfin) réussir un stop. Et là miracle, j’ai un scooter qui s’arrête et me dépose au croisement de la route principale et de Tad Lo. Merci ! J’ai encore 1 à 2 km à faire à pied pour aller voir Tat Hang et Tat Lo. Je ne ferais pas Tat Suong à environ 10km et Tad Phaxuam … je commence à fatiguer et il fait bien chaud.

   

Après mon tour chutes d’eau, je reviens au croisement de Tad Lo vers 11h, déjeune avec une classique noodle soup en attendant un bus pour Pakse. On ne me l’avait pas annoncé avant 13h et finalement à 11h40, j’ai un bus. Celui-ci me dépose à la station de bus sud et après l’inévitable passage tuk tuk (qu’il vaut mieux faire en dehors de la gare de bus pour avoir un tarif raisonnable), je suis de retour à mon hôtel.

La météo a été très bonne: grand soleil et un peu de nuages. cela n’a pas facilité la marche mais bon, je m’en suis sorti.

sources intéressantes sur le net sur les small/big loop des boloven/bolaven:

http://www.paksong.info/travel_info_paksong_bolaven.php

http://bolaven.com/bus_paksong.php

Wat Phou, Champasak

Une journée pour se rendre à Wat Phou et visiter les ruines (y a plus grand chose de complet …) de ce temple pré-Angkor.

Depuis ma guesthouse, je me rends en tuk tuk à la station de bus sud (8 km du centre) pour prendre un songthaew super bondé qui part à peine 5 minutes après mon arrivée. Expérience locale classique, arrêts multiples (marché, réparation de batterie, etc.) font durer le trajet environ 3h mais qui aboutit à me conduire plus près de ma destination que prévu. En effet, le songthaew continue après Champasak et passe par Than Ban khop, village à l’intersection de la route « principale » et du chemin menant à Wat Phou. Je suis déposé à se croisement et après environ 20 minutes de marches, j’arrive à Wat Phou, « célébre » temple époque pré-angkorienne.

   
   

Le retour est un peu plus épique (toute proportion gardée) et malgré une attente conséquente, pas un seul songthaew vers Champasak … Au final, c’est sur un Samlor (variante de tuk tuk), que je ferais le retour vers Champasak et finalement Pakse en l’absence de transport semble-t-il pendant l’après-midi.


Arrival

First, I went to Tha Khek in central Laos, but a bad weather along with few tourists, made me leaving the next morning to reach Pakse and Champasak, last big cities before Cambodia.

Pakse

  • Wat Luang
  • Talat Dao Heuang (market)

Boloven/Bolaven plateau

Bolaven plateau is a well-known recommanded place for travellers, mainly for its many waterfalls, cofee plantation and etnic villages. I chose to make it in local way with public transport, even if I foresaw some difficulties: long waiting, lot of walking and very few informations on some segments especially songthaew hours linking Paksong and Tad Lo. I was not deceived but still enjoyed my 2 days tour.

I left a bit before 8am for Dao Heung market to take (first ?) songthaew around 9am. After about 1h30 of road, I stopped at km 38 from which you can reach Tat fane and Tat Cham pee (Tat ou Tad meaning waterfall), respectively at about 1km et 1,8km of the road. Next km 40 to see Tat Yuang, probably the one I preferred: you can go about 30m in front of the waterfall (which is a kind of a shower) and during the day, it seems to make a permanent rainbow.

The challenge begins, first reaching Paksong for lunch, which was not so difficult, catched a songthaew, but it seems there is no bus station (meaning you have to wait near the road) and no bus to reach Tha Theng between 2pm and 4pm … I only catched Pakse – Attapeu VIP bus around 4.15pm but was blocked at Tha Thend around 5pm as it seems there was no more public transport to Tad Lo before the next morning. I slept there. Next morning, songthaew to Ban Beng and (the only successful) hitchhiking to Tad Lo. After 1-2km of walk, I manage to see Tat Hang and Tat Lo waterfalls. I skipped Tat Suong (10km away) and Tad Phaxuam. Following lunch, I catch a bus to go back to Pakse.

links:

http://www.paksong.info/travel_info_paksong_bolaven.php

http://bolaven.com/bus_paksong.php

Wat Phu, Champasak

I made a one day trip to Wat Phu, « famous » pre-angkor temple.

(English below)

Arrivée

Reprise de bus, normalement pas de glissement de terrain cette fois. J’embarque vers 8h à la station de bus, trop tôt sans doute, le bus est décalé à 9h et partira vers 9h20. Il y a encore pas mal de traces de petits glissements de terrain, mais la route reste dégagé (enfin au moins une voie sur deux). Après la pause déjeuner, une pause ennui mécanique vient se rajouter aux multiples arrêts marché fruits/légumes, bois, toilettes dont nous a gratifié le chauffeur. Après une heure de réparation, nous repartons. Et après 11h de voyage, nous arrivons de nuit à Vientiane.

       

Visite

  • Haw Pha Kaeo,
  • Patuxai (l’arc de triomphe local),
  • Talat Sao / morning market,
  • les bords du Mekong,
       
  • That Dam, old stupa,
  • Presidential Palace (no entrance),
  • Wat Mixai, Wat ong teu mahawihan, wat hai sok, wat inpeng,
       
  • Wat Si Saket (no photo inside),
  • Xieng Khuan (Buddha park),
       
  • Pha That Luang.
  • night market

mais aussi quelques démarches administratives (visa pour le Vietnam et la Chine, environ 50$ chacun, fait en un jour pour une validité d’un mois extensible sur place).

Enfin, j’ai craqué … je me suis fait des viennoiseries et un repas français, un vrai avec du pain, du vin et du fromage 🙂 C’est bon !


       


Arrival

New bus, new adventure, … smaller one this time, the better 😉

I went to the bus station at 8am but 8am bus was moved to 9am. On the road, there are still a lot of small landslide traces but road is ok. After the lunch break, we had a mechanical problem which made us stop an extra hour. Not really exceptional and after many other stops for vegetables market, wood, fish or what else, there is really no point to mind it. After 11 hours of bus (including all breaks), I arrived in Vientiane.

Visite

  • Haw Pha Kaeo,
  • Patuxai (l’arc de triomphe local),
  • Talat Sao / morning market,
  • les bords du Mekong,
  • That Dam, old stupa,
  • Presidential Palace (no entrance),
  • Wat Mixai, Wat ong teu mahawihan, wat hai sok, wat inpeng,
  • Wat Si Saket (no photo inside),
  • Xieng Khuan (Buddha park),
  • Pha That Luang.
  • night market

I also took time to get my vietnamese and chinese visa (both about 50$ in one day for one month duration, locally extendable)

Last, I gave up and went to a french restaurant … red wine, bread, cheese … That was good !

(English below)

Arrivée

Départ classique le 13 août (…), prise en charge par tuk tuk et minivan touristes (moins cher que le bus public à cause du coût supplémentaire du tuk tuk vers la station de bus), Le minivan est bien rempli et nous partons pour 6-7h de voyage théorique …

Peu avant le déjeuner, nous nous interrompons à cause d’un problème sur la route. On nous annonce qu’il y a eu un glissement de terrain, mais il serait de petite ampleur. Le déblaiement est en cours et nous ne patienterons qu’une heure sur place. Malheureusement, il nous faudra bien constater que le problème est loin d’être réglé. Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de l’incident, nombre de véhicules, en particulier camions et bus, sont stoppés sur le bord de la route. Après s’être arrÊté et fait quelques dizaines de mètres à pied, nous sommes face à un gros tas de terre et même si un tracteur est à l’oeuvre, il semble falloir encore quelques heures de travail avant de pouvoir passer. Les locaux ont déjà « aménagé » un chemin secondaire à pied, même si celui-ci semble un peu aventureux et motos, sacs, vaches, etc. s’y engouffrent. Quelques touristes backpackers suivent. De notre côté, après un peu d’attente, de discussion avec les autres voyageurs, le chauffeur (qui ne semble que peu informé et pas vraiment à l’aise en anglais), nous comprenons que le déblaiement ne se comptera pas en heures mais en jours.
   

Nos options:

  • attendre sur place au risque de dormir dans le minivan ou dans des guesthouses improvisées/saturées,
  • retourner à Luang Prabang (soit pour attendre, soit refaire le chemin d’une autre manière – route au nord ou vol),
  • passer de l’autre côté du glissement de terrain par le chemin secondaire là où une horde de locaux la déjà fait.

Les passagers se scindent entre les 2 dernières options, je pars sur la dernière. Nous faisons cependant un point avec le chauffeur

  1. pour être rembourser partiellement du voyage,
  2. pour obtenir qu’un minivan de la même compagnie nous attende de l’autre côté.

Le chauffeur n’arrivant pas à suivre, c’est son boss par téléphone qui discutera avec nous. Finalement, nous obtiendrons 50.000 Kip de remboursement (sur 115.000; 1€ ~ 11.000 Kip) et théoriquement une assurance de pouvoir continuer le voyage de l’autre côté.

A quatre, nous entamons la monté du chemin secondaire, le passage ensuite rejoint un village avec une route de terre juste au-dessus de celle goudronnée. Une centaine de mètre plus loin, le chemin est coupé à nouveau par la partie haute du glissement de terrain. Une petite échelle permet de continuer à monter pour poursuivre le passage. Facilité qui se paye 1.000 Kip auprès de son heureux propriétaire … passage un peu chaud mais nous arrivons à passer de l’autre côté et à rejoindre le chemin de terre initial, qui après quelques centaines de mètre, rejoint la route initiale. C’est du haut de chemin que nous constatons réellement les dégâts et estimons à minimum à 4-5 jours de travail la rétablissement d’un passage (plus pour une route).
   

L’aventure n’est pas finie. Première chose, essayer de trouver un véhicule pour rejoindre notre destination initiale Phonsavan. Nous ne mettrons pas la main sur le minivan prévue (en supposant qu’il était là), la plupart des gens partent pour Vang Vieng au sud … finalement, après difficultés et négociations (forcément tout se paye), nous embarquons à l’arrière d’un camion pour Phou Khoun, qui est au croisement des routes entre Luang Prabang, Phonsavan et Van Vieng / Vientiane. Coup de chance, sur place, le prochain bus local est dans 10 minutes, le confort n’est pas vraiment assuré: nous sommes installés sur des chaises rajoutées au milieu du bus (Ce n’est pas un bus indien ou sri lankais mais tout de même). Enfin, ce soir, nous serons arrivés à bon port au moins ! ce qui sera le cas après 3 heures et demi de voyage.

Petite analyse post-incident:

Vu d’un occidental, on peut dire qu’il n’y a aucun process de gestion crise (aucune information affichée – date/heure incident + début déblaiement + fin estimée, les conducteurs semblent peu informer et parlent peu anglais => appel leur boss pour discuter avec voyageurs), faiblesse ou pas de communication entre services de transports (même après avoir traversé, en milieu d’après-midi, il y avait toujours des bus/camions qui passaient sachant qu’ils seraient bloqués: petite route => pas de demi-tour possible), aucune présence officielle visible (policiers, pompiers, militaires ou autre). pour les locaux, cela semble plus « amusant » et créateur d’opportunités/argent (1k Kip pour utiliser l’échelle sur le contournement du glissement de terrain, 15k et + pour un trajet en camion, …). A priori, il n’y a pas eu de blessés/morts (ou c’était réglé avant que mon minivan arrive).

Pour référence, les « road landslide incident response » sur Google renvoient pas mal de littérature (hong kong, blog incident management, some Community Emergency Response Team in Utah, Landslide response plan in St Lucia, … + Ready.gov – USA & Prim.net – FR). Bien sur les moyens ne sont pas les mêmes et dans un pays en voie de développement où le comportement général sera de passer et pas de s’éloigner du lieu de l’incident comme tout organisme occidental le préconisera pour des raisons principalement juridiques …

Là où nous avons été « chanceux » est qu’il n’a pas plu pendant notre « traversée ». Clairement, là, ca n’aurait pas été raisonnable.

Pas de trouvé de news officielle sur le sujet, juste qq blogs ou forum expat.

Visite

Le tour de Phonsavan a été plus standard que le voyage.

  • Bomb craters: restes encore visible d’une utilisation démesurée des bombardements;
  • Bomb village (tribu Hmong): son nom est principalement dû à la reconversion d’obus dans les constructions et quelques jolis visages d’enfants;
  • Jar site 1: principalement site avec des jarres en pierre, fabriqué sans raison identifiée. Il y a beaucoup d’histoires mais, pour l’instant, pas de fait avéré;
  • another night market ,
  • animation locale (star-ac like et fléchettes).

Arrival

Travel between Luang Prabang and Phonsavan was quite an adventure. I left in minivan for a planned trip of about 6 or 7 hours on Aug, 13th.

A bit of time before lunch, we stop at a village food stall. Some trucks and minivan are there, it seems there is a landslide in front of the road, but we are said we could go through in some time. After about one hour, we continue but the road seems to fill itself with stopped car / trucks / bus which didn’t seem like a good sign and yes, in the end, the landslide was still there and at first view, it still needed many hours of work. Local peoples had already create a secondary path on the side, going up, and big bags / motorcycles / cows seem to follow, few tourists also. After some wait, some discussion with other travellers, driver and local people, we understand that the cleaning work will take some days.

Our choices:

  • wait there with a big risk to have to sleep in minivan or in last-minute overcrowded guesthouse,
  • back to Luang Prabang (either to wait, either take longer road in the north, either flying),
  • go on the other side of the landslide by walk as many people did.

Minivan passengers split themselves in the last 2 options. I took the latest. We discuss with the minivan driver

  1. to be partially refund of the travel,
  2. to ensure a minivan is waiting for us on the other side.

Driver had some engish difficulties, it’s his boss who will discuss with us by phone. We got 50.000 Kip for refund (on 115.000 Kip travel cost; 1€ ~ 11.000 Kip) and theorically, insurance to be able to continue the trip on the other side.

With three other travellers, we went on the path up. It went through a village and after a large plain path above the standard road. About hundred meters later, it is also cut by a big hole due to landslide. A small ladder helped us to continue going up to cross, but you had to pay 1.000 Kip to its happy owner. After some more mud passthrough, we are back on the village path which after a few hundred meters joined the road. It’s only from above of this path that we could assess the real damages and estimated at least 4-5 days of cleaning work (and probably more to restore full road)

Adventure is not ending. First thing, try to find a car to our destination, Phonsavan. We didn’t find the planned minivan (if it was there), most people are going to Vang Vieng … but after some time and bargaining, we went on a small truck to go to Phou Khoun, crossing of roads between Luang Prabang, Phonsavan and Vang Vieng / Vientiane. Lucky, from there, the next local bus was 10 minutes later and only 60.000 Kip. Still, a bit like some Sri lankan bus, we had to sit on added chairs in the middle of the bus but tonight we will be arrived ! (after 3h30 extra hours).

Quick post-incident analysis:

From a western point of view, it realy seemed there was not any crisis handling process: no reliable information communicated on the location of incident or before (like datetime of incident, when cleaning started and estimated end), drivers not really informed and difficulty to communicate with passengers because of limited english (after, they still manage to phone their boss), lack of communication between transport company (even in the middle of afternoon, we still saw bus and trucks going inside the way whereas we knew they will be blocked and with the small, no turn-back would be possible), no visible « official » presence (police, military, …). For local people, it seems more usual stuff and opportunities creation (ask for 1.000 Kip for ladder use, 15.000 Kip and much more for truck drive to Phou Khoun, …). For what we saw, there was no hurt or dead people, but it might have been handled before we arrived.

Looking on Internet, « road landslide incident response » got a lot of response (hong kong, blog incident management, some Community Emergency Response Team in Utah, Landslide response plan in St Lucia, … + Ready.gov – USA & Prim.net – FR). Of course, there is a lot of difference between western and developping countries. First main one, in western country, anybody will be stopped and not go through the landslide for safety but also/mainly legal reasons.

Still, one point were we were « lucky »: it didn’t rain during our landslide crossing … else, it would really have been not sensible.

Have not found any official news or incident page on the Net, only a blog and an expat forum.

Visit

  • Bomb craters area,
  • Bomb village (Hmong hilltribe): mainly named because of the re-use of bombs shell in constructions,
  • Jar site 1: the main site of many jars, built on a montain far away for unknown reasons,
  • night market,
  • local animation.

(English below)

Visite

  • Temples: Vat Xieng Thong, Wat Pahouak (++ pour ces deux là), …
           


  • Night market,

  • Phou Si,
  • Royal Palace (Haw Kham) / National musem (pas de photo autorisée à l’intérieur),
  • Monk alms ceremony: la cérémonie d’offrande aux moines chaque matin à l’aube. Je suis évidemment aller voir ce qui est sans doute listé comme l’une des premières « attractions » touristiques de la ville et par correction, je n’ai pris aucune photo (il y en a plein sur le web – google images, flick). Et si je m’imagine le cérémonial tel qui devait être, je pense qu’aujourd’hui, il a perdu beaucoup de son sens: maintien forcé d’une tradition à des fins touristiques (semble-t-il cf. Wikitravel, Tripadvisor user review, …), horde de touristes irrespectueux collant les moines pour les flasher à quelques mètres, … Dans mon cas, vers 6h, 3 à 5 groupes de 10 à 20 moines s’avance vers environ une vingtaine de personnes assises sur le trottoir avec sticky rice, bananes et autres, pour l’essentiel des locaux, mais aussi quelques touristes (dont certains semblent avoir payé chère leur offrandes et sont réapprovisionnés en cours de route). Au final, la « cérémonie » a duré moins de 30 minutes, et entre touristes flasheurs et vendeurs d’offrandes, a perdu beaucoup de son « charme »/aura (si on peut parler de charme pour quelque chose entre la donation religieuse et la mendicité …);
  • Lao red cross sauna and lao massage (très agréable),
  • Waterfalls: je prévoyais initialement d’aller à Kuang Si, mais le jeu des tuk tuk / trouver des compagnons pour garder des prix raisonnables, m’a emmener à Tad Sae. Un peu plus près et aussi agréable.

Visite

  • Temples: Vat Xieng Thong, Wat Pahouak, …
  • Night market,
  • Phou Si,
  • Royal Palace (Haw Kham) / National musem (no photo allowed),
  • Monk alms ceremony: I took no photo as I want to respect it, even if, on a personal point of view, I think it lost its « aura »: kept alive mainly for touristic reason (wikitravel said so), irrespectuous flashing tourists and already many pictures on the web.
  • Lao red cross sauna and lao massage,
  • Waterfalls: Tad Sae.

(English below)

(ou 3j trek et kayak près de Luang Prabang)

Jour 1

C’est un sous ciel gris, assez récurrent depuis mon arrivée dans le sud-est asiatique (et aussi justifié par la saison des pluies), que nous embarquons dans notre van pour 3 jours d’aventures. Nous partons à 7, 2 guides Mone et Yongjey et avec moi, deux couples d’allemands en quête d’aventure.

Après une heure de route, nous atteignons le point de départ du trek, il s’est mis à pleuvoir et il faut sortir raincoat et kway avant d’attaquer le chemin. Dès le début, nous croisons quelques visages locaux et leurs sourires ce qui nous aide à avancer. Le temps restera pluvieux toute la journée. Le chemin est clair et dégagée, seule la boue est un peu gênante, formant comme une seconde chaussure et un poids supplémentaire qu’il faut régulièrement alléger. Les paysages sont rapidement magnifiques, même si une brume empêche de voir l’ensemble des collines.

       

Premier village (Khmu, origine Khmer) et pause déjeuner: pas grand monde, a priori la majorité du village est dans les champs, nous explique notre guide. Au Laos, il n’y a qu’une seule récolte de riz dont la culture s’étale de juin à décembre, contrairement à la Thaïlande ou au Vietnam où il peut y en avoir 4 ou 5 par an et elle est majoritairement pour une utilisation locale (il y a aussi du mais et du sésame qui peuvent fournir un peu de revenu). Ils y a différentes variétés de riz (quelques 40000 d’après wikipédia) nécessitant plus ou moins d’eau. Ainsi, sur notre chemin, nous avons aussi bien vu des cultures en plateau (noyé dans l’eau) et des cultures à flanc de colline qui ne nécessitent pour pousser que l’eau de la saison des pluie, semble-t-il. Au final, nous devrions voir plus de monde en fin de journée. La saison sèche (jan-mar) se prêterait plus aux rencontres et aux animations car avec moins de travail dans les champs. Le village compte environ 45 familles dont nous ne verrons même pas une demi-douzaine de personnes. Déjeuner froid (et mangé avec les mains), apporté pour l’essentiel même si la maison où nous déjeunons est l’une des rares à disposer d’un générateur d’électricité.

Nos guides nous expliquent que l’électricité au Laos est dans une situation similaire (quoique beaucoup moins marquée et sans coupure quotidienne) au Népal: une production essentiellement hydro-électrique, qui est largement vendue à l’étranger et une campagne peu couverte font qu’il vaut mieux savoir s’en passer ou au moins limiter son usage. (CIA Factbook electricity import/export, export to Thailand – laovoices, amélioration en vue – laovoices, …)

       

Retour dans la boue et quelques passages dans les rizières (celle à flanc de colline, pas dans l’eau :-), quelques sangsues (en grande partie évitées avec de l’anti-moustique sur les jambes – alternative trouvée sur le net, utiliser du dettol ou de l’antiseptique mains), descente/glissade dans la boue en partie éviter avec les batons (de trek ou bamboo improvisé). La pluie continue, heureusement légère mais suffisamment pour s’assurer de rester les pieds dans la boue. Heureusement, nos guides nous promettent une phase nettoyage avant le village du soir. Et en effet, c’est lavage intégral dans la rivière, puisque le chemin est barré par la rivière à 2 reprises, 3-4 mètres de large et haute jusqu’à mon genou avec la saison des pluies et le seul moyen de passer, c’est de marcher. Au moins, le courant n’est pas très fort mais suffisant pour laver correctement chaussures et chaussettes.

Le village Ban Mok Chung (Hmong) est un peu plus grand que le précédent, environ 65 familles et nos guides nous font une révision des dialectes locaux

Lao

Khmu

Hmong

Bonjour / Hello

Sabadi

Sa Mai le

ngo jong

Merci / Thanks

Kap djai

kop djain yon

owdjaw

(transcription phonétique libre)

Comme le midi, après un peu de repos / nettoyage, nous faisons un tour du village. Pas d’échanges forts en dehors des classiques bonjour, sourires et de quelques ballons donnés aux enfants. Ce n’est pas facile, surtout sur des durées courtes sans compter le problème de la langue. Comme le midi, le village reste calme même avec les retours des champs.

Diner: soupe de poulet (acheté localement et déplumé/charcuté sous nos yeux)

Jour 2

Reveil vers 4-5h du matin avec le village (les fermiers, ca se lève tôt ;-), les chiens aussi …) mais petit déjeuner et départ seulement vers 9h. La matinée est pluvieuse à nouveau (très grosse pluie entre 7 et 9h histoire de s’assurer d’avoir son quota de boue), l’après-midi sera cependant mieux avec même un peu de ciel bleu. Le petit dejeuner est malgré tout confort: café en poudre ou lao tea, omelette tomate/oignon et l’inévitable sticky rice.

Retour sur la route et dans la pluie. Dans certains champs de riz, nous retrouvons quelques villageois faisant la sieste sous abri, mérité après les quelques heures de travail à l’aube et sans grand chose à faire avec la pluie.

Peu avant le déjeuner, nous sommes à nouveau confronté à un passage de rivière, mais là, ca remonte jusqu’à la taille et avec un fort courant. Avec l’aide des batons et des guides, nous arrivons à rejoindre le village en ayant évité le bain complet.

Déjeuner: noodle soup (pas de viande dispo dans le village), salade de papaye, omelette et sticky rice

   

Nous repartons et le ciel se dégage, pas la boue malheureusement mais le trajet de l’après-midi se passe sans accroc. En fin de journée, nous rejoignons une route goudronnée qui nous ménera au village où nous logerons cette nuit. Avec la proximité de la route et du Mekong, le village est plus développé que dans les colinnes, dispose d’électricité et a même un modeste temple.

   

Diner: lao lap, buffalo soup, aubergine+chili et sticky rice. Nous profitons aussi de la soirée pour tester le lao whisky.
   

Jour 3

Reveil tôt, j’en profite pour prendre un premier petit déjeuner avec les guides et tester la buffalo skin: peau de buffalo séchée. Ca semble pas très riche en viande mais ca fait un peu l’effet du porc croustillant (en plus dur malgré tout …). Le second petit déjeuner suit la même veine que le jour précédent. Nous patientons quelques temps au village car le van qui amène les kayak est en retard. Finalement arrivé et après trois quart d’heure de route, nous mettons à l’eau les kayaks sous la pluie (forcément …) et nous embarquons sur la rivière Nam Kham. La pluie se calmera en fin de matinée.

A certains moments, la rivière passe à flanc de falaises qui semblent avoir des rivières souterraines. Elles forment en sortie quelques mini-cascades sous lesquelles nous nous amusons à faire passer les kayaks.

Nous rejoignons le Mekong et nous arrêtons à un camp d’éléphant, picnic, photos et elephant trekking au menu. Le débarquement se fait sur une berge montante de 4-5 mètre, gorgée d’eau et c’est le bas bien couvert de boue que je rejoins le camp pour arriver au moment de la toilette d’un éléphant (qu’il ne me restera plus qu’à imiter)

       

Après une rapide traversée du Mekong, nous visitons les caves Ban Pak Ou, quasiment en face du camp d’éléphant.

   
   

Enfin, nous reprenons environ une heure de kayak pour terminer notre périple au Whisky village: modeste distillerie, dégustation, photos des mélanges alcool & serpents/scorpions/autre, quelques boutiques de tissu et temples.

       

Retour en van vers Luang Prabang avec un arrêt pour déposer les kayaks (et voir le temple à côté)

Note: la pluie n’étant pas très recommandée pour mon reflex et mon compact waterproof étant encore en réparation, je n’ai que « peu » de photos. J’updaterais ce post lorsque j’aurais récupéré celles de mes camarades de trek.


Shoes in mud and heart in Lao’s rice field (or 3 days of trekking/kayaking near Luang Prabang)

Day 1

As we left this morning with a cloudy weather, we are seven, 2 guides mone and yongjey, two german couples and me. After one hour of road, we arrived at the starting point of the trek which we began under a light rain. Path is large and cleared so it is an easy walk except for the mud which makes like a second shoes on the shoes and which we need to take off when it’s too heavy / slippy. Landscapes are very good despite the misty weather.

First village (Khmu tribe) and lunch break. There is nearly nobody in the village as it is season of rice culture and it starts early in the morning. In Lao, there is only one culture of rice between june and december (Vietnam and Thailand could have 4 or 5 in a year). There is differents variants of rice (more than 40000 – wikipedia) and some are cultivated sunk in water on platoon?, some on ?biaised side of the hill with only rain water. Guides also explain to us than there is more animation in village during dry season as there is less farming work. The village has about 45 families and only one house have an electricity generator. Electricity situation in Laos has some similarities with Nepal: mainly water production, big export to neighboors even if it still need to import more and countryside rarely linked to main circuit (CIA Factbook electricity import/export, export to Thailand – laovoices, coming improvements – laovoices, …).

Back to the trek, the mud, ricefiels and also few leeches section. We mostly used mosquito repellent on bottom leg to avoid them. After about 2 hours of muddy walk, we arrived near the village and it’s cleaning time ! We have the river to cross twice by walk, so river washing. The Ban Mok Chung village (Hmong tribe) is a bit bigger than the first village with about 65 families and before a quick tour of the village, we revised our local dialect (see table above).

There was no real/big exchange with local people outside of usual hello (translated), smiles and sometimes few ballons given to kids. It’s not an easy thing, especially in a short time and with language barrier.

For diner: chicken soup (live chicken bought at the village and completely cooked under our eyes)

Day 2

I woke up with the village at about 4-5am (farmers wake up early, theirs barking dogs too …) but we only had breakfeast and leaving around 9am. Morning, as previous day, is rainy with a heavy rain between 7 and 9am to insure we have enough mud. Afternoon will be better, only cloudy and a bit of blue sky. For breakfeast, we have some instant cofee, lao tee, tomato/onion omelet and the usual sticky rice.

Back to trek. In one rice field, we saw some villagers sleeping under a shelter, probably after few hours of early work and waiting for the rain to lighten.

Just before lunch break, we had a new river to cross but larger, deeper (up to ?thigs) and with a stronger current. With the walking stick and the help of the guides, we managed to cross without taking a complete bath.

Lunch: noodle soup (no available meat in village), papaya salad, omelet and sticky rice

After, the weather seems to improve, still mud so. Walking goes on and at the end of the day, we are back on a real road to join the village where we will sleep. With Mekong and road proximity, it is more developped than hill village, has electricity and a modest temple.    

Diner: lao lap, buffalo soup, aubergin+chili and sticky rice, Lao whisky as a cool drink.

Day 3

New early wake up, I share the guides breakfeast and try « buffalo skin ». It seems more grease than meat and a bit hard to bite but a bit similar to crispy pork (but harder). The normal breakfeast is similar to previous day. After, we had to wait a bit because the van (which has the kayaks) is late. Finally arrived and after some road, we put kayaks in the river under a big rain and we took off on Nam Kham river. Rain will stop at the end of morning.

At some place, river goes along some cliff with some small waterfalls which makes an easy and fun shower for kayaks and ourselves. We finally reached the Mekong river and stop at an elephant camp for lunch, pictures and some elephant trekking. Reaching the land was kind of funny, no pier and no human building to help reaching a muddy countryside going up for 4 or 5 meters. I managed to pass it but, like the elephant when we arrived, a big cleaning was needed.

After, we cross the Mekong to the opposite side to visit Ban Pak Ou caves.

Last, after about an hour of kayak, we finish the adventure in Whisky village: small distillery, tasting, photos of mix alcohol / dead serpent / scorpions / others, few shops and temples.

Back to Luang Prabang in van with a stop to deposit kayak and see the nearby temple.

Note: As rain is not really recommanded for my reflex and my waterproof compact was back in reparation, I only have « few » photos. I will update this post when I will have the ones of my trekking companions.

(English below)

Départ de Chiang Rai

Parti vers 7h15 de ma guesthouse, je manque de peu le bus de 7h30 vers Chiang Khong. Théoriquement, il y a des bus toutes les demi-heures mais comme il faut s’y attendre, il y a quelques changements: pas de bus à 8h, prochain à 8h30. Lorsque le bus part, nous sommes moins de 10 et je suis le seul étranger. Chacun s’est installé tranquillement sur sa banquette. Trajet sans accroc avec beaucoup de rizières, quelques champs de mais et temples et, pour changer, quelques petites averses courtes. Vers 10h45, nous arrivons à Chiang Khong et un classique tuk tuk me dépose en moins de 10min au port.

   

Traversée de la frontière

Le bureau de l’immigration de thaïlandaise est petit (2 guichets) mais ce sera largement suffisant pour aujourd’hui. Je croise (encore) un groupe de français faisant aussi son passage au Laos. En 5min, les tampons sont fait et je peux prendre un bateau pour traverser le Mékong. Ce qui sera un peu plus long, puisque n’ayant pu embarquer avec le groupe de français, j’ai du attendre que mon bateau se remplisse avant de partir. Après, rejoindre l’autre rive se fait en 5 minutes.

L’immigration laotienne se fait aussi rapidement, une fois remplie les formulaires, arrival/departure card et fourni une photo (et bien sûr payé, 30$), moins de 10min. Il est quasiment 12h, donc trop tard pour le slow boat, en tout cas, surement pour avoir une place correcte. Comme prévu, je pars à la recherche d’un lit et fait un tour de la petite ville frontalière qu’est Huay Xay: office du tourisme, échoppes et un seul temple en face du port.

Lendemain slow boat pour Luang Prabang

Fidèle à mes habitudes, je me rends tôt à au slow boat pier et sachant que ce n’est pas « sensé » être loin, j’y vais à pied. 15min de marche plus tard, je suis au slow boat pier, replique de celui de l’immigration, mais avec plein de camions en attente de traversée pour la thailande. Sur le côté, à côté des barges pour les camions, j’aperçois enfin les fameux slow boat, presque entierement couvert et amassés ensemble.

Au guichet, je suis le 4ème de la liste et c’est tant mieux puisque cela fixe l’ordre des sièges pour les 2 jours en partant de l’avant du bateau (et donc loin du moteur …). Par contre, une seule heure de départ … 11h. Je tue le temps à la gargotte (ou restaurant et superette en même temps) juste à côté. Par prudence, vers 10h, je fais mon embarquement et oh, surprise (malgré mes nombreuses lectures de guides & d’infos online), les tant redoutés wood bench sont très minoritaires sur le bateau, essentiellement des sièges de voitures reconvertis et quelques wood bench (~20 / 120 places; au final, pas vraiment utile d’acheter le coussin recommandé par tous les guides et dispo dans toutes les échoppes de la ville). Je m’installe et commence à discuter avec mes voisins: plusieurs groupes de britanniques, un couple basque/espagnol, un couple neo-zéolandais … peu de locaux qui a priori préfère le bus plus rapide mais moins scénique. Plusieurs fois dans la matinée, des coups de pluie tombent plus ou moins fort histoire de bien rappeler que c’est la saison des pluie.

Le départ sera comme il se doit en retard, le capitaine attendant d’avoir un bateau plein et il le sera. C’est bondé ou presque que nous partons vers 12h au lieu de 11h.

La traversée se passe tranquillement, alternant entre vue / photos, discussions, repos, lecture, etc… avec plusieurs petits arrêts. A priori, le slow boat sert de navettes pour ravitailler certaines maisons/villages isolées. Plusieurs fois la pluie fera un passage rapide, mais au besoin, le slow boat dispose de rideau « anti-pluie ». Cependant, en pratique, pour moi, ils ont rarement été baissé plus de 10min d’affilée.

Vers 18h, nous arrivons à Pakbeng, une myriade de laotiens nous attend pour nous attirer dans leurs guesthouse. et comme il se doit, c’est sous la pluie que nous débarquons.

Après recherche d’une guesthouse, tour rapide du village, dîner et repos avant la prochaine journée de bateau.

Deuxième jour

Lendemain, bis repetitae: heure annoncée du départ 9h, j’embarque un peu avant 8h30 constatant que nous avons changé de bateau, que cette fois il n’y a pas de places numérotées et que la disposition des sièges est différentes. A priori, c’est deux slow boat qui vont faire la navette jusqu’à Luang Prabang aujourd’hui. J’observe aussi le déchargement manuel de sac de riz d’une barge voisine, travail essentiellement fait par des femmes.

Vers 9h40 départ, le voyage se passe tranquillement et la météo est largement meilleure que la veille. occupation identique au jour précédent.

   

Vers 16h30, nous arrivons finalement à Luang Prabang, ce qui vient clore notre « croisière » sur le Mekong.

Une chose qui m’a « choqué » en descendant du slow boat est que les passagers, dans l’ensemble plutôt « jeune », se comportent comme des porcs et laissent toutes leurs ordures étalées dans le bateau … ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse.


Leaving Chiang Rai and crossing border to Huay Xay

I left Chiang Rai with the 8.30am bus. Trip without any problems, I arrived in Chiang Khong at about 10.45am. After getting to the pier, I went through thai immigration in less than five minutes and took the ferry boat to the Lao riverside and Huay Xay. On the Lao immigration side, once filled forms, arrival/departure card and given a photo, it also goes very quickly, less than 10 minutes. Sadly, it still has taken enough time to be around noon and it’s too late to take today’s slow boat. As planned, I’m taking a night in Huay Xay and make a quick visit of the town.

Slow boat to Luang Prabang

The day after, I walked to the slow boat pier (~15min) early, about 8am. The good side, I have seat number 4, far from engine, bad side, departure is only at 11am, so took it easy and went to restaurant nearby. Later, when boarding the boat, I’m surprised to see that are less feared woodbench seats than announced by most guy. about 20 on more than 120 seats, most of them are car seat, fixed or not, on the boat. Really, no need for the advised cushion all guidebooks say you have to buy before. Else, I start to discuss with my beighboors, few british, a spanish couple, another from new zealand, … few local people who seems to prefer the bus, cheaper but less interesting for the landscape. The boat left one hour late to ensure it is full enough.

Travel is quiet, sometimes raining, sometimes not. Apart from discussing, most people take nap, read or discuss.

We arrived around 6pm at Pakbeng for the night stop.

The next day, new boat, new seat configuration without seat number this time, less seat but it seems there are two boat for today’s shuttle to Luang Prabang. Travel is a bit better than previous day as weather is more sunny. At about 4.30pm, we arrived at our destination. One thing which made me mad when going out of the boat with last persons, it seems most passengers have let all their garbages on the floor and not keep them to a proper trashbin. I find that respectless and unpolite for boat crew. Would have you let others do this if it was your own boat ?

Sans doute l’un des pays dont la cuisine est la plus connue internationalement. Très grande richesse de fruit comme la plupart des pays du sud-est asiatique, disponibles partout, dans la rue, éventuellement pré-découpé (avec quelques particularités, comme la mangue verte avec du sucre pimenté!)

  • Classique pad thai et Som Thai (R [1], [2]; [8], [9])

  • Quelques « roti » comme en Malaisie (sorte de crêpes)

  • Multiples plats toujours à base de riz ou nouilles

  • Soupes: Paenang et autres

  • Quantités de fruits frais et pas cher ([10])

  • Desserts méconnus comme: Khanom Bueng Thai – Crispy Pancakes, Bua loi, Kanom Krok (R: [3], [4], [5], [6])

Une particularité, en général au nord, avec votre plat (même un simple chicken rice), vous avez un petit bol de bouillon (un peu comme au resto japonais). je ne sais pas si c’est la chine ou autre origine.

Ci-dessous d’autres liens/articles avec ou sans recettes (pas testé)
(fr)
http://cuisine.journaldesfemmes.com/recette-thailande
http://www.delices-du-monde.fr/recettes-thailandaise.html
http://www.cuisine-thai.net/
http://www.je-cuisine-thai.com/
(en)
http://allrecipes.com/recipes/world-cuisine/asia/thailand/
http://thaifood.about.com/od/quickeasythairecipes/Easy_Thai_Recipes.htm
http://www.joysthaifood.com/

(English below)

Arrivée

Départ de bus tranquille, Chiang Mai et Chiang Rai ne sont éloignés que de 3h30. Je pars en milieu de matinée pour la gare routière où je prends mon billet en last minute (comme d’habitude). Moins d’une heure d’attente et c’est le départ. Le bus est plein, à moitié avec des étrangers (on sent la saison touristique). Malgré une route qui semble en bonne état, le trajet est très cahoteux et guère confortable mais bon … c’est pas les bus népalais non plus :p

Visite

  • Wat Phra Kaeow (Emerald/Jade Buddha; copie, l’original est à Bangkok maintenant),
  • Wat Phra Sing (Phra Buddha Sihing Buddha statue; aussi copie, l’original étant à Chiang Mai …),
  • Wat Ming Meuan,
  • night market,
  • Wat Klong Wiang,

  • White Temple (ou Wat Rong Khun): vraiment très kitch. l’extérieur du temple est très beau (blanc/miroir et sans doute encore mieux avec un ciel bleu), par contre, certaines statues et le mur intérieur de la porte du temple sont d’un kitch … mixant religions, films (batman, neo/matrix, …), dessins animés (sailor moon, doraemon), actualités (twin tower, bush, ben laden, …) (quelques autres photos, notamment intérieur … pas permis aujourd’hui)

  • Hilltribe Museum and Education Center (pas de photos),

petite déception, un peu comme Chiang Mai, j’ai pas trop fait de trek (beaucoup sont proposés): esprit déjà tourné vers mon prochain pays (Laos), nécessité de trouver un groupe d’au moins 4 personnes pour avoir un prix raisonnable, de prendre 2 ou 3 jours pour être intéressant, tentation de trouver un trek social/durable (au sens que les ‘hilltribes’ visités en profitent aussi et qu’on est pas l’impression de visiter un zoo mais plutôt avoir un échange) et tout et tout ne m’ont pas motivé … sans compter les expériences de trails peu engageants dans le sud mais je ne crois pas que le nord se prête au trek en indépendant.

Prochaine étape, la frontière avec le Laos et 2 jours de slow boat vers Luang Prabang !


Arrival

I quietly left Chiang Mai in the middle of the morning as Chiang Rai is only about 3h30 of bus. As usual, I took my ticket in last minute mode. Less than a hour later, I was on the road. Bus was full, half with foreigners (high tourist season ?). Even if the road seemed good, the travel is a bit bumpy and not that comfortable even if it can’t compare on nepalese montain bus 😉

Visit

  • Wat Phra Kaeow (Emerald/Jade Buddha; copy, original in Bangkok),
  • Wat Phra Sing (Phra Buddha Sihing Buddha statue; also copy, original in Chiang Mai …),
  • Wat Ming Meuan,
  • night market,
  • Wat Klong Wiang,
  • White Temple (ou Wat Rong Khun): really special temple. The outside is beautiful and very changing compare to other temples with white color and mirror pieces. But some statue and the door inside wall of the temple are really too much: mixing religions, films (batman, neo/matrix, …), japanese comics (sailor moon, doraemon), news/terrorism (twin tower, bush, ben laden, …) (few other photos as you can’t take photo inside anymore)
  • Hilltribe Museum and Education Center (no photos),

One small regret, I didn’t trek here or in Chiang Mai whereas a lot seems available: I was already focused on preparing my next country (Laos). Also, as a (poor) lonesome traveller, I had to find a group (at least 4) to have sensible cost, the good treks seems to last 2 or 3 days and I would have want to find a social/sustainable trek (so hilltribes can also benefit from the tour) … all of these didn’t motivated me and it’s not really possible to trek alone.

Next step, Laos border and Luang Prabang !