You are currently browsing the tag archive for the ‘trek’ tag.

(English below)

Arrivée

Partiellement en auto-stop de Bogota à Duitama, sur ce coup, j’ai réussi à chopper un camion qui allait directement là. Il y avait juste à patienter pendant le chargement au début de la route.
Arrivé en milieu d’après-midi à Duitama après ~6h de route, je me suis donné une heure pour essayer d’avancer encore en auto-stop tout en sachant qu’il était peu probable de faire les 7-8h restantes jusqu’à Cocuy. Plutôt que de rester sur place une nuit, j’ai pris le bus pour arriver à Cocuy au petit matin.

Organisation

Je prévoyais de faire la boucle de la sierra nevada del Cocuy (6j) qu’on m’avait fortement recommandé. Malheureusement, celle-ci passe par des territoires Uwa (tribu indigène) qui ont été fermés aux trekkers en mai. D’après le bureau du parc au village de Cocuy, suite à des désaccords sur l’installation d’un nouvel eco-hostel dans le parc Tayrona (sur la côte nord), les tribus indigènes (qui communiquent beaucoup entre elles en Colombie) ont demandé cette fermeture. Renseignement confirmé plus tard, à Bucaramanga où on m’a dit que la fermeture était définitive et serait officialisé (papier/résolution) vers mi-juillet… [1]
Donc plus de tour de la sierra nevada de cocuy possible 😦
J’ai tout de même quelques guides qui m’ont proposé de faire le tour « sous le manteau ».

Je suis resté 2j au village de Cocuy le temps de trouver des compagnons, un couple de colombien avec qui j’ai fait le trek et avec qui, j’ai regardé le match Argentine – Colombie (qualification pour le mondial => 0-0) dans l’unique bar/café ayant une grande TV (et la 2e mi-temps sur la plaza avec un local qui avait sortie TV, chaine hi-fi, chaises et canapé dehors :-).

Au final, je me suis contenté d’un aperçu du parc en 2.5j en mode refuge (pas de camping) depuis la Laguna La Pintada, vers la Passe de Cusuri (alt 4410m) et le Pan de Azucar (jusqu’à la neige ~4800m, la dernière partie étant en mode escalade, ~5100m au sommet).

Une des caractéristiques du Cocuy est sa végétation … J’avais déjà pu observer un parc similaire à Puracé près de Popayan: « Frailejon » (Espeletia, Libanothamnus, Espeletiopsis) et Colorado (Polylepis quadrijuga). Malheureusement, pas rencontré beaucoup de faune (Apollinar’s wren/Cistothorus apolinari, Andean condors/vultur gryphus, Collared lizard/stenocercus lache, little spotted cat/leopardus tigrinus).

Un commentaire sur les trekkers: Lors de la journée au Pan de Azucar, ce fût un dimanche d’un week-end long (3j Sa-Di-Lu) et beaucoup de colombiens semblent venir ici pour voir la neige. Seulement, beaucoup semblent le faire sans vouloir « apprendre la montagne » ou le trekking. Entre ceux qui commencent tardivement l’ascension (vers 11-12h a priori, là où les trekkers réguliers le font vers 6-7h car les conditions climatiques sont en général plus avantageuses), ceux qui le font sans équipement particulier (pas d’habits froids, chaussures villes, …) et ceux qui ne restent pas un minimum en groupe (en vue…), sans parler du risque de mal des montagnes (c’est un point sur lequel l’Amérique Latine insiste très peu en trek au contraire du Népal et de la HRA/Hymalayan Rescue Association). Pendant la descente sur le plateau près du sommet (vers 4500m d’altitude), on a croisé une fille d’environ 14 ans qui était resté seule comme la dernière de son groupe, sans eau ni nourriture… C’est une ascension/marche de quelques heures mais tout de même!
C’est ce qui m’a été expliqué par un local. Finalement, pas tant que ca de gringos, mais beaucoup de colombiens en période de vacances (plus encore, la semaine sainte).

J1

De Cocuy (alt ~2800m), lechero à Alto de la Cueva/Viveros del PNN, ~2h

Marche jusqu’à la Laguna La Pintada / refuge (~3900m), ~2h

Marche vers Cusuri Pass (4410m) ~2-3h

J2

Marche au Pan de Azucar
Refuge – El Hotelito ~ 1-1h30
El Hotelito – début plateau (ascension dans les rochers) ~ 30-60min
début plateau – limite neige Pan de Azucar/Pulpito del diablo ~ 30min

J3

walk back to Alto de la Cueva ~2h

Lechero back to village vers 7h30 et 4h pour le retour à Cocuy en faisant plein d’arrêts lait.

Pratique

Depuis Bogota, le trajet passe par Duitama et Cocuy. Pour Bucaramanga, il est probablement meilleur de redescendre jusqu’à Tunra/Duitama et remonter ensuite (ou passer par Soata et Malaga – 2 changements et de la petite route de montagne … guère confortable pour une nuit).
Au bureau du parc de Cocuy, on vous fournira une carte du parc en anglais ou en espagnol. Pas de profil de trek cependant (distance/altitude).

Le Lechero ou camion de lait est le seul moyen de transport « public » (=prix modeste) sur la partie ouest du parc. 2 trajets font une partie du parc: un fait Cocuy – Alto de la Cueva/Viveros del PNN – Cocuy. Un autre fait la boucle Cocuy-vivero-Hacienda Ritacuba-Guican. Il y a priori 3-4 autres lecheros mais sur des routes non-relatives au parc. Départ aux environs de 6-7h du matin, environ 2h pour faire Cocuy – Alto de la Cueva (10kCOP) et 4h pour en revenir suivant le nombre d’arrêts… (5kCOP, erreur ou non?) Remarque importante, le lechero va jusqu’à la dernière cabane à lait avant Alto de la Cueva, il ne poursuit que s’il y a suffisamment de monde: nous étions 5 à aller jusqu’au vivero, initialement, il nous a demandé 20kCOP, ramené à 12 après négociation.

Équipement: beaucoup de guide font de la location de matériel ici. moins facile si vous ne prenez pas de guide et il n’y a aucune boutique pour acheter. A noter, à Bogota, les prix que j’ai constaté pour le matériel de trek étaient 2-3 fois plus qu’en Europe et parfois plus… Pour le sac de couchage, un -5°C est conseillé.
Prix types à Cocuy: bolsa+colchoneta 12k/d, carpa (RAI 1p) ~27-30k/d, estufas 8k/d (sans bouteille)

Les cabanas (seulement côté ouest du parc): la plupart ont l’électricité, une cuisine (pas forcément accessible aux clients) et certaines ont même Internet via le kiosque gouvernemental compartel.gov.co utilisant Linux (2kCOP/h contre 1800 à Cocuy et 1000 à Bogota; pas de Wifi). Si en cabanas, pas besoin de sac de couchage. Douche froide (théoriquement eau chaude possible mais…)
L’hébergement en cabane est relativement cher: 30-35kCOP le lit avec douche partagée ou privée, mais pas forcément loin si on doit louer le matériel de camping, l’emplacement de camping est à 7kCOP. Les repas aussi ~15kCOP. Cela s’explique particulièrement pour les cabanes les plus « avancées » dans le parc: l’approvisionnement passe par jeep privé (~80kCOP jusqu’à 6p) jusqu’à un certain point et ensuite cheval/mules. Mais il semble que le parc compte étendre l’interdiction de chevals sur certains accès ce qui risque de faire monter les prix.

Tours: on m’a proposé 6j le tour (interdit) de la sierra à 350$ avec équipement et nourriture, d’autres ont fait: 600kCOP (~330$) pour 5j jusqu’à la laguna Grand Plaza et le cerro de la Plaza.

La réception mobile est limitée mais Claro/comcell a la meilleure couverture (par ex, marche à la limite de la neige du Pan de Azucar, le couple colombien avec moi a testé ;-).


Arrival

I managed only to do half of the road hitchhiking from Bogota to Duitama. Got a truck who did loading near Bogota and went straight to Duitama after. Arrived there after ~6h road, I tried to hitchhike a bit more but too late in the afternoon, especially as there was 7-8h more to Cocuy. As I didn’t want to stay a night there, I took a night bus to Cocuy.

Organisation

I was planning to make the loop of the sierra nevada del Cocuy (6d) which I was strongly recommended. Sadly, it goes through Uwa territories (indigenous) which were closed to trekkers in May. From the park office in the village, it is following some disagreement in another park/community in Tayrona park about the creation of a new eco-hotel (north coast). Indigenous communities seems to communicate a lot between themselves in Colombia. This information was confirmed later to me by Bucaramanga’s office which said that this closing was permanent and would be officialized around mid-july… [1]
So no full loop possible for sierra nevada del Cocuy 😦
I still met few guides who offered me to do it against park rules.

I stayed 2d in Cocuy village to find companions, in the end, a colombian couple. We spend before an evening watching the football match Argentina – Colombia (for the mondial => 0-0) in the only bar/cofee with a big TV (and the second par on the central plaza with a local who got his TV+hifi outside of his house with couch and chairs :-).
In the end, I only did a quick 2.5d in the park with refuge (no camping) fromla Laguna La Pintada, to Cusuri Pass (alt 4410m) and to Pan de Azucar (up to snow ~4800m. the last part being climbing, ~5100m au sommet).

One of the special feature of Cocuy is the flora… I had already seen something similar in the park Puracé near Popayan: « Frailejon » (Espeletia, Libanothamnus, Espeletiopsis) et Colorado (Polylepis quadrijuga). Sadly, not met a lot of fauna (Apollinar’s wren/Cistothorus apolinari, Andean condors/vultur gryphus, Collared lizard/stenocercus lache, little spotted cat/leopardus tigrinus).

A comment on trekkers: During the day to the Pan de Azucar, it was a sunday of a long week-end (3d Sa-Su-Mo) and a lot of colombians seems to came here to see snow. Good. But, many want to do it without « learning mountain » or trekking. You met people who start late (~11-12am, when you are almost down, because regular trekkers start around 6-7pm for better climate conditions usually), people who go at 4500m high without any equipment/city clothes or shoes and the one who don’t stick in view to keep group safe and probably most knowing nothing about Altitude Mountain Sickness or AMS (That’s something where latin america is pretty lacking, no HRA/Hymalayan Rescue Association like in Nepal to improve awareness). During our way down, we met a 14y old girl or around who was slowly walking alone, last of her group without water or food… It’s only a few hours of walk but still!
All of this was explained to me by a local.
In the end, we didn’t met that many gringos/foreigners. mostly colombians in vacation (and more during semana santa it seems).

D1

From Cocuy (alt ~2800m), lechero to Alto de la Cueva/Viveros del PNN, ~2h
Walk to Laguna La Pintada / refuge (~3900m), ~2h
Walk to Cusuri Pass (4410m) ~2-3h

D2

Walk to Pan de Azucar:
Refuge – El Hotelito ~ 1-1h30
El Hotelito – way up to mostly plain rock (rock path) ~ 30-60min
plain rock – snow limit Pan de Azucar/Pulpito del diablo ~ 30min

D3

Walk back to Alto de la Cueva ~2h
Lechero back to village around 7h30 and 4h to go back to village with a lot of stops for milk.

Informations

From Bogota, bus road goes through Duitama. For Bucaramanga, probably better to get down to Duitama/Tunja and up through main raid instead of going through small mountain road and Soata/Malaga (2 bus switchs which is not very confortable especially if doing by night).

At Park office in Cocuy, you can get a park map either in english, either in spanish. No trekking profile (distance/altitude).

The lechero or milk truck is the only « public » transport (= »budget price ») on west part of the park. Two routes go through park. First one does Cocuy – Alto de la Cueva/Viveros del PNN – Cocuy. Second is looping Cocuy-vivero-Hacienda Ritacuba-Guican. It seems there is 3-4 other lecheros but on routes outside of the park. Departure schedule is about 6-7am every day depending where you start and after 2h from Cocuy to Alto de la Cueva (10kCOP) and 4h to come back depending on the number of stops… (5kCOP, erreur ou non?) Important notice, the lechero is going to the last milk farm before Alto de la Cueva. After, it goes only if enough people: we were 5 to go to vivero at the time, asked first 20kCOP changed to 12 after negotiation.

Equipement: a lot of guide are renting here. Less easy if you are not taking guide. No shops to buy. Note than at Bogota, prices I seen for trekking stuff where about twice/three times the one in Europe, sometimes more…
For sleeping bag, it is advised to take one for -5°C
Typical prices at Cocuy: bolsa+colchoneta(sleeping bag+mattress) 12k/d, carpa/tent (RAI 1p) ~27-30k/d, estufas/stove 8k/d (w/o bottle)

Refuges/cabanas (only on west side of the park): Most have electricity, a kitchen (not always usable by customers) and some also have Internet through governmental kiosk compartel.gov.co using Linux (2kCOP/h against 1800 in Cocuy and 1000 in Bogota). If in refuge, no need for sleeping bag. Shower is cold (possible in theory, hot water, but…)
Refuge are relatively pricy: 30-35kCOP for a bed with shared or private shower but it’s not that much more if you are renting camping equipment. If you are camping, it’s 7kCOP. Meals ~15kCOP. Prices are easily explained especially for refuges further in the park: deliveries are done by private jeep (~80kCOP up to 6p) to the end of the road and after horses/mules. But it seems that the park will extend the area where horses/mules are forbidden, so prices may go up more.

Tours: I was offered the 6d loop tour (forbidden) of the sierra for 350$ with equipement and food, others had for 600kCOP (~330$) 5d to laguna Grand Plaza and climbing cerro de la Plaza.

As usual, mobile phone coverage is very limited but Claro/comcell has the best one (for ex, working at snow limit of Pan de Azucar, tested by the colombian couple who was with me ;-).


Liens/links

Trek map

Map

Blogs

(English below)

Arrivée

Bus Quito – Latacunga, ~1h30

Informations pratiques

Altitude: 2800 – 3900m
Des cartes sommaires avec indications sont disponibles chez certains hotels du trek ou à Latacunga. Les hôtels du trek sont chambre(ou dortoir dans le cas où disponible) ET repas, vu qu’en général, les villages n’ont que peu de chose à disposition (en particulier, 1 ou 2 petites boutiques à Isinlivi). A Isinlivi et Quilotoa, l’alimentation en eau était limitée par moment (ca fait plaisir quand on aimerait bien pouvoir prendre une douche) avec une réserve pour la consommation alimentaire. Très peu de signalisation, un peu (quelques petits piquet rouge) entre Guayama et Quilotoa et donc facile de se perdre (donc ne pas hésiter à revenir en arrière et à demander régulièrement son chemin; et les bus ne sont pas forcément dans la même direction …)

Ca semble bien souffler en journée et à Quilotoa en particulier, il faisait bien frais/froid.

J1

Bus Latacunga – Sigchos (~2.5h)

marche Sigchos – Isinlivi ~3.5h, altitude 2800m – 2900m (mais pic au milieu), essentiellement route de campagne.

à Isinlivi, j’ai assister à de (tardives) festivités pour la fête des rois: petit défilé, musique et danse.

J2

Isinlivi – (village Itualo, Chinalo) – Chunglichan – (Guayama) Quilotoa ~ 5h x2, altitude 2900m – 3150m – 3900m.

partie sentier, partie route, longe rivière
journée dure vu que j’ai fait du deux en un … la combinaison Sigchos – Insinlivi – Chungchilan en une journée aurait peut-être préférable et les facilités d’hébergement semble meilleure à Chungchilan (village plus grand et facilités même meilleure que Quilotoa a priori).

J3

Ayant déjà fait une partie du tour du cratère la veille et ayant encore les genous un peu fatigué, je me suis contenté de la descente à l’intérieur du cratère (~1h x2). Il est possible de faire du kayak dans le lac mais quand je suis passé cela semblé fermé (seulement le we?).

Retour à Quito dans l’après-midi (bus Quilotoa – Latacunga ~2h15, Latacunga – Quito ~1h30)


Practical Informations

Altitude: 2800 – 3900m
Basic maps with indications are available in some hostels of the trek. Most trek hostels are doing accomodation AND meals as shops are not always available or limited (aka Isinlivi). At Isinlivi and Quilotoa, water was limited when I was there. still some storage for cooking but once had to skip the shower … Very little signboard even if the trails is not that complicated but many intersections. You have a few little red wood pick between Guayama and Quilotao. So in all in all, it’s easy to get lost. Don’t hesitate to go back or regularly ask your track … and bus have multiple routes so ask them, don’t follow blindly.

Weather can be very fresh and windy especially in Quilotoa.

D1

Bus Latacunga – Sigchos (~2.5h)

Walk Sigchos – Isinlivi ~3.5h, altitude 2800m – 2900m (but goes higher in the middle), mostly country road.

D2

Isinlivi – (village Itualo, Chinalo) – Chunglichan – (Guayama) Quilotoa ~ 5h x2, altitude 2900m – 3150m – 3900m.
Mix of dirt path, road along river most of times. It has been a long day as I did 2 days in one … The Sigchos – Insinlivi – Chungchilan in 1d could have been better and accomodation facilities seems better in Chungchilan (a bit bigger village, could be even be more than Quilotoa)

D3

As I did part of the tour around the crater when I arrived, I only went down to the crater/lake (~1h x2). It seems possible to do kayaking but no one when I was there.
Back to Quito in the afternoon (bus Quilotoa – Latacunga ~2h15, Latacunga – Quito ~1h30)


Liens/links

(English below)

Jour 3

7h30 go
découvre rapidement les conséquences de l’avalanche de début d’année (fév/mars 2012, grosse avalanche due à de fortes pluies, passage dégagé seulement depuis juillet/août suite au travail *manuel* des arrieros avec une aide financière du gouvernement; l’avalanche est allée jusqu’à Cashapampa – fin du trail mais heureusement, est passé à côté de la ville)

Notre guide nous explique aussi que le matin, les arrieros échangent dans la mesure du possible les mules entre eux pour faire en sorte de les faire revenir à leur point d’origine (c’est clair, qu’autant l’arriero peut prendre le bus, autant les mules, …)

14h10 campement. repos, thé, tchat, dîner

Jour 4

7h départ et ~9h arrivée Cashapampa. repos, bière de fin de trek.
taxi Cashapampa – Caraz puis combi Caraz – Huaraz où nous arrivons vers 12h30.

Fin du trek!


Day 3

Left 7.30am. On this part of the trail, we discoverd the consequence of Feb/Mar 2012 avalanche (which was cause by big rains; trail was cleared in jul/aug by manual work of the arrieros with some financial help of the government; The avalanche went as far as Cashapampa – end of trail…).
~2.10pm camping.

Day 4

Left 7am and ~9am Cashapampa: rest, beer for the end of trek.
Next taxi Cashapampa – Caraz and combi Caraz – Huaraz.

End of trek!

(English below)

Jour 2

7h30 go
~11h début ultime montée, le temps vire à la pluie et à la neige … A 13h11, le sommet où nous ne ferons qu’un passage rapide (rien à voir … brume / pluie / neige).

Vers 14h, le temps se dégage et nous pouvons admirer les montagnes et lagunes environnantes tout en poursuivant notre descente.

~16h campement. thé, repos, tchat, quelques moustiques à 4200m (mais c’est pas possible …)
diner, briefing pour ceux qui font le trek en 3j et ceux en 4j (séparation lendemain matin tôt pour faire une grosse journée de ~8h au lieu de 6+2h). Gros coup de pluie en soirée/nuit (bien pire que celui du sommet …)


Day 2

Left ~7.30am. ~11am start last way up to Punta Union and weather started to go rain/snow.
1.11pm top quickly as there was nothing to see (full fog / rain / snow).
~2pm, weather started to clear and we could enjoy the landscape as going down to the camping where we arrived ~4pm.

(English below)

Préparation

Initialement, je souhaitais faire le trek de Huyahuash mais celui-ci fait dans sa version complète 12j ce qui représentait une durée trop longue par rapport au moment où j’étais à Huaraz.

Après moult hésitation, cette fois-ci, je suis parti avec une agence et un groupe (encore raisonnable) de 6p au total plus le guide et un arriero (avec 3 mules) pour 4 jours.

Pratique: trek camping 4jours/3nuits (possible en 3j/2n – les 2 derniers jours groupés en 1), pas d’électricité, pas de toilette en dure (toilette tente; il y a des « restes » de toilettes en dur mais d’après mon guide, les touristes s’étant comporté comme des porcs, le parc a abandonné à ce jour leur maintenance …), couverture téléphonie mobile minimale (suivant opérateur et terminal)

Jour 1

Point de rendez-vous à 6h à l’agence: dépose du gros sac à dos, chargement du reste dans le bus (qui comme pour la Laguna69 fait le transport des 2 groupes de trekkers – Laguna69 et Santa Cruz), récupération des autres trekkers à leurs hôtels. Vers 7h on quitte Huaraz.

8h: arrêt ~30min pour petit déjeuner à Yungay, puis vers 9h30 à l’entrée du Parc Huascaran (entrée pour ceux qui ne l’ont pas encore, enregistrement, et déclaration juridique de responsabilité pour le trek)
~10h30: dépose les trekkers pour la Laguna69
« Petite » pause avant 12h pour admirer le panorama avant la passe de Portochuelo, qui se transformera en une réparation de roue d’environ 1h …

Finalement vers 13h, nous arrivons à Vaqueria. Déchargement, distribution d’un lunch bag confortable (2 sandwiches, bananes, cookies/snack/bonbons).

A 13h30, début du trail petite descente et petite remontée … temps correcte mais avec une légère pluie.
17h30 arrivée au campement. repos, thé, diner, brief pour demain et punta union: chemin montée, plat, montée, plat, montée zig-zag to top.


Preparation

Initially, I wante to do the Huyahuash trek but the complete trail is about 12d which was too long compared to my constraints of this time.
After a lot of hesitation, I went to the Santa Cruz trek and this time, with an agency and a group (6p … still acceptable) plus one guide and one arriero (3 mules) for 4 days.

Practical: 4days/3 nights (can be done in 3d/2n by grouping the last 2d … 2d would be possible if you are in very good condition and acclimatized), no electricity, no « hard » toilets (only toilet tent; there is some « ruins » of hard toilets but my guide said that tourists not behaved well so the park administration gave up on their maintenance … hope they will resume it some day), mobile phone coverage limited (depending on provider and terminal).

Day 1

Meeting point at the agency at 6am: deposit of big bag, loading the rest in bus (common bus for Laguna69 trekkers and Santa Cruz), get other trekkers from hostel. Around 7am, leaving Huaraz.
8am: half hour stop for breakfeast at Yungay and around 9.30am at the entrance of Huascaran park (pay entrance fee, register and sign legal agreement of responsability)

~10h30: drop trekkers for Laguna69.
~12am: « small » break for the panoramic view a bit before Portochuelo pass but went 1h break as there was some mechanical/wheel problem …
In the end, around 1am, we arrived in Vaqueria, get our comfortable lunch bag and start the trail at 1.30am.
~5.30am camping


Liens // links:

(English below)

J4

Réveil similaire. Alors que le petit déjeuner était en préparation, vu quelques animaux: beaucoup de viscachas (sorte de lapin à queue d’écureil) et un renard.

Vers 8h, reprise du trek. Comme précédemment début montée, mais on atteint la dernière passe (Al Jampa / Campa pass, 5000m) assez tôt où nous y rejoignons un autre groupe de trek (beaucoup plus conséquent ~10 pers). Ce matin là, nous croiserons du monde, que ce soit des groupes de trek (en partie en sens inverse de nous) ou des caravanes de locaux avec lamas ou chevaux.
Vers 13h, nous atteignons Pacchanta, dernière étape du trek et village sans doute le plus développé/étendu du trek, même si les hospedaje trekkers et l’emplacement camping semble être fixé autour des eaux thermales locales (2 piscines cette fois-ci ;-). Suite à discussion avec l’arriereo, nous nous sommes mis d’accord pour déjeuner à Pacchanta (et je ne sais pas si c’est la faim ou autre chose, mais sur la fin, il semblait pressé d’arriver …).

Comme le premier jour, peu après être arrivé, la pluie et la grêle nous ait tombé dessus (enfin sur la maison, petite pensée pour les trekkers encore dehors …)

Pas tellement plus d’activité ici que les autres jours et malgré la taille du village, le « confort » des hospedaje est basic (voir même moins que la première nuit dans mon cas) mais suffisant. La fin du trek s’annonce sur route (mais non-goudronnée). Il semble même possible de prendre un bus (pas tous les jours) ou une moto-taxi pour revenir à Tinki (pour 20-25 soles semble-t-il).

J5

Comme demandé, nous partirons tôt pour ce dernier jour aussi. Malgré un trajet relativement petit, je souhaitais pouvoir attraper le bus Tinki – Cusco et ensuite pouvoir enchaîner avec le bus pour Lima et ce premier bus étant assez irrégulier, prendre un peu d’avance/marge.

Comme annoncé, toute la marche ou presque se fait sur route avec pas mal de passage de moto taxi. Pas trop de vue sur l’Ausangate sur ce trajet et un temps plutôt couvert (trop tôt ? ca semblait se dégager ensuite)

Parti vers 6h30, nous somme arrivé autour des 9h à Tinki où j’ai remercié mon arriero et attendu un peu le bus (dixit des locaux, le prochain n’était pas avant 11h-12H … car le bus ne passe à Tinki que s’il y a des passagers pour Tinki) … c’est finalement avec un minibus touristiques qui a déposé ses trekkers et retourne à Cusco en faisant bus local (comme à l’accoutumée au Pérou) que je fais le trajet retour. (avantage: plus rapide et moins d’arrêts que le bus standard) Je suis arrivé vers 13h à Cusco ce qui m’a laissé le temps d’aller faire n peu de toilette et de manger tranquillement avant de prendre le bus pour Lima 🙂

Fin de cette aventure !


Day 4

Same woking up. While breakfeast in preparation, I saw some animals: lot of viscachas (rabbit-like) and a fox.

At 8am, back on trail. As previously, way up but we managed to hit the last pass (Al Jampa / Campa pass, 5000m) early where we caught another trekking group (a lot larger ~10pers). This morning, we met a lot more people: trekking group or caravan of lamas or horses.
Around 1pm, we arrived at Pacchanta, last stop of the trek and village the most developped of the area, even if trekkers hostals and camping location seems to be limited all around the local « hotsprings » (2 swimming-pools now :-). As agreed before with the arriero, this time, we waited to be arrived at Pacchanta for lunch (and I don’t know if he was hungry or else but it seems he was in a hurry to arrive …)

Like the first day, a little time after we arrived, rain and hail fell on us (or on the house … a small thought for trekkers still outside …)

Not much more activity here compared to other days. And even if the village is slightly bigger, hostal comfort stays basic (if not less than 1st night; but at least there was electricity) but sufficient. The end of the trek for tomorrow is an unsealed road, even possible to take a bus back to Tinqui (but not one every day) or a moto-taxi (~20-25 sol it seems).

Day 5

As asked, we left early too for this last part. Even if the road was short, I wished to catch a bus Tinki – Cusco early to chain it with bus Cusco – Lima. Problem, the former has irregular hour, so try to bet with a small margin.

As said previously, whole walk is on road. There is a lot of moto txi moving between Tinqui and Pacchanta. No nice view on Ausangate as the weather was very cloudy (too early in the day? it seems it cleared later)

Left at ~6.30am, we arrived ~9am at Tinqui where I thanked my arriero and wait for the bus. Sadly, from locals, it seems next one was not before 11-12am as the bus stopsat Tinqui only if there is passengers for Tinqui … In the end, it is with a tourist minibus which dropped its trekkers and go back to Cusco as a local bus than I moved. It seems to be classical way of working in Peru. Advantage: faster/less stop than standard bus. Arrived at 1pm in Cusco which let me have time to shower and eat quietly before bus to Lima 🙂

End of this adventure!

(English below)

J3

Altitude ou froid, je continue de me réveiller tôt (vers 5h-5h30 mais rappelons qu’au Pérou, au moins en septembre, les premières lueurs du soleil commencent à ces heures). Vers 6h15 passe un local qui d’après mon arriero se charge de faire payer l’entrée du trek à l’arrière de la montagne (ou du camping) car cela dépendrait d’une communauté différente par rapport à Tinki (10sol d’entrée + 2/cheval). Nous partageons notre petit déjeuner avec lui alors qu’il discute (en quechua) avec mon arriero. Comme je l’observerais par la suite pour la majeure partie des locaux, il est en sandales et pieds nus (à rapprocher du Népal ou du Sri Lanka).

Vers 8h, nous reprenons la route. Comme les jours précédents, les premières une ou deux heures sont un peu plus montée, ensuite plus plat/descente ou vallonnée. Vers 9h30, nous atteignons la passe la plus haute du trek Palomani, 5200m, où ne nous attarderons pas.

Vers 11h, pause déjeuner, cette fois-ci avec tous l’attirail, d’où une pause longue (un peu plus de deux heures) et cuisiner avec la gasinière dans le vent n’est guère facile (et un petit carton comme pare-vent :-). La pause est animée par le passage d’une mama locale avec sa petite fille (et le bébé dans le baluchon à l’arrière) avec qui nous partagerons notre repas et un peu de discussion (enfin limité pour moi, quechua only étant la règle).

Une fois repartir, il nous aura fallu une petite heure pour attendre le camping (l’arriero m’aurait demandé mon avis, j’aurais dit d’atteindre le camping avant le déjeuner)

Comme le jour précédent, il y a un local toilette récent (et même douche, chauffe-eau solaire et panneau électrique solaire) mais celui-ci est fermé (même l’arrivée d’eau ne semble pas fonctionner). Nous ne saurons pas si c’est encore en construction, en maintenance ou autre.


Day 3

Altitude or cold, I continue to wake up early (~5-5.30am) but remember than in sept in Peru, dawn starts around those hours. Around 6.15am, a local appeared in our deserted camp. He is asking for the community entrance fee at the back of the mountain (different than Tinqui side): 10 sol + 2sol/cheval. We shared our breakfeast with him and tchat a bit (mostly with my guide as it was quechua only …). As I would find with other locals, he is walking with flip flop like shoes and barefoot (without socks; similar to Nepal or Sri Lanka)

At ~8am, we started walking. As previous days, first one or two hours are up and after plain or down. Around 9.30am, we are at the 2nd pass of the trek, Apachata pass, 4850m, where we didn’t stay long.

At 11am, break lunch. This time, the arriero unpack almost all the cooking stuff (which has made a very long break, ~2h) and cooking with fire in the wind is not easy (even if using bags or paper box as wind shield … 🙂 During the break, we have been visited by a local mum with her girl (and a baby in the back bundle) with we will share our lunch and tchat a bit (continuing quechua only …).

Once back on the trail, we arrived at the camping in less than a hour (I would have been asked, I would have say go to the camping first and lunch after).

Like previous day, there is a toilet building (it seems also shower, solar hot water panel and solar electric panl) but it is closed (even external water tap not working). We will not find a reason (still in construction, maintenance or other).

(English below)

J2

Réveil le matin vers 5h avec l’air frais de la nuit (glagla …) et petit déjeuner tranquille.

Repart sur le trek vers 7h15. Arrivé un peu avant 9h à la première passe du trek (je ne l’aurais pas trop qualifier de pass si ce n’est tous les petits monticules de pierre qui la signalent; Arapa pass, 4800m), puis lagune ensuite.

Vers 11h, une pause snack (avec mon arriero, on s’est mis d’accord pour ne pas sortir la cuisinière ce midi; snack fait sur mes propres réserves).

En fin de matinée, alors que nous approchons du camping, le vent se lève et un petit peu et nous rafraîchit alors que faisons la descente menant à la lagune Jatun Puca cocha, la passe d’Apacheta (4850m) puis la lagune d’Ausangateccocha et au camping à côté auxquels nous arriverons vers 13h.

Comme le jour précédent (et les jours suivants), après-midi repos, un peu de marche autour et dîner tôt. Ce soir-là, le ciel étant un peu plus dégagé, j’en profite pour faire quelques photos étoilées.

Malgré le vent (qui s’est un peu calmé depuis l’après-midi) et le froid sous la tente, je dors bien.


Day 2

Woke up around 5am with night fresh air (cold …) and quiet breakfeast.

Start again the trail ~7.30am. Arrived a bit before 9am at the first pass of the trek, Arapa pass, 4500m and next some lagunas.

Around 11am, a snack lunch break.

At the end of the morning, as we arrived near the camping, the weather started to be windy and freshened us whereas we went down to Lagun Jatun Pucacocha and next Ausangateccocha where is the camping. Arrived around 1pm.

As the day before (et the days after), rest afternoon, walk a bit around and diner early. As the sky was a bit better this night, I tried a few night shots.

Even with the wind and the cold, I managed to sleep correctly under the tent.

(English below)

Préparatifs

Près de Cuzco, je souhaitais faire un trek sympa car la région s’y prête beaucoup: pas l’inca trail (pour cause de quota, de masse touristique et d’inflation des prix et après réflexions, pas aussi inoubliable que ca), Salkhantay me paraissait aussi dans une situation similaire, Choquequirao (‘Berceau en or’ en quechua) et ses ruines archéologiques (et qui fait l’objet d’un projet de restauration franco-péruvien détaillé dans le très beau livre ‘Choquequirao, le mystère des lamas du soleil et le culte aux apus’, ASIN: B001F9EHGS) était un choix possible mais c’est surtour l’Ausangaté (un apu ou montagne sacrée en quechua, haute de 6384m; célébration du ‘El Señor de Qoyllur Ritti’ en juin) qui a retenu mon attention.

D’une durée de 5-6j si on fait la boucle complète (quoique, je pense qu’il est faisable en 3j si on cherche à speeder mais c’était pas mon cas), certains sites le qualifient d’un des 10 meilleurs treks au monde et sans aller jusque là, moi, en tout cas, je l’aurais largement apprécié 🙂

Par contre, étant un peu en dehors des sentiers battus, l’organisation du trek a été un peu difficile. Initialement, comme d’habitude, j’ai cherché des compagnons à mon hôtel, dans mes rencontres ou via les forums Internet mais sans succès. Les agences comme pour le reste de l’Amérique du sud n’aident que peu à la formation de groupe (plus le hasard). Les rares cas où on m’a proposé des groupes étaient plus pour 2-3j (donc passer devant la montagne et pas derrière, ce qui vu du net, semblait beaucoup moins intéressant) et souvent avec des israéliens pour quelque raison que j’ignore (après un peu de googling, il semble que Cusco soit une des destinations classiques des jeunes israéliens après leur service militaire. En tout cas, c’est la première ville que je fait avec si souvent de l’hébreu utilisés pour les affiches … quand c’est pas l’agence de touristes qui vous parle en hébreu).

Au final et après quelques jours de réflexions, je suis allé seul et directement à Tinki pour organiser moi-même mon trek (et éventuellement trouver des compagnons sur place). Depuis la Calle (rue) Tomasa (près de l’hôpital/coliseo), j’ai pris avec difficulté le bus Cusco – Tinki: on m’avait annoncé le jour précédent un bus toutes les heures mais ce jour là, il semble que devant une affluence forte, tous les bus étaient partis avec le premier horaire du matin, soit 3h du mat, ce qui a résulté en un horaire suivant à 9h seulement (Aller-retour ~ 2x3h). Passage rapide à Urcos, Ccatcca et Ocongate avant d’arriver en milieu de journée avec une petite pluie à Tinki. Le trajet est rapide (environ 3h30) avec la mise en service depuis quelques années d’une autoroute (et pas les 5-8h mentionnées le plus souvent sur le web). Sur place, pas trouvé de compagnons, mais j’ai pu me mettre d’accord avec un arriero local (muletier qui prend en charge le transport de l’équipement avec une mule/cheval et la cuisine – et un peu guide aussi) sur un prix raisonnable (et qui rentrait dans la fenêtre des prix donnée par les agences pour des groupes de 2 à 6 pers minimales) incluant cheval et tente (que je n’avais pas pris à Cusco en espérant pouvoir tout faire en refuge comme indiqué sur un des liens ci-dessous), la bouteille de gaz (idem, attention depuis Tinki, seul le format famille est dispo normalement pour 5-6p ~36sol … Cusco pour les versions mini pour 2-3p ~20-30sol), l’accès aux refuges (~5-15sol pou la première et quatrième nuits) et bien sûr la bouffe pour 5j (~100sol). Seul l’entrée (15sol) reste à ma charge. Plutôt satisfait. On prend l’après-midi pour trouver cet arrangement et faire les courses en décidant de partir le lendemain matin.

Pratique:

  • Contrairement à ce que j’avais vu relaté dans un blog post, agences comme arriero (muletier) m’ont dit qu’il fallait obligatoirement la tente pour le faire le trek. Seul la 1ere et 4e nuit peuvent être faites en refuge, sinon, c’est camping. Dans mon cas, électricité seulement disponible à Pachanta (4e nuit). En général à moins d’une heure de marche des campings, on peut trouver des huttes de locaux/bergers mais a priori, peu de guides/arriero y ont accès ou les utilisent;
  • Facilités de toilettes (certains cas douche) disponibles dans les 4 cas, mais pas toujours opérationnelles (pour moi, en sept, 3/4 fermées pour quelque raison que ce soit);
  • Eau: quantité de ruisseaux, à bouillir ou pastilles purifiantes;
  • Téléphone mobile: faible couverture que ce soit à Tinki, un peu sur les chemin Tinki – Upis et Tinki – Pachanta (mais pas dans ces 2 stops) et +/- 20min autour de la 3e pass (J4) sinon rien pour mon opérateur (M.);
  • Directions: le trail est en général bien visible et quelques flèches/kilométrages mais rarement d’indications autres et beaucoup de passages avec de multiples trails donc soit vous avez un guide/arriero, soit vous êtes bien préparé (carte/boussole, gps, …);
  • Agence comme arriero de faire une partie du parcours sur le cheval mais si vous êtes en bonne condition et bien acclimaté, ce n’est vraiment pas nécessaire (sauf si vous voulez faire du cheval :-);
  • Livre, carte ou autre à prévoir pour s’occuper les après-midi repos;
  • Bouillote confort pour chauffer le sac de couchage le soir ;-);
  • Pour préserver ses batteries en condition de froid, les mettre avec soi dans le sac de couchage la nuit;
  • La majeure partie des locaux en montagne parlent uniquement Quechua, donc difficile à aborder sans guide/arriero local;
  • Le guichet d’entrée du trek ne semble pas renseigné, notamment sur l’accès des locaux toilettes partagés. A la fin, j’ai demandé pourquoi 3/4 n’étaient pas opérationnels et aucune info.

Références/liens:

J1

Nous partons vers 7h30 depuis le pont de Tinki où se trouve la caisse pour les droits d’entrée au trek (et où on s’enregistre aussi mais pas de pointage au retour). 2 premières heures pas mal montantes, mais on s’en sort avant de s’arrêter à la maison de mon arriero où il récupert une partie de l’équipement (gasinière, vaisselle, son sac de couchage, …)

Le temps nous fait quelques petites frayeurs avec un petit crachin de temps en temps mais qui ne se transformera en pluie (et même en grêle) que après que nous soyons arrivé à Upis (vers 11h30). On a même eu un peu de tonnerre dans l’après-midi.

L’après-midi repos, un peu de marche autour (mais pas non plus grand chose) et surtour admiré le paysage (lorsque le temps le permettait). Je suis aussi allé profiter des « eaux thermales » locales que je qualifierais plus de piscine chaude :-). Petite taille et température confortable (mais c’est pas un onsen japonais!)

A Upis, il y a 4-5 refuges (privés comme pour Pachanta) et dont, semble-t-il l’accès se fait par le guide ou l’arriero (pas possible d’arriver comme ca et de choisir son refuge). Facilité sommaire: maison avec lit et couvertures, un local qui fait cuisine (mais sans aucun équipement à l’intérieur), toilette/douche partagées entre tous les refuges (mais ce local était fermé le jour où je suis passé), pas d’électricité pour moi.


Preparation

Around Cusco, I wanted to do a nice trek as it seems there is a lot around: not the inca trail (quota, crowded, expensive and in the end not so nice), Salkhantay was looking similar, Choquequirao (‘Gold cradle’ in quechua) and its archeologic ruins (and part of peruvian-french restauration project detailed in the book ‘Choquequirao, le mystère des lamas du soleil et le culte aux apus’, ASIN: B001F9EHGS) was a possible choice but, in the end, it was the Ausangate trek (apu or sacred mountain in quechua, 6384m high, with celebration of ‘El Señor de Qoyllur Ritti’ in june) which I took.

Lasting 5-6 days if you are doing the complete loop, some websites like besthike.com present it as one of the top10 world trek. After, the main thing I will retain, I appreciated a lot the trek.

On the other part, as being off beaten trek, the organisation was a bit more difficult. I started looking for partners at my hostel, meeting or through Internet forums but without success. Travel agencies like for the rest of south america are of little help for that (except random luck). in few cases, I was offered to go with group for 2-3d trek, which means going front of montain and not the full loop behind, which seems a lot less interesting and often with israelis for some unknown reasons (after googling, it seems Cusco is a classic destination of young israelis after military. At least, in my view, it was the first city I visited with so much hebrew everywhere and some tour agencies are speaking hebrew too).

In the end, I went alone directly to Tinki to organize the trek myself. From Calle (street) Tomasa (near hospital/coliseo), I took the bus Cusco – Tinqui: a bit of adventure as I was said there was a bus every hour the day before, but this day, as it seems to have a lot of affluence, all the bus had left at the first hour, 3am … so next one was not before 9am (3h one way x2). After the bus got quickly through Urcos, Ccatcca et Ocongate before arriving in mid-day in Tinqui with a small rain. Road is relatively quick (~3h30) as there is a new sealed road since a few years (which avoided the 5-8h of road that you can find most of the time on the web). There, not found any partners, but I managed for a reasonable price to get an ‘arriero’, a guy who will handles mules or horses to carry equipment, do cooking stuff and minimal guiding. Price was in the range I had from tour agencies with group of 2-6pers if not, a lot more, including horse and tent (which I didn’t rent from Cusco as I was hoping to do the whole trek in refuge as described by one of the link below but it doesn’t seem possible), gaz bottle (Attention, Tinqui has only big ones for 5-6p ~36sol, get it in Cusco for 2-3p ~20-30sol), refuge access (1st and 4th nights) and of course the food for 5d (~100sol). The only extra I have to pay is the entrance fee (15sol). After deciding on price, we bought the food and rest to leave quietly the day after.

Practical:

  • Unlike one of blog post below, agencies and arriero say that it’s mandatory to have a tent to do the trek. Only the 1st and 4th night can be in refuge, else it’s camping. Most of the time, I saw houses at leass than one hours of campings but it seems only locals/sheperd and guide/arriero don’t seem to use them or be able to access them;
  • In my case, I got electricity only on the 4th night at Pacchanta.
  • Toilets building available for the 4 nights but not always operational (for me, this sept, 3 on 4 closed or not functional for unknown reason);
  • Water: lot of rivers/sources. need to boil it or use purifying pills;
  • Mobile phone: limited coverage depending on your operator and terminal, be it in Tinki, a bit on the path Tinki – Upis and Tinki – Pachanta (but not in those place) and around +/- 20min of 3rd pass Campa (J4) else nothing (at least for M. operator);
  • Directions: most of the trail is clearly visible and there is a few arrows/km signs but else not much signboard even where it seems there are multiple trails intersection. So have a guide/arriero or be prepared (compass/map, gps, …);
  • Agencies and arrieros offered to do part of the path on horse, but if you are in good physical condition and with good acclimatization, that’s not really needed … unless you want it;
  • Book or else to keep you busy on resting afternoon;
  • Hot water bag is a nice extra to warm you and the sleeping bag on cold evening 😉
  • As usual with cold, keep your batteries in the sleeping bag at night to preserve their power;
  • Most mountain local people seem to speak only quechua, so difficult to have a tchat without a guide or an arriero.
  • The entrance counter (at the bridge) doesn’t seem to have any information on the trek. Most notably, I asked at the end why 3 on 4 of the toilet buildings (which seem recent) were not functional but they didn’t know.

References/links:

Day 1

Left around 7.30am from Tinki bridge where is the counter to pay for the entrance fee and register for the trek (but no acknowledge when back). Two first hours up and a stop to my arriero’s house to get the last part of trek equipment (gaz stove, cooking stuff, sleeping bags, …)
Weather scared us a bit with some little rain but, on the nice point, it waited that we arrived at Upis (~11h30) refuge to transform in big rain (and hail too). Some thunderstorm too in the afternoon.

Afternoon, mostly for rest and walk a bit around (but not a lot). Mostly enjoying landscape (when not raining) and the local hotsprings (a small warm swimming-pool).

In Upis, there is about 4 refuges (private like Pacchanta) and it seems access is conditioned by the guide/arrierro. It is not possible to arrive and choose your refuge). Basic stuff: bed with blanket, a room for cooking (but without any local equipment), shared toilets/shower between refuges (but it was closed when I was there), no electricity in my refuge.

(English below)

J3

Comme souvent pour les ascensions, on commence tôt la remontée. De manière à éviter la foule des groupes (annoncé vers 5h), je suis parti vers 4h. Ca monte bien, pas simple mais à priori, moins demandant que si on l’avait fait dans l’autre sens. zig-zag, quelques tentatives de photos du lever de soleil mais pas génial. Arrivé au sommet vers 7h (un peu moins de 3h de montée).

On rajoute 15-30min pour atteindre la place du village où sont les bus et là encore, horaires un peu réduits, zut pas de bus avant 9h, ca veut dire aussi faire le mirador cruz del condor avec des masses de touristes … Je décide d’aller à Pinchollo et d’essayer de faire la marche vers les geysers del Inferno qui m’a été conseillé par les gens d’autocolca.

Arrivé à Pinchollo, 2 choses un peu dommages:

  • Visiblement les hospedaje locales ne fonctionnent pas et comme souvent en Amérique du sud, y a rien pour informer. Les 2 près de la plaza étaient fermées. dixit locaux, quelqu’un revient à 15h mais vu personne. finalement c’est une boutique de la plaza qui m’a dit faire aussi hospedaje (mais sans aucun signe extérieur) qui m’a donné le gîte et le couvert (le village faisant passablement mort);
  • J’ai tenté la marche des geysers. Comme pour le canyon de colca, pas beaucoup de directions/signalisations, mais beaucoup moins de locaux à qui demandé/vérifier son chemin … c’est aussi plus compliqué quand chaque local vous donne un temps différent … de 1h30 à 5h, ca fait un peu trop de variations … au final après 2h de marche, j’ai rebroussé chemin ne voyant rien venir et ayant commencé le trail un peu trop tard, je risquais le retour de nuit dans le cas des 5h, sans compter le temps qui semblait tourner à l’orage.

Au final, retour à Pinchollo, et repos.

J4

Dernière étape avant de revenir à Arequipa, attraper le premier bus du matin (vers 5-6h, suivant vers 8-9h) pour le mirador Cruz del Condor et observé des condors … arrivé à 6h au mirador avec les gens d’autocolca et tous les locaux qui installent leur échoppe, j’ai le temps de repérer les lieux tranquillement, repéré les promontoirs proches où sont susceptibles de s’arrêter des condors.

Vers 6h40, premier condor et pas mal d’autres, ensuite. J’en verrais jusqu’à 9 avant 8h et l’arrivée progressive de mers de touristes … qui entre 8 et 10h n’en verront que deux 🙂 gnark gnark …. c’est bon d’être off beaten track (devil).

Vers 10h, j’attrape le bus (de 9h30 …) et retour à Arequipa (~5h).


Day 3

As usual for big way up, you start early to avoid being cooked by the sun. Most groups leave at 5am, I left at 4am. Good way up but presented as less demanding than the walk in reverse way. Arrived a bit before 7am at top.

15-30min later, I am on Cabanaconde main plaza from where leave bus. Sadly next bus is at 9am which means crowded mirador cruz del condor. I decided to go to Pinchollo and try the walk to the geysers del Inferno which was advised to me by autocolca people.

In Pinchollo, 2 kind of bad things:

  • It seems the local hostals re not working and as usual for south america, there is nothing to inform/explain. The two one near the plaza were closed. As said by some other locals, there is one where somebody will be back around 3pm but in the end, saw nobody. At last, it’s a shop of the plaza which offers me to stay at the hostal/shop (which haven’t got any external sign of an hostal) and eat there (the rest of the village was quiet dead …);
  • I tried to go to the geisers. As for Colca canyon, not much of signboards, but a lot less of local people to ask/check your path. It’s also a lot more complicate when the few locals you met gave you very different timing for the walk … from 1h30 to 5h 1-way, it was really too much. After 2h walk, I went back as I didn’t see any end to the trail and as I started late which would have forced me to do the way back at night if the path was really long (and the weather was starting to go bad too).

J4

Last stop before being back in Arequipa, catch the first morning bus (around 5-6am, next 8-9am) for the mirador Cruz del Condor to watch those impressive birds … arrived at 6am at the mirador with autocolca guy and all locals who installed small shops, I can check the area and the places where condors could rest.

Around 6.40am, first condor and a lot more after. I saw up to 9 condors before 8am and progressive arrival of tons of tourists … who saw only 2 condors between 8am and 10am. gnark gnark …. it’s good to be off beaten track (devil ;-).

At 10am, took the 9.30am bus and back to Arequipa (~5h).