You are currently browsing the tag archive for the ‘préparatifs’ tag.

Bon, je peux l’avouer, je suis un geek mais aussi un passionné de photo.

Donc, qu’est-ce que j’emporte ?

Photo => appareil photo reflex. quid des objectifs ???
j’ai un Nikon D90 avec 18-200mm. Pas question de prendre un télé (300mm) en plus, trop lourd. Par contre, un 50mm f/1.4, quelques filtres (UV/polarisant), oui. Je complète avec un petit compact d’appoint mode baroudeur (plongée peu profonde, « résistant » aux chocs et au froid), en l’occurrence un Olympus µTough 6020.

Ordinateur => indispensable pour trier les photos, rédiger à chaud les futurs posts.
Pas question de prendre un portable classique. Je pense m’orienter vers un netbook plus léger et moins cher et que je ne regretterais pas s’il passe à la casse. Mon choix, un Samsung N230

iPhone => oui, par contre, je ne penses prendre de SIM que dans les pays où je reste longtemps (version pré-payée pour 1 ou 2 mois). Ailleurs, ce sera wifi seul.
Dans tous les cas, il faut prévoir un fonctionnement correct en mode « offline » comme par exemple utiliser des cartes OpenStreetMap pour la partie GPS (ex: OffMaps/Galileo), acheter les guides électroniques avant (application ou fichier pdf).

En terme de software, voici ma liste d’applications voyage linux/iphone/android qui m’ont semblé intéressantes (mais je n’en ai vraiment testé que très peu …).

En terme de valeur, seul l’appareil photo reflex est important. Je considère que le netbook, surtout dans un mode routard, est un consommable. Je serais content s’il tient 2 ans. Pour l’iPhone, c’est un vieux modèle qui mourra sans doute en cours de voyage. Au cas où, libre à chacun de verrouiller son iPhone en cas de perte/vol (verrouillage automatique, effacement auto après x erreurs de code, service de géolocalisation type « Find my iPhone » de Apple MobileMe mais cela nécessite d’avoir gardé un abonnement 3G).

(English below)

C’est sans doute ce qui peut mettre le plus de temps à arriver à maturité suivant les personnes. A chacun d’examiner les pays connus, ceux qu’on souhaite visiter, les retours des amis, des associations de voyageurs, etc.

Ce processus a aussi l’avantage de nous mettre en « mode voyage » et de renforcer notre détermination à partir.

Dans mon cas, j’ai tout d’abord établi une liste des pays que je souhaitais faire et l’importance que je leur donnais dans le voyage (par la durée du séjour). Ensuite, j’ai recherché les lieux « à voir » indépendamment des pays ainsi que ceux qui pourraient m’intéresser compte-tenu de mes hobbies.
C’est à la suite de cette première étape que j’ai considéré qu’il m’était impossible de tout caser en un an et que j’ai donc décidé de passer à l’étape supérieure: 12 à 24 mois de voyages et ensuite un visa vacances-travail au Canada (PVT) si tout va bien et plus si affinités.

Il est important à mon sens de rappeler qu’un voyage tour du monde est bien plus qu’un voyage. C’est une aventure qui n’a rien à voir avec le voyage des vacances classiques. Il ne s’agit pas de passer tout son temps à faire du farniente ou à l’opposé, à tout le temps courir pour faire le maximum de choses. Faire un tour du monde, c’est prendre son temps, découvrir des lieux, des personnes et des cultures. C’est pour çà qu’un planning de tour du monde sera toujours approximatif: si un lieu nous plaît, on y reste plus longtemps, sinon, on écourte; si on rate son train et que le prochain est dans une semaine, ce n’est pas grave. On en profites pour mieux découvrir le coin.

Cette approche m’a pas mal fait hésiter sur les durées de séjours. Là encore, il y a différentes écoles: ceux qui considèrent qu’il faut rester 3 mois et plus dans un pays pour le « visiter » et les autres. Pour cette (première?) aventure, j’ai opté pour 1-2 mois pour les gros pays en essayant de me garder 1 mois de libre que je répartirais au grès des rencontres. J’ai aussi un peu réduit les durées pour certaines destinations chères.

Deuxième étape, faire coller le parcours aux différentes offres tour du monde des alliances aériennes, c-est-à-dire utilisation des aéroports « hubs » de chaque alliance. Là, on sent que les compressions budgétaires sont passées par là. StarAlliance et Oneworld utilisent la même plate-forme (innosked) qui est loin d’être un modèle de confort. Malheureusement, il n’y a pas vraiment d’agences de compagnie aérienne à même de vous renseigner sur le sujet et les standards téléphoniques sont à la limite d’être des arnaques à mon avis, comme AirFrance qui surfacture l’appel de manière conséquente (et avec un bon délai d’attente) ou British Airways qui demande de payer pour avoir un devis. Au final, seul le standard téléphonique de American Airways (sur les 3 testées) s’est montré courtois, compétent et gratuit.
Avant de les contacter, je vous recommande cependant d’avoir valider en totalité votre parcours. N’hésitez pas à consulter d’autres de sites de réservation de billets d’avion car la plate-forme innosked ne semble pas toujours tout avoir. Vous avez aussi possibilité de passer par une agence en France ou (souvent) en Angleterre.

Dans mon cas, la seule option est Oneworld Explorer du fait du passage de l’île de Pâques. Le billet ne couvrira que la partie au départ d’Amman jusqu’à l’arrivée à Santiago du Chili du fait de la limitation à un an. Pour le reste, je naviguerais à vue.

Il est à noter que si vous êtes un routard « avancé » ou que vous partez en comptant naviguer à vue, il peut être préférable de se passer du billet tdm (voir ce post intéressant, avantages/inconvénients des billets d’avions tdm). De mon côté, j’ai pris l’option billet tdm pour la première partie du voyage (passage île de pâques, nombre de vols) et celle routard pour l’Amérique. Cela me permet de tester les 2 formules.

Une fois cette étape franchie, il faut ajuster son planning tout en sachant qu’il n’a aucune chance d’être respecté :-).

Autre vérification à faire, le climat et les saisons. Sur un à deux ans de voyages, impossible d’avoir une saison parfaite partout, mais finalement, à part la mousson pour le sud-est asiatique, je ne devrais pas tomber si mal. voir saisons [format Excel].

Vous trouverez ci-dessous une carte de mon parcours prévisionnel avec Google Map

[désolé, mais je n’ai pas pu inclure directement cette map en dynamique dans la page à cause des limitations de wordpress.com avec les cartes « avancées »]

Photo Google Map de mon voyage autour du monde

Google maps iconLa carte de mon voyage directement sur Google Maps (si Google ne fait pas des siennes).

Google Earth iconLa même carte d’itinéraire au format KML à lire sous Google Earth.

Vous trouverez ici un modèle de Google Spreadsheet permettant de réaliser la même carte en dynamique. (il suffit d’éditer la feuille de calcul pour rajouter une destination à la carte; les distances et les conditions météorologiques du jour sont indiquées; aide en anglais)

Au final, 28 pays, dont 15 où je prévois de rester un mois ou plus. Je me réserve bien sûr la possibilité d’écourter ou rallonger mon séjour suivant les pays. Effet possible avec la contrainte du billet tdm, écourter les derniers gros pays (Japon, Australie, Nouvelle-Zélande) si je passe vraiment trop de temps dans les pays précédents. Cependant, passer de 6 à 3 semaines sur un pays laisse encore un temps raisonnable pour visiter une partie du pays. La partie Amérique, elle sera très flexible selon mon état d’esprit d’alors, la fatigue/nostalgie, le budget, etc.

— ENGLISH

You will find above, the map of the planned travel (Google Map, Google Earth). It will probably changed during the trip.

Most important step to make this path

  • decide which countries you are interested in, their priorities/duration
  • the kind of travel, with or without Round The World plane ticket
  • if you use RTW ticket, adjust path and use mostly airport hubs
  • check seasons/weather of your travel

C’est ici que le voyage va commencer à prendre corps: savoir où on va aller, comment, avec quels bagages … Il y a beaucoup de choses à voir avant de partir mais avant tout, c’est se libérer l’esprit qui importe et se détacher de toutes les contraintes que nous nous imposons pour vivre un voyage tel qu’on ne l’a jamais fait.

Je vais donc progressivement détailler:

– la création de mon itinéraire

– le choix de mon équipement: au niveau boutique à Paris, il y a principalement l’incontournable « village » du Vieux Campeur et les Decathlon (Wagram ou La Défense pour ce type d’activité).

– le matériel « technologique » que je prends

– les démarches santé et la pharmacie

– l’apprentissage de langues

– les démarches administratives

– préparation du site web

Au final, en dehors de l’itinéraire / aspect voyage, je conseillerais d’anticiper

– les aspects santé, check-up et vaccins.

– le renouvellement et obtention des pièces administratives (passeport, permis de conduire international, tous les 2 à la préfecture / mairie)

Ceux qui voyagent déjà régulièrement et/ou qui ont le temps pourront se faire un voyage « pilote » qui permettent de valider l’équipement en condition routard, comme la pharmacie ou les chaussures. L’ultime conseil de tous les voyageurs, partez léger. Ce sera toujours un meilleur confort de voyage.