(English below)

(ou 3j trek et kayak près de Luang Prabang)

Jour 1

C’est un sous ciel gris, assez récurrent depuis mon arrivée dans le sud-est asiatique (et aussi justifié par la saison des pluies), que nous embarquons dans notre van pour 3 jours d’aventures. Nous partons à 7, 2 guides Mone et Yongjey et avec moi, deux couples d’allemands en quête d’aventure.

Après une heure de route, nous atteignons le point de départ du trek, il s’est mis à pleuvoir et il faut sortir raincoat et kway avant d’attaquer le chemin. Dès le début, nous croisons quelques visages locaux et leurs sourires ce qui nous aide à avancer. Le temps restera pluvieux toute la journée. Le chemin est clair et dégagée, seule la boue est un peu gênante, formant comme une seconde chaussure et un poids supplémentaire qu’il faut régulièrement alléger. Les paysages sont rapidement magnifiques, même si une brume empêche de voir l’ensemble des collines.

       

Premier village (Khmu, origine Khmer) et pause déjeuner: pas grand monde, a priori la majorité du village est dans les champs, nous explique notre guide. Au Laos, il n’y a qu’une seule récolte de riz dont la culture s’étale de juin à décembre, contrairement à la Thaïlande ou au Vietnam où il peut y en avoir 4 ou 5 par an et elle est majoritairement pour une utilisation locale (il y a aussi du mais et du sésame qui peuvent fournir un peu de revenu). Ils y a différentes variétés de riz (quelques 40000 d’après wikipédia) nécessitant plus ou moins d’eau. Ainsi, sur notre chemin, nous avons aussi bien vu des cultures en plateau (noyé dans l’eau) et des cultures à flanc de colline qui ne nécessitent pour pousser que l’eau de la saison des pluie, semble-t-il. Au final, nous devrions voir plus de monde en fin de journée. La saison sèche (jan-mar) se prêterait plus aux rencontres et aux animations car avec moins de travail dans les champs. Le village compte environ 45 familles dont nous ne verrons même pas une demi-douzaine de personnes. Déjeuner froid (et mangé avec les mains), apporté pour l’essentiel même si la maison où nous déjeunons est l’une des rares à disposer d’un générateur d’électricité.

Nos guides nous expliquent que l’électricité au Laos est dans une situation similaire (quoique beaucoup moins marquée et sans coupure quotidienne) au Népal: une production essentiellement hydro-électrique, qui est largement vendue à l’étranger et une campagne peu couverte font qu’il vaut mieux savoir s’en passer ou au moins limiter son usage. (CIA Factbook electricity import/export, export to Thailand – laovoices, amélioration en vue – laovoices, …)

       

Retour dans la boue et quelques passages dans les rizières (celle à flanc de colline, pas dans l’eau🙂, quelques sangsues (en grande partie évitées avec de l’anti-moustique sur les jambes – alternative trouvée sur le net, utiliser du dettol ou de l’antiseptique mains), descente/glissade dans la boue en partie éviter avec les batons (de trek ou bamboo improvisé). La pluie continue, heureusement légère mais suffisamment pour s’assurer de rester les pieds dans la boue. Heureusement, nos guides nous promettent une phase nettoyage avant le village du soir. Et en effet, c’est lavage intégral dans la rivière, puisque le chemin est barré par la rivière à 2 reprises, 3-4 mètres de large et haute jusqu’à mon genou avec la saison des pluies et le seul moyen de passer, c’est de marcher. Au moins, le courant n’est pas très fort mais suffisant pour laver correctement chaussures et chaussettes.

Le village Ban Mok Chung (Hmong) est un peu plus grand que le précédent, environ 65 familles et nos guides nous font une révision des dialectes locaux

Lao

Khmu

Hmong

Bonjour / Hello

Sabadi

Sa Mai le

ngo jong

Merci / Thanks

Kap djai

kop djain yon

owdjaw

(transcription phonétique libre)

Comme le midi, après un peu de repos / nettoyage, nous faisons un tour du village. Pas d’échanges forts en dehors des classiques bonjour, sourires et de quelques ballons donnés aux enfants. Ce n’est pas facile, surtout sur des durées courtes sans compter le problème de la langue. Comme le midi, le village reste calme même avec les retours des champs.

Diner: soupe de poulet (acheté localement et déplumé/charcuté sous nos yeux)

Jour 2

Reveil vers 4-5h du matin avec le village (les fermiers, ca se lève tôt😉, les chiens aussi …) mais petit déjeuner et départ seulement vers 9h. La matinée est pluvieuse à nouveau (très grosse pluie entre 7 et 9h histoire de s’assurer d’avoir son quota de boue), l’après-midi sera cependant mieux avec même un peu de ciel bleu. Le petit dejeuner est malgré tout confort: café en poudre ou lao tea, omelette tomate/oignon et l’inévitable sticky rice.

Retour sur la route et dans la pluie. Dans certains champs de riz, nous retrouvons quelques villageois faisant la sieste sous abri, mérité après les quelques heures de travail à l’aube et sans grand chose à faire avec la pluie.

Peu avant le déjeuner, nous sommes à nouveau confronté à un passage de rivière, mais là, ca remonte jusqu’à la taille et avec un fort courant. Avec l’aide des batons et des guides, nous arrivons à rejoindre le village en ayant évité le bain complet.

Déjeuner: noodle soup (pas de viande dispo dans le village), salade de papaye, omelette et sticky rice

   

Nous repartons et le ciel se dégage, pas la boue malheureusement mais le trajet de l’après-midi se passe sans accroc. En fin de journée, nous rejoignons une route goudronnée qui nous ménera au village où nous logerons cette nuit. Avec la proximité de la route et du Mekong, le village est plus développé que dans les colinnes, dispose d’électricité et a même un modeste temple.

   

Diner: lao lap, buffalo soup, aubergine+chili et sticky rice. Nous profitons aussi de la soirée pour tester le lao whisky.
   

Jour 3

Reveil tôt, j’en profite pour prendre un premier petit déjeuner avec les guides et tester la buffalo skin: peau de buffalo séchée. Ca semble pas très riche en viande mais ca fait un peu l’effet du porc croustillant (en plus dur malgré tout …). Le second petit déjeuner suit la même veine que le jour précédent. Nous patientons quelques temps au village car le van qui amène les kayak est en retard. Finalement arrivé et après trois quart d’heure de route, nous mettons à l’eau les kayaks sous la pluie (forcément …) et nous embarquons sur la rivière Nam Kham. La pluie se calmera en fin de matinée.

A certains moments, la rivière passe à flanc de falaises qui semblent avoir des rivières souterraines. Elles forment en sortie quelques mini-cascades sous lesquelles nous nous amusons à faire passer les kayaks.

Nous rejoignons le Mekong et nous arrêtons à un camp d’éléphant, picnic, photos et elephant trekking au menu. Le débarquement se fait sur une berge montante de 4-5 mètre, gorgée d’eau et c’est le bas bien couvert de boue que je rejoins le camp pour arriver au moment de la toilette d’un éléphant (qu’il ne me restera plus qu’à imiter)

       

Après une rapide traversée du Mekong, nous visitons les caves Ban Pak Ou, quasiment en face du camp d’éléphant.

   
   

Enfin, nous reprenons environ une heure de kayak pour terminer notre périple au Whisky village: modeste distillerie, dégustation, photos des mélanges alcool & serpents/scorpions/autre, quelques boutiques de tissu et temples.

       

Retour en van vers Luang Prabang avec un arrêt pour déposer les kayaks (et voir le temple à côté)

Note: la pluie n’étant pas très recommandée pour mon reflex et mon compact waterproof étant encore en réparation, je n’ai que « peu » de photos. J’updaterais ce post lorsque j’aurais récupéré celles de mes camarades de trek.


Shoes in mud and heart in Lao’s rice field (or 3 days of trekking/kayaking near Luang Prabang)

Day 1

As we left this morning with a cloudy weather, we are seven, 2 guides mone and yongjey, two german couples and me. After one hour of road, we arrived at the starting point of the trek which we began under a light rain. Path is large and cleared so it is an easy walk except for the mud which makes like a second shoes on the shoes and which we need to take off when it’s too heavy / slippy. Landscapes are very good despite the misty weather.

First village (Khmu tribe) and lunch break. There is nearly nobody in the village as it is season of rice culture and it starts early in the morning. In Lao, there is only one culture of rice between june and december (Vietnam and Thailand could have 4 or 5 in a year). There is differents variants of rice (more than 40000 – wikipedia) and some are cultivated sunk in water on platoon?, some on ?biaised side of the hill with only rain water. Guides also explain to us than there is more animation in village during dry season as there is less farming work. The village has about 45 families and only one house have an electricity generator. Electricity situation in Laos has some similarities with Nepal: mainly water production, big export to neighboors even if it still need to import more and countryside rarely linked to main circuit (CIA Factbook electricity import/export, export to Thailand – laovoices, coming improvements – laovoices, …).

Back to the trek, the mud, ricefiels and also few leeches section. We mostly used mosquito repellent on bottom leg to avoid them. After about 2 hours of muddy walk, we arrived near the village and it’s cleaning time ! We have the river to cross twice by walk, so river washing. The Ban Mok Chung village (Hmong tribe) is a bit bigger than the first village with about 65 families and before a quick tour of the village, we revised our local dialect (see table above).

There was no real/big exchange with local people outside of usual hello (translated), smiles and sometimes few ballons given to kids. It’s not an easy thing, especially in a short time and with language barrier.

For diner: chicken soup (live chicken bought at the village and completely cooked under our eyes)

Day 2

I woke up with the village at about 4-5am (farmers wake up early, theirs barking dogs too …) but we only had breakfeast and leaving around 9am. Morning, as previous day, is rainy with a heavy rain between 7 and 9am to insure we have enough mud. Afternoon will be better, only cloudy and a bit of blue sky. For breakfeast, we have some instant cofee, lao tee, tomato/onion omelet and the usual sticky rice.

Back to trek. In one rice field, we saw some villagers sleeping under a shelter, probably after few hours of early work and waiting for the rain to lighten.

Just before lunch break, we had a new river to cross but larger, deeper (up to ?thigs) and with a stronger current. With the walking stick and the help of the guides, we managed to cross without taking a complete bath.

Lunch: noodle soup (no available meat in village), papaya salad, omelet and sticky rice

After, the weather seems to improve, still mud so. Walking goes on and at the end of the day, we are back on a real road to join the village where we will sleep. With Mekong and road proximity, it is more developped than hill village, has electricity and a modest temple.    

Diner: lao lap, buffalo soup, aubergin+chili and sticky rice, Lao whisky as a cool drink.

Day 3

New early wake up, I share the guides breakfeast and try « buffalo skin ». It seems more grease than meat and a bit hard to bite but a bit similar to crispy pork (but harder). The normal breakfeast is similar to previous day. After, we had to wait a bit because the van (which has the kayaks) is late. Finally arrived and after some road, we put kayaks in the river under a big rain and we took off on Nam Kham river. Rain will stop at the end of morning.

At some place, river goes along some cliff with some small waterfalls which makes an easy and fun shower for kayaks and ourselves. We finally reached the Mekong river and stop at an elephant camp for lunch, pictures and some elephant trekking. Reaching the land was kind of funny, no pier and no human building to help reaching a muddy countryside going up for 4 or 5 meters. I managed to pass it but, like the elephant when we arrived, a big cleaning was needed.

After, we cross the Mekong to the opposite side to visit Ban Pak Ou caves.

Last, after about an hour of kayak, we finish the adventure in Whisky village: small distillery, tasting, photos of mix alcohol / dead serpent / scorpions / others, few shops and temples.

Back to Luang Prabang in van with a stop to deposit kayak and see the nearby temple.

Note: As rain is not really recommanded for my reflex and my waterproof compact was back in reparation, I only have « few » photos. I will update this post when I will have the ones of my trekking companions.