You are currently browsing the tag archive for the ‘bilan’ tag.

Tout continue de s’être très bien passé et on va poursuivre dans la joie et la bonne humeur 🙂

Logement

Forcément, les prix sont en hausse dans la zone Pacifique (passe d’environ 5€ la nuit à 15-20€ quasiment toujours en dortoirs), arrivée Melbourne – 1h30.
Couchsurfing: Cela représente ~1/4 de mes hébergements, toujours que des bonnes expériences. Une remarque: je ne sais pas si c’est les périodes (fêtes de fin d’année, été hémisphère sud) ou ou mes requêtes, mais en Inde/Asie, il me suffisait en général de 3 à 5 contacts pour avoir au moins 1 retour positif. Dans le Pacifique (JP, AU, NZ), je suis plutôt à 10-20 requêtes et parfois rien au bout.

Budget

Mon budget de la 1ere année est de 9000+6000€ réparti entre récurrent et coût initial (billet tdm, assurance, équipement, …), donc clairement pas énorme (plus ou moins 1 m2 dans le centre de Paris …)

Pour le début de ma 2eme année, on change de gamme 2400€ pour ~2 mois, mais c’est le Pacifique qui normalement est la partie la plus chère (ou presque, à voir avec USA/Canada).

Pays les plus chers dans mon cas:

– par jour tout compris (avec avions payés en extra, mais hors billet tdm & quelques autres dépenses): Maldives, Hong Kong (52€, mais seulement à cause du billet d’avion et de la faible durée du séjour), Australie, Nouvelle Zélande, Philippines (40€; avion en extra aussi),

– par jour sans avion, extra: Maldives, Jordanie (33€), Australie, Nouvelle Zélande, Hong Kong (23€),

– par coût total du séjour: Nouvelle Zélande (~1200€), Australie, Thaïlande, Chine, Égypte (~800€),

Équipement

Mon plus gros pépin reste la perte/vol téléphone portable càd rien (et qq chose qui aurait très bien pu m’arriver à Paris ou n’importe quelle autre grande métropole).

Pour le reste plutôt satisfait de mon équipement, j’ai juste profité de mon passage à Paris pour changer un pantalon (avec un taux d’usage à 50% pendant 1 an, ça s’use un peu plus vite ;-), ainsi qu’une nouvelle paire de gants et sous-gants (pas assez chaud). Sur les pantalons, remarques mineures: préférer les fermetures velcro (dans mon cas, le tissu autour des fermetures avec boutons poussoirs se sont déchirés rapidement), essayer d’avoir une poche avec fermeture éclair (pour mettre la petite monnaie et éviter la chute ou le vol facile). Perso, j’ai plutôt apprécié l’option convertible d’un de mes pantalons.

Pratique

En 14 mois, 19 pays: de 2j pour les plus courts (Maldives, Tahiti) à 1 mois 1/2 (Chine. Initialement l’Australie et l’Inde aussi), 1 mois pour beaucoup de pays. Clairement, c’est bien de se garder au moins 5-10j par pays où on se fixe à un ou deux endroits histoire de savourer un peu plus la vie locale et quelques semaines de marges sur le voyage globale qu’on repartie à l’envie.

Visa: en général, prendre 1 ou 2 pays avant (sauf autre contrainte/réglementation) et viser les petites ambassades ou consulats: 1- le délai est plus court 2- on demande souvent moins de paperasse administrative. Attention au remplissage du passeport au delà d’un an: il me reste 4p vide + 4p partiellement remplies mais ça devrait être suffisant pour les Amériques où je n’ai que des tampons normalement (pas de sticker visa prenant une page entière …) et « que » 6 pays où je suis sûr de m’arrêter, 2-3 autres suivant le calendrier, la motivation et les finances.

Avions: vols / frais extra / moins cher par tiers que direct dans certains cas (exemple: opodo/aireuropa 592/602#+frais 20/? en mars 2012; frais de traitement non-inclus dans le prix du billet initial: PEK-HKG 7€ nov 2011 – billet 180€, cebupacific web admin fee 80PHP+150PHP bagages 15kg). Attention aussi le vol est de nuit où le coût du taxi (absence de transports en commun) peut faire revoir l’avantage prix de tel ou tel billet.

Photo: je sais, j’en prend sans doute beaucoup trop mais bon … ~110k photos, ~30k classées *, 3700 classées ** (et donc publié en ligne), soit 6-20k photos/mois. Une remarque cependant, j’utilise aussi les photos comme points de repère, comme photocopieuse, … tout çà afin de faciliter l’identification/légende des photos ainsi que la rédaction de blog.

Blog: 130 posts, 81 commentaires, 6 abonnés email. En stats wordpress de 10 à 30 connexions par jour en général, pages les plus vues (en dehors de la homepage): l’itinéraire, comment vider son appart et la présentation du voyageur.

Sur l’accès Internet, Wifi en particulier, le Pacifique est moins « confortable » que le sud-est asiatique: peu de wifi gratuit en mode backpacker hors McDo, certaines chaînes de café, suivant les lieux, les bibliothèques publiques. rarement dispo gratuitement ou illimité dans les auberges de jeunesse.

Mental

La première chose est une transition d’état d’esprit

  • prendre son temps (ou accepter de le perdre), si nécessaire apprendre la patience: le fonctionnement des bus, voir des taxis, que l’on rencontre en voyage est souvent « on ne part pas tant qu’on est plein ». Ca ne gène pas le taxi ou le rickshaw de vous emmener à la station d’essence ou de demander plusieurs fois son chemin. En tout cas, c’est une autre mentalité et de toute façon dans un voyage de long terme, pour l’apprécier, il faut prendre son temps et ne pas faire un monde, de perdre une heure ou une journée, voir plus;
  • apprendre à négocier/marchander. Cela dépend beaucoup des pays (Inde: oui, Malaisie: non par exemple), des endroits (logement: sûrement en Inde, superette/department store: non, marché touristique: oui, marché de campagne: rarement). A chacun de connaître les prix et de voir suivant son voyage, si on veut être un peu plus marchandeur ou pas;
  • accepter le moindre confort (a priori, le plus marqué en Inde et en Chine; en Inde, j’ai trouvé les matelas très fins), le bruit environnant dans les grandes villes (Le Caire, Delhi, …), la faible isolation thermique, le simple ventilateur au lieu de la clim. Le bon côté des choses au moins pour le sud-est asiatique est que cela évite l’abus de chaud-froid dû à la climatisation (comme à Singapour par exemple);
  • renoncer au formatage, accepter les différences de pensée/comportement. Tout est discutable, mais il n’y a pas de courant unique à imposer où que ce soit (même si par fois, on a vraiment envie de les reprendre: genre dans le bus en Égypte ou le train en Inde où le contrôleur fait le ménage en jetant les ordures à la fenêtre … et même les passagers le font en Inde et en Thaïlande).

il faut bien 2-3 mois pour « rentrer » dans son voyage. mais prendre son temps. J’aurais tendance à dire que pour moi, principalement au niveau budget logement/bouffe, je gère mieux mon budget après l’Inde (on se demande pourquoi …)

Côté dépaysement et rencontres, c’est le top. Outre les couchsurfeurs et locaux, c’est beaucoup de voyageurs régionaux que j’ai rencontré pour l’instant (soit sur le moyen-orient, soit sur l’Inde) et finalement peu de « tourdumondistes », au moins pour l’instant.

Découvrir des nouveaux lieux, des cultures, des personnes, de nouvelles cuisines forme réellement un des grands plaisir du voyage et quoiqu’il arrive, on s’en met plein les yeux ! (ou plein l’estomac, selon 🙂

Logement

Couchsurfing (ou d’autres réseaux tel que Hospitality Club, Be welcome, …): très très bien. Pas forcément au niveau de l’économie de budget (suivant les couchsurfeurs, on fera plus de dépenses annexes) mais au niveau de l’échange et de l’expérience de voyage. Quelques habitudes à prendre lorsqu’on retrouve la première fois: échanger le téléphone, le tester qq jours avant (sms), fixer un ou plusieurs points de rv clairs. parfois des surprises à se retrouver dans des grandes banlieues ou des villages « perdus » mais cela fait partie des découvertes.

Hôtels: globalement pas de mauvaises surprises même si quelquefois j’ai eu des insectes indésirables (principalement cafards/cockroaches et une fois en Malaisie des bedbugs/punaise de lit (ouf, j’ai réussi à éviter de les trimbaler), mais bon. En général, pas trop de difficulté à trouver un logement en arrivant. Je prends comme point de départ les budget hôtels de wikitravel et éventuellement d’autres guides et je rayonne autour ensuite. Dans deux cas, cela m’a pris plus d’une heure: Trivandrum en Inde (vacances indiennes, hôtels pleins => 2h avec le sac à dos), Koh Tao (vacances Europe ?, hôtels pleins et qui se remplissaient au fur et à mesure => 3h mais j’avais pu laissé le sac à dos dans un diving centre :). Par contre, suivant les pays, y a plus ou moins de free wifi dans les budget hôtel: omniprésent en Égypte, quasiment absent en Inde, variable dans le sud-est asiatique.

Moyenne: autour de 5€ la nuit (après l’Inde)

Budget

Pour l’instant, ca colle avec un plus bas pour l’Inde et le Sri Lanka (~16€/j et moins tout compris) à ~30€/j pour la Jordanie (exclue les Maldives …). Si je tourne au final sur les 35€/j avec les pays plus développés, cela me fera toujours une enveloppe raisonnable sur une année (12800€).

Côté miles / frequent flyer, je n’ai pas trop pu optimisé Oneworld pour certains des extras que j’ai pris. Aucune compagnie de l’alliance ne proposait de vol pour le Népal ou les Maldives.

Une mésaventure qui s’est bien terminé avec une des compagnies de l’alliance: malgré un changement de date de vol fait dans les règles, on m’a demandé 125$ de rebooking fee à l’aéroport … avec un seul vol/jour, j’ai préféré payé. Il aura fallu un peu moins de deux mois, 2 lettres recommandées et quelques formulaires web pour obtenir le remboursement.

Equipement

Pour l’instant, rien de perdu/rien de volé si ce n’est de petits trucs mineurs. Concernant le passeport, en plus du scan de la partie identité, pensez à prendre des photos des visas (ca peut aussi être une partie difficile à gérer en cas de perte/vol – cf retour d’expérience d’une française en Inde …)

Les lunettes ont frisé la casse sur le ferry de retour de Koh Tao. Pas mal de roulis, un bon coup de vent et elles ont volé, heureusement, sur le pont inférieur sans se casser. A mon dernier changement de monture, j’avais pris des lunettes de « sport », sensées être plus résistantes. Et en cas de casse, j’ai une seconde paire et des lentilles de contact. Éventuellement, j’aurais pu passé par l’opération des yeux au laser, même quelques jours avant le départ (je plaisante. Même si c’est faisable, à déconseiller).

Quelques rafistolages au scotch sur le sac à dos et une couture refaite chez un cordonnier en Malaisie (~10 RM~2 Eur)

Côté équipement, plutôt bien. sac 80+24L adapté (sauf pour le trek) même si j’aimerais bien réussir à l’alléger encore un peu (17kg). A refaire et sans sac déjà à disposition, je pense que j’opterais pour un 40-50L en plus du 24L, avec un ou plusieurs sacs de compression pour les habits. Cela empêche de regrouper les 2 sacs en un mais cela retire le poids de l’armature du 80L, qui fait tout de même entre 1 et 2 kg. Pensez à avoir une protection pluie pour les 2 sacs (ou à défaut, un light raincoat ~ 1-2€ en Asie)

J’ai aussi solliciter en ligne le support des fabricants suivants

  • pour mon compact baroudeur/plongée qui n’avait pas survécu à son premier bain: conclusion = support international nul (jamais répondu à mes contacts, que ce soit par téléphone ou email), support français (après renvoi là-bas …): échange standard. J’ai dû répéter l’opération une deuxième fois. A noter, au même titre que pour les ordinateurs portables, il y a un délai d’une à deux semaines (voir plus) pour récupérer le matériel, ce qui n’est pas forcément facile à gérer dans le voyage.
    Attention: pour faire jouer la garantie internationale. Pensez à avoir scanné au préalable, factures et carte de garantie ! Les factures peuvent aussi servir en cas de sollicitation de l’assurance.
  • pour mes chaussures trekking: la semelle arrière a été entamée après les 2 premiers mois, et après 4 mois, un autre petit morceau s’est détaché. Aucune réponse du fabricant, le SAV/revendeur français dit « on peut rien faire, sauf changer toute la semelle en 1 mois … » et les revendeurs internationaux ne répondent pas … au final, je pense que j’aurai dû faire « réparer » en Inde au tarif local (~10 Rs). En Malaisie, les cordonniers locaux que j’ai vu ont déclinés la réparation.

Le reflex n’a pas échappé à quelques frayeurs aussi:

  • une chute (entre 1 et 2 m) a entraîné (je pense), un dévissement de la première optique de l’objectif … heureusement la présence du filtre UV a empêché toute chute inopinée. C’est en constatant que l’appareil ne faisait plus correctement de focus (en manuel ou auto) et en faisant son démontage (au calme, sur un canapé) que j’ai constaté le problème. Une fois tout remis/revissé, retour à la normal;
  • bague de zoom dilatée, a priori à cause de la chaleur. Ce problème a l’air très commun pour les appareils qui voyagent dans les pays chauds (Forum nikonpassion, virusphoto, pixellistes, …);
  • une fois, la bague (première) s’est dévissée. Elle ne supporte aucune optique, juste le filtre. Il faut soulever une bague adhésive pour pouvoir accéder aux vis et les revisser (avec un petit tournevis type pour lunettes ou la lame fine d’un couteau suisse). cause ? chocs/secousses répétées, j’imagine.

Sinon, ce qui me sert le plus, c’est le chiffon pour nettoyer les verres des objectifs et des lunettes.

Ma sélection d’objets indispensables:

  • lampe frontale: indispensable (toilettes, rues, grottes, etc.)
  • multiprise & bon adaptateurs internationaux. par exemple, si une seule prise électrique pour le ventilo, un bon adaptateur peut être utilisé pour branché sa multiprise et rebrancher le ventilo étranger.

Quelques objets sympas vu chez d’autres voyageurs mais ensuite à chacun de trouver son compromis confort/poids/encombrement: bouilloire/boiler 33/50cl (pour thé/café, soupe, oeuf dur; mais quid du fonctionnement en altitude ?; Kitchen Bazaar, Qoqa), matelas gonflable de camping, sac/mousse protection camera (pour les événements « dangereux »), téléphone renforcé/tout-terrain, double SIM card (en fonctionnement simultané): Sonim, MTT (a priori, dans les 300 Euros et pas trop en retard par rapport aux smartphones)

Pour les treks/hike/climbing, j’ai regretté de ne pas avoir de petits gants pour protéger la paume de la main, du genre de ceux utilisés par les cyclistes pro, je crois.

Au niveau high-tech, la montre GPS/altimètre/météo serait sympa pour les trek/hike ou l’ordinateur de plongée, même pour un simple snorkelling avec quelques apnées … problèmes: pas de solution tout en un, légère et pas chère d’autant que ca peut attirer les convoitises suivant les endroits. Et puis j’aime bien voyager avec rien dans les mains et autour des poignets 🙂

Pratique

météo: très rarement consulté, globalement satisfaisante.

Internet: j’utilise très rarement les boutiques (vraiment s’il y a pas le choix). Free wifi à l’hôtel, voir au restaurant/café en premier. Mais la disponibilité varie beaucoup. Sur ce point, l’Inde, sans doute pour raison légale est un peu plus difficile à gérer qu’ailleurs.

Skype: très souvent accès limité à la voix et des saccades peuvent être perçu par le correspondant. Rarement utilisable pour la vidéo.

Côté ordi, j’aurais gagné pas mal de temps à avoir étrenner mon netbook plus longtemps avant, histoire d’être confortable avec. Suivant l’équipement et le temps dispo avant, ne pas hésiter à tester les tâches de dernière minute en voyage: backup photo, tri photos, backup online/offline, blog offline, wikipedia/wikitravel offline, si iphone/smartphone : copies de guides, backup/restore et mode modem tethering/reverse tethering.

Route: globalement, les piétons traversent n’importe où (et sont forcés de le faire). simplement rester prévisible sur sa trajectoire, suivant les lieux faire un signe de la main peut aider. Ne pas conduire sauf si expérimenté dans beaucoup de pays, surtout dans les grandes villes: Egypte, Jordanie, Inde.

Transport: les premiers train/bus en Inde font un peu bizarre mais on s’y fait sans aucun problème même pour les classes dites « populaires » / « déconseillées aux touristes ». Par contre, au moins pour l’Egypte et l’Inde, éviter les transports publics des capitales … beaucoup trop saturé.

Santé

Pas de gros problème. Quelques maux de ventre un peu plus marqués au début de l’Inde mais sinon Ok. Les 2 médicaments que j’ai le plus utilisé pour l’instant sont la solutricine (irritation gorge, souvent liée à la pollution des grosses villes) , la doxy/malarone (traitement anti-palu) et un peu de maalox (maux/aigreurs d’estomac).

Un exema aiguë sur les avant-bras en Malaisie, a priori cause multiple: très fort ensoleillement (îles/snorkelling) + anti-moustique DEET 50%. Cela m’a permis de voir comment cela se déroulait avec l’assurance: plutôt bien. Le délai de réaction a été plutôt lent mais il n’y avait pas d’urgence. Par contre, en cas d’avance de frais, bien garder à l’esprit de scanner/photographier tous les documents (factures, rapport médical) et les envoyer par e-mail au plateau médical et à l’assurance (différent dans mon cas) et par courrier avec les originaux à l’assurance (nécessaire, dans mon cas, j’ai pris un recommandé)

[désolé, je suis totalement à la ramasse pour cette catégorie. on vas essayer de rattraper ca. AVERTISSEMENT: cette page ne représente que mon expérience, voir seulement une partie ou celle d’autres personnes, dans ce pays. Elle n’est pas exhaustive et reste limitée dans le temps et l’espace.. // sorry, for administrative & practical stuff, I stay in French only. Also I’m completely out of schedule on the posts of this category. DISCLAIMER: the content of this page is only an extract of my experience of the country or the one of others. It’s not exhaustive and can change with time or place. // Inde Mars-Mai 2011]

Arrivée au pays

Pour l’Inde, une demande de visa doit impérativement être faite avant d’arrivée (sauf quelques rares pays, genre Népal). C’est le seul visa que j’ai demandé en France, puisque l’Inde était au début de mon périple. Le visa est automatiquement ‘multiple entries’ mais doit être validé avec un justificatif (le ‘re-entry endorsement’ que je n’avais pas et que j’ai fait depuis le Népal et qui demande encore plus de paperasses que le visa initial – notamment preuve de sortie et coûte environ la moitié du visa touriste, qui au népal est moitié moins cher quen France, 15/30USD en avril 2011).

A l’arrivée à l’aéroport, de très longues files près de l’immigration (même en arrivant à 5h du matin …).

Comme tout aéroport international, services de change et ATM sont présents. Petit inconvénient, je n’ai trouvé que des ATM Citybank qui limite à 4000Rs les retraits et qui en plus ne donnent que des coupures de 500 (ce qui immédiatement a gêné le guichetier du airport express metro). D’autres ATM sont plus diversifiés dans les coupures fournies. Un conseil: garder les petites coupures (<=100) pour les rickshaw et utiliser les billets de 500 pour tout ce qui coûte plus de 100Rs même quand on vous demande du change. Ils se débrouilleront toujours pour en trouver quitte à faire du change avec le voisin.

Carte SIM locale: Il y a un guichet Airtel à l’aéroport. Il vous faudra cependant produire passeport (page identité & visa), adresse/tel en Inde (hotel ou ami) et une photo d’identité pour obtenir une carte SIM locale, coût 50Rs + crédit d’appel 50-100Rs. Attention, il y a des coûts de roaming entre états indiens: les appels entrants/sortants de Delhi (si c’est là que vous achetez votre SIM) sont pas chères, mais les prix augmentent en dehors et vous pouvez être facturé en partie pour des appels entrants. Autre remarque, il est sans doute préférable de le faire à l’aéroport. Je l’ai fait chez un petit marchand de rue près de connaught place, New Delhi. Une semaine après l’activation de la ligne, je recevais le SMS suivant: « As per Govt. directives we have to discontinue the service to your airtel Mobile as we have not received your airtel Prepaid Enrollment Form. Kindly contact the airtel showroom or dealer from you purchased your airtel Mobile immediately. » (facile …; les SMS entrants semblent continuer de fonctionner ainsi que l’appel au support, sinon contact via Internet. Quelques jours plus tard, tout était revenu à la normal).

Pour quitter l’aéroport, j’ai de la chance. Cela fasait 2 semaines que le nouveau airport express metro avait été inauguré et relie l’aéroport avec New Delhi Metro station en ~20minutes pour 80Rs.

Pratique

Prix typique: bouteille d’eau 1L ~10-15Rs, thé 6-10Rs, ?

Transport:

  • Attention, les tuk-tuk/rickshaw de New Delhi ont la dent dure et il est souvent difficile d’obtenir qu’ils utilisent le ‘meter’. tarif de base 60-80Rs quelque soit la distance. Plus raisonnable en province 30-40Rs (mais pas de meter de toute façon).
  • Pour le métro de New Delhi, très moderne, climatisé (modèle japonais ?), je vous conseille d’utiliser la smartcard qui permettra d’éviter de faire la queue au guichet. Attention cependant, le traffic métro, en particulier entre kashmere gate et central secretariate est très important. Eviter les heures de pointes (genre 15h-20h), les indiens ayant alors tendance à se comporter comme des boeufs en rut (metro bondé, on bourre pour rentrer sans même laisser descendre – imaginez Paris après un mois de grève et avec le quinze de France sur le quai …) et a priori, c’est tous les jours comme ca. A noter, comme au Caire, chaque rame a 2 wagons réservés aux femmes en tête/queue.
  • Pour les bus, même syndrome qu’en Egypte. A éviter pour New Delhi car trop bondé au moins sur les lignes principales. C’est en général plus gérable ailleurs.

Un point aussi à noter, les sites touristiques, ne sont pas toujours à côté des sorties de metro, rickshaw/bus à prendre à la sortie (ex: Qutab Minar, bus 629 à attraper, -5Rs)

Toilettes variées: à l’occidentale avec/sans tuyau/douchette, turques, squat, …

Ville: pour Delhi, comme dit précédemment, on est sur un modèle similaire au Caire: surpopulation (17 vs 15.5 millions d’habitants d’après Wikipédia), fort trafic, forte pollution. Beaucoup de bruit de jour comme de nuit (ce qui ne facilite pas de trouver le sommeil dans des budget hotel sans aucune isolation sonore). Le trafic est cependant plus hétéroclite qu’au Caire: en plus des nombreuses voitures, bus et mini-bus, il y a les tricycles simples ou à moteur, quelques fous à vélos, et forcément suivant les quartiers, des vaches (sacrées).

Beaucoup d’Indiens dans les différents sites touristiques, se prennent beaucoup en photos.

Parcs: plein d’écureil, oiseaux.

Questions récurrentes de la part des hindous, « come from ? » (or « from »), « name ? » avec un accent plus ou moins marqué.

Conseil si vous pensez utilisez les chemins de fer ou l’avion en Inde, enregistrez-vous et familiarisez-vous avec leurs sites web avant … Il est possible de réserver sur le site d’indianrailways dédié IRCTC et de payer avec une carte bancaire internationale. Attention, seul ce dernier permet de voir tous les trains, le premier n’affiche que les « Important » stations. Sachez qu’en général, à la gare, soit vous avez un guichet étranger, soit (il semble que) les étrangers peuvent court-circuiter la file d’attente d’indiens (souvent conséquente et peu « organisée ») pour aller en tête de guichet ou à sa porte et prendre son billet.

Santé: un peu malade, mais juste 1j collé au lit (arrivée + 1sem), càd pas grand chose (écho de 3-5j au lit ou passage à l’hopital pour perfusion) compte-tenu de tous les changements environnementaux (nourriture, climat, …).

Concernant les jus de fruit frais en Inde/Népal: les fruits sont frais mais pas très frais/froid, car conservé à température ambiante (soit tiède) ou plus rarement des frigo standards (entendre pas adapté au climat indien) … pas de Shake à la thaïlandaise (fruit+glace pilée mais problème de l’eau).

Dans la catégorie insolite, beaucoup d’hindous du nord semblent apprécier de se teindre les cheveux en roux … A Varanassi, la plupart des gens semblent en permanence mâcher/chiquer de l’herbe (???), ce qui est loin de faciliter la compréhension mutuelle.

Citations de 2 hindous « si seulement plus de gens faisaient leur travail dans ce pays », « tous les hindous du nord sont des tricheurs ». no comment/no troll.

Contrairement au moyen-orient, les mosquées n’ont pas de tapis … donc de temps en temps, on fait une danse de saint guy sur des dalles ou du sable brûlant 🙂

Climat

Pour mars, doux pour new delhi, chaud pour Jaisalmer (~ 37°C). A la fin de mon séjour au sud (avril), on commençait à sentir le début de la mousson.

Langues

Pour le nord, hindi + anglais.

Pour le sud, très varié.

Dans l’ensemble, on se débrouille avec l’anglais mais mon impression est malgré tout qu’il est moins parlé que ce que j’imaginais (où alors, j’ai du mal avec l’accent indien). En tout cas, la plupart des rickshaw ne semblent pas avoir assez d’anglais pour négocier les prix (mais c’est peut-être voulu).

Internet

Contrairement à l’Egypte, mon impression est que peu de budget hotel fournisse Internet, même seulement en salle commune. Vous êtes le plus souvent renvoyé vers les cybercafés locaux qui ressemblent plus à des réduits où vous êtes entassés et où il n’y a guère de confidentialité (donc peu conseillé d’aller consulter ses informations bancaires sur place) … L’heure de connexion coûte environ 30Rs.

QQ free wifi: http://freewifiwiki.net/index.php?title=India

Le wifi est aussi beaucoup moins fréquent que l’asie ou l’égypte mais sans doute un problème de législation (sans doute peu respecté par les petits établissements). Certains cybercafés annoncent aussi clairement la couleur, en disant avoir installer un outil de surveillance gouvernementale sur leurs postes …

Liens

indian rails: http://www.indianrail.gov.in/, http://www.indianrailways.gov.in/ (pourquoi deux …)
Bus jaipur: http://www.jaipurbus.com/route_map.html
Le fonctionnement des classes dans les trains indiens: http://www.seat61.com/India.htm#classes
Bus Karnataka (online booking need to register): http://www.ksrtc.in

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/inde-12259/
http://wikitravel.org/en/India
http://hitchwiki.org/en/India
http://wiki.couchsurfing.com/en/India

Bilan

Hôtel

Prix, en général, on peut avoir sa chambre simple/double pour 5€ ou moins avec un niveau de propreté acceptable. J’ai plusieurs fois croisé des petites bêtes (cafards, araignées, …) mais en nombre « raisonnable », jamais d’invasions par dizaines et plus comme on me l’avait décrit lors de mes préparatifs.
L’inde offre une catégorie low budget hotel comparé à l’Egypte, plus proche des 5 Euros et moins.

Regret: très rarement Internet de dispo à l’hotel, et aussi manque d’un espace de rencontre/partage de voyageurs (contrairement à l’Egypte).

A l’inverse très contents de mes couchsurfing. Assez facile à trouver, surtout en zone urbaine.

Pour les dormeurs, il faut noter que les coussins et matelas indiens (au moins dans les budgets hotels ou dans les trains) sont assez peu épais. Mais bon, on s’y fait.

Mieux/Pire

J’ai aimé:

  • Amber, son côté petit village, le festival holi avec d’autres couchsurfeurs,
  • le train, une véritable expérience de vie locale pour moi (au moins en classe populaire sleeper/2F où les gens partagent facilement leur repas, où de nombreux vendeurs ambulants circulent avec des paniers de nourritures variés, sans compter les vendeurs de thé),
  • certains indiens, le plus souvent CS, très disponible et sympa.

Moins aimé:

  • Les richkaws (ou tuktuk), en particulier à New Delhi (vraiment l’impression de se faire arnaquer en permanence),
  • la gestion des déchets et la protection de l’eau,
  • la faible signalisation internationale (peu de panneaux/plans en anglais), même dans les sites/gares modernes des grandes villes,
  • le fait d’avoir à payer pour prendres des photos voir d’interdir les photos en forcant de déposer l’appareil au « cloak room » (mais en général, pas les téléphones portables/smartphones),
  • la gestion des visa et l’abus de paperasses, notamment en cas de ré-entrée (=> à éviter mon sens et si vous pensez joindre le népal à votre voyage, prenez-le visa sur place: moins cher et plus rapide),
  • les moustiques. produits français peu efficaces dans mon cas, mieux crème locale (Odomos, 25-45Rs le tube), huiles essentielles à tester.

Côté indien, sentiment partagé. Si d’un côté, je suis très positifs avec mes couchsurfeurs, les hindous rencontrés dans le train et quelques aides dans la rue, les rickshaw, les demandes constantes dans la rue, voir les relations avec certains hotels sont vraiment très ennuyantes et nuisent beaucoup à la plénitude? du voyage (student guide, scams … et autre qui commencent par dire ‘no money’ et ensuite demande un tip même si tu as dis que tu ne donnerais rien = cheating).

Pour les filles voyageuses (en mode backpacker), j’en ai rencontré plusieurs voyageant seules au nord comme au sud et qui n’ont eu aucun problème. La vigilance habituelle s’impose cependant et ne pas hésiter à mettre les choses au clair en cas de doute. Mon impression est que certains indiens se permettent beaucoup plus de choses avec les étrangères qu’avec les indiennes.
Ma recommandation, au moins pour un 1er voyage, serait de priviligier le Sud et les campagnes. C’est plus calme et plus relaxe. Il y a bien sûr de belles choses à voir dans les grandes villes, mais suivant votre caractère, leurs agitations et les arnaques peuvent les rendre moins agréables (mais c’est vrai dans tous les pays).

Cuisine

Similaire à l’inde sur beaucoup d’aspect.

  • Momo, sans doute issu de l’Asie. forte ressemblance avec le Jiaozi chinois ou le Gioza japonais (voir Wikipedia ‘Dumpling’)
  • Dhal bhat, mélange de riz et lentilles
  • Tibetan bread

Ci-dessous un lien avec quelques recettes (pas testé)

http://www.himalayanlearning.org/the-himalaya/nepal-food.php?fpage=183&tpage=88

http://www.soray.name/index.php?option=com_content&task=view&id=117&Itemid=62

http://blog.tylerbell.net/2007/11/01/tibetan-bread/

http://www.ifood.tv/recipe/tibetan-prayer-wheel-barley-bread

Hôtel

Dans l’ensemble, j’ai trouvé les hôtels plus clean qu’en Inde, j’ai aussi apprécié de retrouver une connexion wifi dans la plupart de mes hôtels 😉

Un gros point de gêne par contre, c’est les coupures de courant qui sont très régulières et beaucoup plus longue qu’en Inde: quelques heures plusieurs fois par jours. Suivant les hôtels, il peut être nécessaire de switcher les lampes (2 circuits de lampes différents entre général et générateur de secours) et parfois les prises de courant sur générateur sont limitées au salle commune.

Il est aussi nécessaire, suivant les lieux (en dehors des zones de trek et de Kathmandu semble-t-il), de négocier les prix. A Pokhara, les discounts (20-30%) semblent la règle même si on vous demande le secret sur les réductions accordées.

Prix: ~300-500nrs pour les low budget hôtel, sur le trek des Annapurnas ~100-300nrs pour une chambre single/double/triple (même prix approximatif, parfois gratuit, les bénéfices se font sur les repas)

Mieux/pire

J’ai aimé:

  • Les paysages / la montagne,
  • le trek.

Moins aimé:

  • les coupures de courants,
  • les bus qui s’entêtent à donner des horaires de direct là où ce sont toujours des omnibus,
  • Comme l’Inde ou l’Égypte, on peut toujours tomber près d’un tas d’ordures à côté d’un superbe paysage. C’est cependant plus rare au milieu du trek …

Liens

Sur l’électricité et les problèmes de coupures récurrentes:

http://nepalsherpasig.fr/?tag=electricite (français installé au Népal)

http://www.nea.org.np/ (schedule des coupures en népalais uniquement)

Avis

Globalement, très content de mon trek, même si je n’ai pas pu faire le trek complet. C’est aussi dommage de ne pas avoir pu enchainé sur un petit trek de 3 à 5 jours.

Conseil pour les novices du trek: commencer par de plus petits parcours et moins connus, genre 5-7 jours. Si vous êtes toujours en forme après le premier, passez au suivant ;-). si possible, validez votre équipement et votre degré d’acclimatation à l’altitude avant (par ex, déjà vers 3000m si vous visez Thorung la et ses 5416m) que ce soit dans son propre pays ou à proximité.

Pratique

Pour les compagnons, différentes opportunités pour en trouver (forums internet, réseaux sociaux, bureaux de l’ACAP, sur le trek ou via agences.hôtels). Cependant, c’est mieux si le rythme de vie est similaire (marche, sommeil, …), notamment si vous partagez la chambre. Dans mon cas, ca correspondait bien 🙂

Sur les hôtels, essayer (si souhaité) de faire votre lessive et de prendre votre douche juste après votre arrivée au lodge pour avoir un peu de soleil. En général, au mieux, l’eau est tiède, sinon froide. Les 2-3 jours au top, on évite car souvent, l’eau est glacée … Pour les toilettes, c’est le plus souvent à la mode turque. Aucun chauffage dans les hôtels que ce soit les chambres, douches ou toilettes (même à 4000m …).

Au lodge/restaurant, il est préférable de commander à l’avance le repas/petit déjeuner. Le service est long en général (>=30min).

Internet: essayer de minimiser l’usage. on peut trouver des cybercafés mais les connexions sont souvent peu performantes et chères (10 à 20nrs / min, parfois minimum 10min). Il n’y a pas forcément de wifi, voir d’accès filaire pour utiliser son propre portable. Seul Jomson semble proposer des prix proches de Pokhara (100 à 300nrs de l’heure)

Manang: règle hôtel: tous les repas dans l’hôtel pour payer sa chambre un prix raisonnable (100-500nrs) sinon pas de chambre ou 1000 à 1500 nrs

Dans la plupart des hôtels, recharger son téléphone/appareil photo/laptop est payant, ~ 100nrs/full charge. Alternative triche avoir un convertisseur ampoule / prise électrique. mais comme pour Pokhara, les coupures électriques sont fréquentes.

Cuisine

Le repas universel des guides/porteurs est le Dal bhat. Pour le reste, vous retrouverez à peu près partout la même carte avec quelques options internationales (toast, pancake, pasta, chowmein, …) sachant qu’il y a une inflation des prix au fur et à mesure qu’on approche du sommet (Dal Bhat 250->500nrs, cup of black tea 30->100nrs).

Yak meat: suivant les hôtels, pas de viande de yak sauf en saison (oct-nov, Manang), seulement viande séchée. Cependant, dans certains villages, elle est dispo quoiqu’il arrive (Yak Kharka).

Équipement

Côté sac, le mien (24L) était clairement trop petit. Je pense que la bonne taille se situe vers les 40L.

Suivant votre consommation d’eau, essayer de remplir votre bouteille ou gourde soit avant de vous coucher, soit avant les repas pour permettre au produit de purification d’agir (entre 30 et 60 minutes). Je vous conseille de privilégier les pastilles micropur/aquatablet (160nrs les 50 à Pokhara) et ne pas utiliser l’eau en bouteille (pollution/coût) ou les stations de purification d’eau (coût) sauf besoin particulier.

Les bâtons de marches apportent un mon sens un réel confort. Plus de stabilité en montée/descente, plus de poussée sur sol plat. Cela permet aussi de ménager les genoux et le dos. Faites attention à ce propos et suivant vos antécédents, prévoyez genouillère ou autre.

Pour les quelques jours/heures de grand froid, prévoir des chaufferettes pour les mains et pieds (plutôt celle à usage unique qui semble durer plusieurs heures vs mon expérience de chaufferette réutilisable qui n’a duré que 15min) et des chaussettes/moufles adaptées. Pour moi, j’ai eu quelques heures de bon matin où j’avais vraiment l’impression d’avoir les mains/pieds gelés.

Un certain nombre de trekkers disposait de montre gps/altimètre, ce qui est assez pratique surtout si vous avez une fonction mémoire pour pouvoir ensuite uploader le trek sur votre ordinateur et le visualiser avec Google Earth ou un autre logiciel. Un (gros) point noir de ces matériels semble être le support unique de Windows, pas de client officiel pour Macos X ou Linux 😦 que ce soit Suunto, Garmin, TomTom, …

Lunette de montagne si possible. Après discussion avec le médecin de la HRA, mes lunettes correctives adaptatives (elles foncent en cas de forte luminosité) peuvent être suffisante mais elle ne couvre pas tous les angles. Conseil: compléter avec une écharpe fine qui peut à la fois servir pour protéger les yeux et le nez/la bouche

Prévoir occupation pour soir ou en cas de mauvaise météo: cartes, livres, jeux vidéos, films, … (attention à la disponibilité de l’électricité et coût de recharge pour le matériel électronique)

Quelques liens

http://www.mallatreks.com/equipment/

http://www.remichapeaublanc.com/nepal/fiche-pratique-que-mettre-dans-votre-sac-dos/

http://www.jardinature.net/page-conseils-marche.htm

http://www.quechua.com/fr-FR/comment-choisir-son-baton-de-randonnee-a-390.html

http://www.sportnat.com/lapouneur/calcul/batons.htm

http://trek-cordillere.com/bien-choisir-son-equipement.html

http://bambourando.over-blog.com/article-les-batons-de-rando-ou-de-trekking-61068173.html

http://www.enviedisdemarcher.com/2010/05/bien-choisir-ses-b%C3%A2tons-de-randonn%C3%A9e.html

http://www.camptocamp.org/articles/108778/fr/les-batons

Un commentaire sur ceux vendus au Népal: pas de dragonne comme la wii avec un blocker entre bâton et le poignet, peu de longueur pour permettre une tenue du bâton à différentes hauteur.

Mais dans l’ensemble, l’équipement au Népal est satisfaisant pour un trekker occasionel.

(sorry, for administrative & practical stuff, I stay in French only)

Vu que mon séjour est un peu plus court, j’ai préféré faire un post groupé.

Arrivée au pays

Via Aqaba, aucune formalité lourde. La demande de visa se fait sur le bateau depuis Nuweiba. Ils prennent le passeport et le rendent dans le hall d’arrivée du port. (par contre, il faut être très patient avec le slow boat … départ 6h après l’horaire prévu – si on peut parler d’horaires fixes – et traversée 5h)
Attention, si des services de change de devises sont présents, je n’ai vu aucun ATM/GAB au port.
Le taxi pour rejoindre le centre ville coûte environ 5jd (global; à partager si vous êtes plusieurs; si vous ne tombez que sur des taxis récalcitrants, demandez à un gendarme de l’aide => pour nous, il nous a fourni le taxi au prix juste).
Pas de service pour carte téléphonique au port, mais j’ai eu la bonne surprise de constater que ma carte SIM égyptienne fonctionnait en Jordanie (et même à la frontière des Émirats Arabes dans le Wadi Rum).

Pratique

Les prix sont notablement plus chers qu’en Égypte et encore plus à Petra: environ 0.5-1jd le thé, idem pour 1 falafel ou une grosse bouteille d’eau. A Amman, par contre, on peut descendre à 0.25jd le falafel ou le thé.
Attention, si les restaurants proposent souvent des cartes avec des prix, ces derniers restent tout à fait négociable, au moins pour les faire rentrer dans le « rang ».
L’entrée de Petra semble avoir subi une « forte inflation »: 50-60jd pour 1 à 3j (contre 20-30 en 2008 …). A l’inverse la plupart des musées ne coûtent rien (1jd en général).

Pour les transports, attention à différencier les taxis: blanc = trajet fixe + partagé, jaune = soit fixer le prix par avance, soit demander le meter.
Pour les bus et mini-bus, éviter le vendredi. En tant que jour de prières, il semble que les services de mini-bus soient réduits voir purement supprimé pour certains trajets (notamment Aqaba-Wadi Rum, Jerash-Irbid). Si des « offices du tourisme » avec brochures/cartes et des panneaux d’affichage existent dans certaines villes (Aqaba, Amman), les bus fonctionnent toujours en « mode arabe »: tout en arabe, aucun horaire fixe (sauf exception) et remplissage max.

L’eau est limitée dans certaines régions: Petra, Amman ainsi le débit des chasses d’eau ou des douches est relativement faible et une sur-consommation peut être facturé par certains hôtel.

Un point amusant concernant les toilettes est l’apparition de douchettes. En Egypte, c’était le plus souvent, un simple tuyau de métal courbé à l’intérieur du WC. Cela fait tout de même moins hi-tech que les toilettes japonaises dont certaines peuvent varier la forme et la puissance du jet ou même jouer de la musique 🙂

Climat

même remarque que l’Égypte en janvier, chaud le jour, froid la nuit … donc prévoir quelques vêtements chauds.

Langues

idem Égypte

Liens

idem Égypte

Bilan

Cuisine

Similaire à l’Égypte, mais j’aimerais développer les recettes bédouines.

  • beduin lunch
  • kofta
  • mansaf
  • arabic sweets

Ci-dessous des liens/articles avec ou sans recettes (pas testé)
http://www.ifood.tv/network/arabic_dessert/recipes
http://www.associatedcontent.com/article/1817168/the_beduin_culinary_simplicity_or_sophistication.html
http://www.kaycooks.com/view-all-recipes/215-bedouin-roast-lamb

Si vous avez de bonnes adresses pour des recettes arabes, je suis preneur !

Hôtel

Similaire à l’Égypte, pas trop poussé dans l’hôtel low-cost. En général, j’ai pris du budget hotel avec single room / shared bathroom sans aucun problème notable + couchsurfing.
Un pire cependant: la tente de la guest house au Wadi Rum, j’avais l’impression que le matelas me refroidissait … j’aurais peut-être mieux dormi dehors.

Mieux/pire

J’ai aimé (oui, ca fait un peu copier/coller …):

  • les réunions « coin du feu » avec d’autres voyageurs (mais je pense que ce sera le cas partout donc je vais arrêter de le mettre ;-),
  • les jordaniens sympas/bienveillants (ça aussi, à l’avenir je ne préciserait que si c’est l’inverse),
  • le désert du Wadi Rum que j’ai adoré et que je place devant Petra, trop touristique et trop chère à mon goût.

Moins aimé

  • l’inflation des prix à Petra …
  • pas assez de temps pour aller voir la Syrie, Jérusalem, le Liban ainsi que la bande de Gaza dont j’ai eu des retours très positifs par quelqu’un ayant travaillé 3 mois sur place pour une ONG. Next time !

Demain, Delhi et l’Inde ! choc en perspective … (surtout si vous ne vous y préparez pas)

Petit bilan de mon passage en Égypte.

Cuisine

  • Falafel
  • Egyptian breakfeast
  • sea-food lunch
  • Kushari
  • beduin lunch
  • boissons: thé, lait chaud avec cannelle

Ci-dessous un lien avec quelques recettes (pas testé)

http://mideastfood.about.com/od/egyptianrecipes/Recipes_from_Egypt.htm

Hôtel

Pour le début de mon voyage, je n’ai pas trop poussé dans l’hôtel low-cost. En général, j’ai pris du budget hotel avec single room / shared bathroom sans aucun problème notable.

Mieux/pire

J’ai aimé:

  • les réunions « coin du feu » avec d’autres voyageurs, le plus souvent à l’hôtel,
  • les égyptiens très sympas/bienveillants, et moins agressifs commercialement que d’autres pays d’Afrique du nord,
  • le désert.

Moins aimé:

  • la gestion des déchets et la protection de l’eau,
  • la faible signalisation internationale (peu de panneaux/plans en anglais), même dans les sites/gares modernes des grandes villes,
  • peu d’explications/légendes dans les musées, ce qui ne met pas en valeur les objets,
  • l’interdiction quasi-systématique des appareils photo avec ou sans flash, quand ce n’est pas de la monétisation plus ou moins licite. Si je comprends tout à fait et approuve l’interdiction des flash de façon à assurer la préservation des antiquités, je ne vois pas en quoi une photo sans flash les met en danger. Il ne s’agit même pas de merchandising car la plupart des musées n’ont aucune boutique à la sortie pour vous vendre des cartes postales ou autres. (voir à ce sujet, le choix identique du Musée d’Orsay en France, Rue89, 2011/02/05)

Liens

http://www.bus.com.eg (pas tous les bus, notamment Dahab)