You are currently browsing the tag archive for the ‘cusco’ tag.

(English below)

J4

Réveil similaire. Alors que le petit déjeuner était en préparation, vu quelques animaux: beaucoup de viscachas (sorte de lapin à queue d’écureil) et un renard.

Vers 8h, reprise du trek. Comme précédemment début montée, mais on atteint la dernière passe (Al Jampa / Campa pass, 5000m) assez tôt où nous y rejoignons un autre groupe de trek (beaucoup plus conséquent ~10 pers). Ce matin là, nous croiserons du monde, que ce soit des groupes de trek (en partie en sens inverse de nous) ou des caravanes de locaux avec lamas ou chevaux.
Vers 13h, nous atteignons Pacchanta, dernière étape du trek et village sans doute le plus développé/étendu du trek, même si les hospedaje trekkers et l’emplacement camping semble être fixé autour des eaux thermales locales (2 piscines cette fois-ci ;-). Suite à discussion avec l’arriereo, nous nous sommes mis d’accord pour déjeuner à Pacchanta (et je ne sais pas si c’est la faim ou autre chose, mais sur la fin, il semblait pressé d’arriver …).

Comme le premier jour, peu après être arrivé, la pluie et la grêle nous ait tombé dessus (enfin sur la maison, petite pensée pour les trekkers encore dehors …)

Pas tellement plus d’activité ici que les autres jours et malgré la taille du village, le « confort » des hospedaje est basic (voir même moins que la première nuit dans mon cas) mais suffisant. La fin du trek s’annonce sur route (mais non-goudronnée). Il semble même possible de prendre un bus (pas tous les jours) ou une moto-taxi pour revenir à Tinki (pour 20-25 soles semble-t-il).

J5

Comme demandé, nous partirons tôt pour ce dernier jour aussi. Malgré un trajet relativement petit, je souhaitais pouvoir attraper le bus Tinki – Cusco et ensuite pouvoir enchaîner avec le bus pour Lima et ce premier bus étant assez irrégulier, prendre un peu d’avance/marge.

Comme annoncé, toute la marche ou presque se fait sur route avec pas mal de passage de moto taxi. Pas trop de vue sur l’Ausangate sur ce trajet et un temps plutôt couvert (trop tôt ? ca semblait se dégager ensuite)

Parti vers 6h30, nous somme arrivé autour des 9h à Tinki où j’ai remercié mon arriero et attendu un peu le bus (dixit des locaux, le prochain n’était pas avant 11h-12H … car le bus ne passe à Tinki que s’il y a des passagers pour Tinki) … c’est finalement avec un minibus touristiques qui a déposé ses trekkers et retourne à Cusco en faisant bus local (comme à l’accoutumée au Pérou) que je fais le trajet retour. (avantage: plus rapide et moins d’arrêts que le bus standard) Je suis arrivé vers 13h à Cusco ce qui m’a laissé le temps d’aller faire n peu de toilette et de manger tranquillement avant de prendre le bus pour Lima 🙂

Fin de cette aventure !


Day 4

Same woking up. While breakfeast in preparation, I saw some animals: lot of viscachas (rabbit-like) and a fox.

At 8am, back on trail. As previously, way up but we managed to hit the last pass (Al Jampa / Campa pass, 5000m) early where we caught another trekking group (a lot larger ~10pers). This morning, we met a lot more people: trekking group or caravan of lamas or horses.
Around 1pm, we arrived at Pacchanta, last stop of the trek and village the most developped of the area, even if trekkers hostals and camping location seems to be limited all around the local « hotsprings » (2 swimming-pools now :-). As agreed before with the arriero, this time, we waited to be arrived at Pacchanta for lunch (and I don’t know if he was hungry or else but it seems he was in a hurry to arrive …)

Like the first day, a little time after we arrived, rain and hail fell on us (or on the house … a small thought for trekkers still outside …)

Not much more activity here compared to other days. And even if the village is slightly bigger, hostal comfort stays basic (if not less than 1st night; but at least there was electricity) but sufficient. The end of the trek for tomorrow is an unsealed road, even possible to take a bus back to Tinqui (but not one every day) or a moto-taxi (~20-25 sol it seems).

Day 5

As asked, we left early too for this last part. Even if the road was short, I wished to catch a bus Tinki – Cusco early to chain it with bus Cusco – Lima. Problem, the former has irregular hour, so try to bet with a small margin.

As said previously, whole walk is on road. There is a lot of moto txi moving between Tinqui and Pacchanta. No nice view on Ausangate as the weather was very cloudy (too early in the day? it seems it cleared later)

Left at ~6.30am, we arrived ~9am at Tinqui where I thanked my arriero and wait for the bus. Sadly, from locals, it seems next one was not before 11-12am as the bus stopsat Tinqui only if there is passengers for Tinqui … In the end, it is with a tourist minibus which dropped its trekkers and go back to Cusco as a local bus than I moved. It seems to be classical way of working in Peru. Advantage: faster/less stop than standard bus. Arrived at 1pm in Cusco which let me have time to shower and eat quietly before bus to Lima 🙂

End of this adventure!

(English below)

J3

Altitude ou froid, je continue de me réveiller tôt (vers 5h-5h30 mais rappelons qu’au Pérou, au moins en septembre, les premières lueurs du soleil commencent à ces heures). Vers 6h15 passe un local qui d’après mon arriero se charge de faire payer l’entrée du trek à l’arrière de la montagne (ou du camping) car cela dépendrait d’une communauté différente par rapport à Tinki (10sol d’entrée + 2/cheval). Nous partageons notre petit déjeuner avec lui alors qu’il discute (en quechua) avec mon arriero. Comme je l’observerais par la suite pour la majeure partie des locaux, il est en sandales et pieds nus (à rapprocher du Népal ou du Sri Lanka).

Vers 8h, nous reprenons la route. Comme les jours précédents, les premières une ou deux heures sont un peu plus montée, ensuite plus plat/descente ou vallonnée. Vers 9h30, nous atteignons la passe la plus haute du trek Palomani, 5200m, où ne nous attarderons pas.

Vers 11h, pause déjeuner, cette fois-ci avec tous l’attirail, d’où une pause longue (un peu plus de deux heures) et cuisiner avec la gasinière dans le vent n’est guère facile (et un petit carton comme pare-vent :-). La pause est animée par le passage d’une mama locale avec sa petite fille (et le bébé dans le baluchon à l’arrière) avec qui nous partagerons notre repas et un peu de discussion (enfin limité pour moi, quechua only étant la règle).

Une fois repartir, il nous aura fallu une petite heure pour attendre le camping (l’arriero m’aurait demandé mon avis, j’aurais dit d’atteindre le camping avant le déjeuner)

Comme le jour précédent, il y a un local toilette récent (et même douche, chauffe-eau solaire et panneau électrique solaire) mais celui-ci est fermé (même l’arrivée d’eau ne semble pas fonctionner). Nous ne saurons pas si c’est encore en construction, en maintenance ou autre.


Day 3

Altitude or cold, I continue to wake up early (~5-5.30am) but remember than in sept in Peru, dawn starts around those hours. Around 6.15am, a local appeared in our deserted camp. He is asking for the community entrance fee at the back of the mountain (different than Tinqui side): 10 sol + 2sol/cheval. We shared our breakfeast with him and tchat a bit (mostly with my guide as it was quechua only …). As I would find with other locals, he is walking with flip flop like shoes and barefoot (without socks; similar to Nepal or Sri Lanka)

At ~8am, we started walking. As previous days, first one or two hours are up and after plain or down. Around 9.30am, we are at the 2nd pass of the trek, Apachata pass, 4850m, where we didn’t stay long.

At 11am, break lunch. This time, the arriero unpack almost all the cooking stuff (which has made a very long break, ~2h) and cooking with fire in the wind is not easy (even if using bags or paper box as wind shield … 🙂 During the break, we have been visited by a local mum with her girl (and a baby in the back bundle) with we will share our lunch and tchat a bit (continuing quechua only …).

Once back on the trail, we arrived at the camping in less than a hour (I would have been asked, I would have say go to the camping first and lunch after).

Like previous day, there is a toilet building (it seems also shower, solar hot water panel and solar electric panl) but it is closed (even external water tap not working). We will not find a reason (still in construction, maintenance or other).

(English below)

J2

Réveil le matin vers 5h avec l’air frais de la nuit (glagla …) et petit déjeuner tranquille.

Repart sur le trek vers 7h15. Arrivé un peu avant 9h à la première passe du trek (je ne l’aurais pas trop qualifier de pass si ce n’est tous les petits monticules de pierre qui la signalent; Arapa pass, 4800m), puis lagune ensuite.

Vers 11h, une pause snack (avec mon arriero, on s’est mis d’accord pour ne pas sortir la cuisinière ce midi; snack fait sur mes propres réserves).

En fin de matinée, alors que nous approchons du camping, le vent se lève et un petit peu et nous rafraîchit alors que faisons la descente menant à la lagune Jatun Puca cocha, la passe d’Apacheta (4850m) puis la lagune d’Ausangateccocha et au camping à côté auxquels nous arriverons vers 13h.

Comme le jour précédent (et les jours suivants), après-midi repos, un peu de marche autour et dîner tôt. Ce soir-là, le ciel étant un peu plus dégagé, j’en profite pour faire quelques photos étoilées.

Malgré le vent (qui s’est un peu calmé depuis l’après-midi) et le froid sous la tente, je dors bien.


Day 2

Woke up around 5am with night fresh air (cold …) and quiet breakfeast.

Start again the trail ~7.30am. Arrived a bit before 9am at the first pass of the trek, Arapa pass, 4500m and next some lagunas.

Around 11am, a snack lunch break.

At the end of the morning, as we arrived near the camping, the weather started to be windy and freshened us whereas we went down to Lagun Jatun Pucacocha and next Ausangateccocha where is the camping. Arrived around 1pm.

As the day before (et the days after), rest afternoon, walk a bit around and diner early. As the sky was a bit better this night, I tried a few night shots.

Even with the wind and the cold, I managed to sleep correctly under the tent.

(English below)

Préparatifs

Près de Cuzco, je souhaitais faire un trek sympa car la région s’y prête beaucoup: pas l’inca trail (pour cause de quota, de masse touristique et d’inflation des prix et après réflexions, pas aussi inoubliable que ca), Salkhantay me paraissait aussi dans une situation similaire, Choquequirao (‘Berceau en or’ en quechua) et ses ruines archéologiques (et qui fait l’objet d’un projet de restauration franco-péruvien détaillé dans le très beau livre ‘Choquequirao, le mystère des lamas du soleil et le culte aux apus’, ASIN: B001F9EHGS) était un choix possible mais c’est surtour l’Ausangaté (un apu ou montagne sacrée en quechua, haute de 6384m; célébration du ‘El Señor de Qoyllur Ritti’ en juin) qui a retenu mon attention.

D’une durée de 5-6j si on fait la boucle complète (quoique, je pense qu’il est faisable en 3j si on cherche à speeder mais c’était pas mon cas), certains sites le qualifient d’un des 10 meilleurs treks au monde et sans aller jusque là, moi, en tout cas, je l’aurais largement apprécié 🙂

Par contre, étant un peu en dehors des sentiers battus, l’organisation du trek a été un peu difficile. Initialement, comme d’habitude, j’ai cherché des compagnons à mon hôtel, dans mes rencontres ou via les forums Internet mais sans succès. Les agences comme pour le reste de l’Amérique du sud n’aident que peu à la formation de groupe (plus le hasard). Les rares cas où on m’a proposé des groupes étaient plus pour 2-3j (donc passer devant la montagne et pas derrière, ce qui vu du net, semblait beaucoup moins intéressant) et souvent avec des israéliens pour quelque raison que j’ignore (après un peu de googling, il semble que Cusco soit une des destinations classiques des jeunes israéliens après leur service militaire. En tout cas, c’est la première ville que je fait avec si souvent de l’hébreu utilisés pour les affiches … quand c’est pas l’agence de touristes qui vous parle en hébreu).

Au final et après quelques jours de réflexions, je suis allé seul et directement à Tinki pour organiser moi-même mon trek (et éventuellement trouver des compagnons sur place). Depuis la Calle (rue) Tomasa (près de l’hôpital/coliseo), j’ai pris avec difficulté le bus Cusco – Tinki: on m’avait annoncé le jour précédent un bus toutes les heures mais ce jour là, il semble que devant une affluence forte, tous les bus étaient partis avec le premier horaire du matin, soit 3h du mat, ce qui a résulté en un horaire suivant à 9h seulement (Aller-retour ~ 2x3h). Passage rapide à Urcos, Ccatcca et Ocongate avant d’arriver en milieu de journée avec une petite pluie à Tinki. Le trajet est rapide (environ 3h30) avec la mise en service depuis quelques années d’une autoroute (et pas les 5-8h mentionnées le plus souvent sur le web). Sur place, pas trouvé de compagnons, mais j’ai pu me mettre d’accord avec un arriero local (muletier qui prend en charge le transport de l’équipement avec une mule/cheval et la cuisine – et un peu guide aussi) sur un prix raisonnable (et qui rentrait dans la fenêtre des prix donnée par les agences pour des groupes de 2 à 6 pers minimales) incluant cheval et tente (que je n’avais pas pris à Cusco en espérant pouvoir tout faire en refuge comme indiqué sur un des liens ci-dessous), la bouteille de gaz (idem, attention depuis Tinki, seul le format famille est dispo normalement pour 5-6p ~36sol … Cusco pour les versions mini pour 2-3p ~20-30sol), l’accès aux refuges (~5-15sol pou la première et quatrième nuits) et bien sûr la bouffe pour 5j (~100sol). Seul l’entrée (15sol) reste à ma charge. Plutôt satisfait. On prend l’après-midi pour trouver cet arrangement et faire les courses en décidant de partir le lendemain matin.

Pratique:

  • Contrairement à ce que j’avais vu relaté dans un blog post, agences comme arriero (muletier) m’ont dit qu’il fallait obligatoirement la tente pour le faire le trek. Seul la 1ere et 4e nuit peuvent être faites en refuge, sinon, c’est camping. Dans mon cas, électricité seulement disponible à Pachanta (4e nuit). En général à moins d’une heure de marche des campings, on peut trouver des huttes de locaux/bergers mais a priori, peu de guides/arriero y ont accès ou les utilisent;
  • Facilités de toilettes (certains cas douche) disponibles dans les 4 cas, mais pas toujours opérationnelles (pour moi, en sept, 3/4 fermées pour quelque raison que ce soit);
  • Eau: quantité de ruisseaux, à bouillir ou pastilles purifiantes;
  • Téléphone mobile: faible couverture que ce soit à Tinki, un peu sur les chemin Tinki – Upis et Tinki – Pachanta (mais pas dans ces 2 stops) et +/- 20min autour de la 3e pass (J4) sinon rien pour mon opérateur (M.);
  • Directions: le trail est en général bien visible et quelques flèches/kilométrages mais rarement d’indications autres et beaucoup de passages avec de multiples trails donc soit vous avez un guide/arriero, soit vous êtes bien préparé (carte/boussole, gps, …);
  • Agence comme arriero de faire une partie du parcours sur le cheval mais si vous êtes en bonne condition et bien acclimaté, ce n’est vraiment pas nécessaire (sauf si vous voulez faire du cheval :-);
  • Livre, carte ou autre à prévoir pour s’occuper les après-midi repos;
  • Bouillote confort pour chauffer le sac de couchage le soir ;-);
  • Pour préserver ses batteries en condition de froid, les mettre avec soi dans le sac de couchage la nuit;
  • La majeure partie des locaux en montagne parlent uniquement Quechua, donc difficile à aborder sans guide/arriero local;
  • Le guichet d’entrée du trek ne semble pas renseigné, notamment sur l’accès des locaux toilettes partagés. A la fin, j’ai demandé pourquoi 3/4 n’étaient pas opérationnels et aucune info.

Références/liens:

J1

Nous partons vers 7h30 depuis le pont de Tinki où se trouve la caisse pour les droits d’entrée au trek (et où on s’enregistre aussi mais pas de pointage au retour). 2 premières heures pas mal montantes, mais on s’en sort avant de s’arrêter à la maison de mon arriero où il récupert une partie de l’équipement (gasinière, vaisselle, son sac de couchage, …)

Le temps nous fait quelques petites frayeurs avec un petit crachin de temps en temps mais qui ne se transformera en pluie (et même en grêle) que après que nous soyons arrivé à Upis (vers 11h30). On a même eu un peu de tonnerre dans l’après-midi.

L’après-midi repos, un peu de marche autour (mais pas non plus grand chose) et surtour admiré le paysage (lorsque le temps le permettait). Je suis aussi allé profiter des « eaux thermales » locales que je qualifierais plus de piscine chaude :-). Petite taille et température confortable (mais c’est pas un onsen japonais!)

A Upis, il y a 4-5 refuges (privés comme pour Pachanta) et dont, semble-t-il l’accès se fait par le guide ou l’arriero (pas possible d’arriver comme ca et de choisir son refuge). Facilité sommaire: maison avec lit et couvertures, un local qui fait cuisine (mais sans aucun équipement à l’intérieur), toilette/douche partagées entre tous les refuges (mais ce local était fermé le jour où je suis passé), pas d’électricité pour moi.


Preparation

Around Cusco, I wanted to do a nice trek as it seems there is a lot around: not the inca trail (quota, crowded, expensive and in the end not so nice), Salkhantay was looking similar, Choquequirao (‘Gold cradle’ in quechua) and its archeologic ruins (and part of peruvian-french restauration project detailed in the book ‘Choquequirao, le mystère des lamas du soleil et le culte aux apus’, ASIN: B001F9EHGS) was a possible choice but, in the end, it was the Ausangate trek (apu or sacred mountain in quechua, 6384m high, with celebration of ‘El Señor de Qoyllur Ritti’ in june) which I took.

Lasting 5-6 days if you are doing the complete loop, some websites like besthike.com present it as one of the top10 world trek. After, the main thing I will retain, I appreciated a lot the trek.

On the other part, as being off beaten trek, the organisation was a bit more difficult. I started looking for partners at my hostel, meeting or through Internet forums but without success. Travel agencies like for the rest of south america are of little help for that (except random luck). in few cases, I was offered to go with group for 2-3d trek, which means going front of montain and not the full loop behind, which seems a lot less interesting and often with israelis for some unknown reasons (after googling, it seems Cusco is a classic destination of young israelis after military. At least, in my view, it was the first city I visited with so much hebrew everywhere and some tour agencies are speaking hebrew too).

In the end, I went alone directly to Tinki to organize the trek myself. From Calle (street) Tomasa (near hospital/coliseo), I took the bus Cusco – Tinqui: a bit of adventure as I was said there was a bus every hour the day before, but this day, as it seems to have a lot of affluence, all the bus had left at the first hour, 3am … so next one was not before 9am (3h one way x2). After the bus got quickly through Urcos, Ccatcca et Ocongate before arriving in mid-day in Tinqui with a small rain. Road is relatively quick (~3h30) as there is a new sealed road since a few years (which avoided the 5-8h of road that you can find most of the time on the web). There, not found any partners, but I managed for a reasonable price to get an ‘arriero’, a guy who will handles mules or horses to carry equipment, do cooking stuff and minimal guiding. Price was in the range I had from tour agencies with group of 2-6pers if not, a lot more, including horse and tent (which I didn’t rent from Cusco as I was hoping to do the whole trek in refuge as described by one of the link below but it doesn’t seem possible), gaz bottle (Attention, Tinqui has only big ones for 5-6p ~36sol, get it in Cusco for 2-3p ~20-30sol), refuge access (1st and 4th nights) and of course the food for 5d (~100sol). The only extra I have to pay is the entrance fee (15sol). After deciding on price, we bought the food and rest to leave quietly the day after.

Practical:

  • Unlike one of blog post below, agencies and arriero say that it’s mandatory to have a tent to do the trek. Only the 1st and 4th night can be in refuge, else it’s camping. Most of the time, I saw houses at leass than one hours of campings but it seems only locals/sheperd and guide/arriero don’t seem to use them or be able to access them;
  • In my case, I got electricity only on the 4th night at Pacchanta.
  • Toilets building available for the 4 nights but not always operational (for me, this sept, 3 on 4 closed or not functional for unknown reason);
  • Water: lot of rivers/sources. need to boil it or use purifying pills;
  • Mobile phone: limited coverage depending on your operator and terminal, be it in Tinki, a bit on the path Tinki – Upis and Tinki – Pachanta (but not in those place) and around +/- 20min of 3rd pass Campa (J4) else nothing (at least for M. operator);
  • Directions: most of the trail is clearly visible and there is a few arrows/km signs but else not much signboard even where it seems there are multiple trails intersection. So have a guide/arriero or be prepared (compass/map, gps, …);
  • Agencies and arrieros offered to do part of the path on horse, but if you are in good physical condition and with good acclimatization, that’s not really needed … unless you want it;
  • Book or else to keep you busy on resting afternoon;
  • Hot water bag is a nice extra to warm you and the sleeping bag on cold evening 😉
  • As usual with cold, keep your batteries in the sleeping bag at night to preserve their power;
  • Most mountain local people seem to speak only quechua, so difficult to have a tchat without a guide or an arriero.
  • The entrance counter (at the bridge) doesn’t seem to have any information on the trek. Most notably, I asked at the end why 3 on 4 of the toilet buildings (which seem recent) were not functional but they didn’t know.

References/links:

Day 1

Left around 7.30am from Tinki bridge where is the counter to pay for the entrance fee and register for the trek (but no acknowledge when back). Two first hours up and a stop to my arriero’s house to get the last part of trek equipment (gaz stove, cooking stuff, sleeping bags, …)
Weather scared us a bit with some little rain but, on the nice point, it waited that we arrived at Upis (~11h30) refuge to transform in big rain (and hail too). Some thunderstorm too in the afternoon.

Afternoon, mostly for rest and walk a bit around (but not a lot). Mostly enjoying landscape (when not raining) and the local hotsprings (a small warm swimming-pool).

In Upis, there is about 4 refuges (private like Pacchanta) and it seems access is conditioned by the guide/arrierro. It is not possible to arrive and choose your refuge). Basic stuff: bed with blanket, a room for cooking (but without any local equipment), shared toilets/shower between refuges (but it was closed when I was there), no electricity in my refuge.