You are currently browsing the tag archive for the ‘volontariat’ tag.

(English below)

Arrivée

Depuis Vancouver, bus/ferry/bus à Nanaimo puis Campbell River.

Visite

  • Centre-ville, waterfront,

  • Elk falls, Moose Falls,

  • Volontariat pour réparer un bateau: essentiellement bricolage, peinture, déménagement, perçage,…

Insolite, preuve que je suis revenu dans un pays « moderne »/occidentalisé: family zombie run, une course d’obstacle avec zombies sur le parcours [zombieescape5k][campbell river mirror]… 🙂


Arrival

From Vancouver, bus/ferry/bus to Nanaimo and next Campbell River

Visit

  • downtown,
  • Elk falls, Moose Falls,
  • Volunteering to help some repairs on a bot: mostly handyman stuff like painting/moving/drilling.

A reminder, I’m back in a western/ »modern » world: a family zombie run event 🙂 [zombieescape5k][campbell river mirror]

(English below)

Je suis resté un peu plus de 2 semaines à Ocotepeque au Nord-ouest du Honduras pour donner des cours d’anglais principalement (tous les jours) et français (1/semaine).
C’est un challenge intéressant et motivant mais pas facile. Je n’ai pas d’expérience ou diplômes en tant que professeur régulier mais comme souvent en dehors des pays occidentaux, ce n’est pas nécessaire.

L’école a des classes d’environ 4 à 15 ans correspondant à pre-K/Kindergarten jusqu’au 10th grade pour environ une centaine d’élèves.
J’ai été principalement assigné sur les classes de pre-K/K (très difficile, essentiellement peinture/coloriage) et preparatory (un peu mieux) pour l’anglais et à tous niveaux pour le Français. C’est un ajout récent dû à un précédent volontaire québécois et poursuivi par un anglais parlant français.

La discipline est un problème sans doute banal pour les professeurs mais c’est très différent je pense de la plupart des classes « occidentalisés ». Ici le niveau de tolérance est notablement plus élevé (difficile de faire autrement que d’accepter un peu de bruit) sans toutefois se priver de sortir un élément trop turbulent ou de l’envoyer chez le directeur.
Fait aussi une fois, avec un autre volontaire, une classe d’anglais pour les professeurs de la campagne environnante. Constat, comme pour les élèves, niveau très variés et peu disciplinés.

En terme de support, les classes d’anglais (au moins en K+preparatory) ici utilise ‘Pearson longman pockets‘ qui est le guide de programme, même s’il est conseillé d’avoir de temps en temps des classes plus libres (chansons, jeux, présentations, films, …).
En Malaisie, j’avais croisé une personne qui faisait du « fun teaching » avec les enfants en bas age: objectif apprendre une cinquantaine de mots basiques essentiellement avec du mime à des enfants quelque soit leur age. Ca pourrait être coupler à l’apprentissage de quelques bases en langues des signes.

Clairement, il faut un investissement de plus longue durée pour sentir un changement et c’est pour cela que la majorité des volontaires ici sont là pour 6-12 mois (4 autres personnes lors de mon passage).
Ensuite, comme pour n’importe quel volontariat, il y a le risque de sombrer dans la routine et d’accepter les problèmes comme des états de fait. Mais cela n’est pas propre au volontariat. Comme dans un emploi payé, la personne et le contexte local rendent les changements plus ou moins compliqués et motivants.


New volunteering time: I stayed a bit more than 2 weeks in Ocotepeque, north-west of Honduras, near Guatemala and El Salvador border to give lessons in English (every day) and French (once a week).
It’s an interesting and motivating challenge, even if not easy (especially with lower classes). I have no experience or diploma as a regular teacher but as common, it’s not necessary outside of western country.

The school has many classes from 4 to 15 years old corresponding to pre-K/Kindergarten to 10th grade and about a hundred students.
I was assigned on pre-K/K class (very difficult, mostly painting/coloring) and preparatory (a bit better) for English and all level for French (normal). French classes are a recent addition from a previous volunteer from Quebec and currently continued by a French-speaking english.

Discipline is probably the most common problem for teachers of any classe but I think it’s different here than in most western classes. Tolerence level seems higher and it’s difficult not to accepted a bit of noise, even if, from time to time, you get someone out of class or send him to the director.
Strangely, with another volunteer, we animated a class for English teachers of the countryside around Ocotepeque and it was the same than with children: various level and little discipline.

As for the book, most english classes were using ‘Pearson longman pockets‘ as the guide of the year, even if if is advised from time to time to have some « free » classes (songs, games, slideshow, films, …). In Malaysia, I met someone who was doing « fun teaching » with small children. Objective: learn about fifty basic words essentially mimicking them. It could be an enjoyable way to learn any language and also basics of sign language.

Clearly, an investment of longer time is needed to feel change and that’s why most volunteers are here for 6 to 12 months (4 other persons when I was there).
But else, as for any volunteer, there is risk of falling in day-to-day activity and accept problems without changing them. Basic problem of all life 🙂 Depending on people and context, change is more or less complicate and motivating.


Liens/Links

Nueva Ocotepeque private school: My Little Red House.

Grade equivalence FR/UK/US (Pre-K/K = 4-5y, 1st = ~6y, 5th = ~10y, 10th = ~15y)
http://www.frenchentree.com/fe-education/displayarticle.asp?id=17202

Question type pour ce volontariat?

  • quel support de cours/livre? ou sans?
  • examen régulier? note présence/comportement? quelle notation? (sur 100, sur 20, A/B/C/D, …)
  • quels matériels dispo? conseillé d’apporter (marqueur, player audio+hautparleur, …)
  • dons école? (livres, ballons, stickers, …)
  • objectifs de niveau?

Book: How to teach English, Jeremy Harmer, Oxford Seminar (ISBN 0582297966)

Educational software
Gcompris, 2-10y (pre-K – 5th grade) http://gcompris.net/-en-
Geogebra (Math, level?) http://www.geogebra.org/
TuxPaint, TuxTyping, TuxMath, … http://tux4kids.alioth.debian.org/
GNU Solfege/music
Open Source Physics http://www.opensourcephysics.org/

Offline wikipedia
http://www.kiwix.org/

For old computers, general recommendation for cleaning

  • uninstall all unused app, check no virus, clear cache/old files (cccleaner), defragment harddisk, disable windows fancy effects (System > Advanced options) (more on lifehacker [1])
  • Best case if permanent/long-time staff skilled enough, re-installed and eventually switch to Linux (give a try with LiveDVD – use it without installing)

Others

Flashcards

Fun teaching (not tested)

Films/Chansons pour apprendre

(English below)

Ci-dessous, quelques liens d’outils ou ressources qui peuvent être utile dans le cadre d’un volontariat. Je soulignerais en particulier Kiwix qui est un jeune projet qui permet de mettre à disposition offline (déconnecté d’Internet) un wiki, principalement wikipedia. très utile dans les zones sans connexion ou limitée.


Below, some tools and ressources which could be useful in volunteering. I want to highlight Kiwix, a young project which allows to have a wiki available offline, mostly wikipedia for now which is essential in areas with no or limited Internet.


Liens / links

Outils interessants / Interesting tools

Disaster prevention awareness:

Premiers secours / First aid: pas trouvé de contenu synthétique et téléchargeables à destination des adultes ou enfants à ce sujet (beaucoup d’applis smartphone mais sinon … le mieux, wikibooks/wikiversity): online, la croix rouge

Eco Farm / sustainable development

(English below)

Parmi, les projets en attente de la ferme, c’est celui qui a retenu mon attention. Je ne l’ai cependant commencé qu’à mon second passage car je voulais pouvoir faire quelques recherches Internet sur le sujet et l’accès de la ferme est (très) lent (clé mobile 3G).

Il y  a de très nombreuses ressources sur le sujet en ligne [1] que ce soit anglais ou français, mais je voudrais juste préciser quelques points/adaptations faites dans le cadre de la ferme et que je n’ai soit pas trouvé en ligne, soit pas ou peu mis en valeur:

  • Rassembler les outils et matériels nécessaire: comme dit précédemment, pas/peu d’achats. Principale question, où trouver de la terre type argileuse? champs, bords de route, bords du fleuve => au final, pris celle du bord du fleuve, qui semble de la terre argileuse un peu sableuse et adaptée au projet et sans déchets végétaux.  Éventuellement,  il y a la possibilité de se renseigner auprès des associations (agriculteurs, géologie, …) ou parcs pour savoir la composition de la terre. Une autre volontaire avec une expérience des constructions en terre me parlait du « soil shake test » (terre + eau dans une bouteille, agiter, laisser reposer et observer la séparation en couches). Finalement, abandonner l’idée d’acheter du sable ou des briques supplémentaires: on a recyclé des briques disponibles à la ferme (de tailles inégales) et se contenter d’un peu de sable de construction en stock et du sable déjà dans la terre prélevée;
  • Discussion design: le pré-requis était de pouvoir ré-utiliser les plateaux du four à pain (gaz) déjà disponible à la ferme. Les fondations se font en dur (briques+terre) et ensuite un four à une couche et non pas 3 (plus facile et rapide à réaliser, ainsi qu’à sécher). La préparation terre-sable doit avoir un ration de l’ordre de 3-4 pour 1 (3 ou 4 parts de sable pour 1 de terre). La hauteur de porte doit être environ 63% de la hauteur totale de manière à permettre une bonne évacuation de la fumée mais aussi une bonne conservation de la chaleur;
  • Rassembler la main d’oeuvre: là coup de chance, au moment de la réalisation, on était 4 pour avancer plus rapidement;
  • Construction: placement des briques avec un peu de terre/eau entre chaque couche, bambou centrale et ficelle pour avoir une forme cercle/ovale suffisamment grande, préparation de la terre (mode pieds / vendange vin), remplissage de la base avec gravas/rochers, terre, couche isolation: bouteille verre + terre/feuilles de bananiers sacs, terre-paille, puis terre-sable comme base du four.

La construction s’est terminée sans moi, sur la partie finale mais de toute façon, le temps de séchage annoncé en ligne est d’une à trois semaines par couche, donc, de toute façon, je n’aurais pas pu faire la première fournée de pain ou pizza du four en terre 😉

Au final, en terme de temps, la construction elle-même ne prend que quelques jours. C’est plus la préparation et le temps de séchage qui sont contraignants.


Among the pending projects of the farm, the mud oven was the one to retain my attention. However, I only started it at my second stay, as I wanted to have time to check Internet ressources and the Internet access of the farm was (very) slow (mobile 3G usb key).

There are many online ressources [1] in english or french but I want to precise some points/adaptations done for the farm and not found/emphasized elsewhere:

  • Gather tools and materials: as said in previous posts, nearly nothing bought. First thing, where to find clay-tipe earth? fields, road-side, river-side => in the end, river-side without vegetation inside. If you want to do more precise check, you can ask local structures (farmers, geologist, national parks, …) to know soil composition. Another volunteer also mentioned « soil shake test » (some earth and water in a bottle, shake, wait and observe). Finally, we gave up on buying sand or extra bricks: re-used local bricks of the farms (with various sizes) and used a bit of construction sand in stock and the  one already inside the clay from the river;
  • Design: The requirement was to re-use the big plates of the existing bread gaz oven. Fundation is in bricks and earth. The oven is one-layer type and not three (easyer and faster to build and a lot faster to dry). For the cob mix, there is a ratio of 3 or 4 for to 1 (3-4 parts of sand with 1 of mud). Door height must be ~63% of height of the oven;
  • Volunteers: a bit of luck. Were 4 volunteers to start the construction;
  • Construction: bricks positioning with some cob between each layer, central bamboo and rope to adjust size/form (circle/oval), cob mix (with feets like for wine preparation), filling with rocks/earth, mud, insulation layer with glass bottles and cob with dryed banana leaves, mud-straw layer and after mud-sand for the base of the oven.

The building ended without me, but I couldn’t have stay until the first cook as most online ressources say that drying time is between 1 to 3 weeks per laying depending on weather conditions. So, whatever, I will have missed the first mud oven pizza 😉

As for the timeline of the project, the construction in itself can be done in a few days. It’s more the preparation (design, materials) and drying time which make things a lot longer (weeks).


Liens / links

Four en terre / Mud oven:

(English)

(French)

(English below)

Arrivée

Je suis passé à 2 reprises ici:

  • Depuis Cali via bus à Pereira, puis Pereira – Cartago, et taxi à la ferme (de nuit),
  • Depuis Medellin, essentiellement auto-stop de Medellin à Pereira puis bus (pour cause de nuit tombée).

Visite

Premier « micro-volontariat » dans une éco-yoga ferme [1] … tout un programme disait un ami ;-). Peu de monde lors de mon arrivée (1-2pers constituent l’équipe permanente et avec moi, 2 autres volontaires les premiers jours).
Les journées se découpent pour moitié entre les activités de la ferme et le temps libre/repos.

  • découverte de la petite ferme: bâtiment, temple, potager, culture d’arbres fruitiers diverses,
  • activités d’entretien de la ferme: potager désherbage/plantation/arrosage, cuisine/vaisselle, …
  • activités projets type: cartographie de la ferme (mieux vaut le papier ici … les photos satellites de Google Earth/satellite ici dante de 1969 et sont d’une précision très faible), amélioration de la signalisation interne/externe à la ferme, construction four en boue, amélioration du compostage, abri/extension maison, toilettes sèches, ateliers pour les enfants/jeunes des alentours (qui viennent souvent à la ferme: anglais, voyage, sensibilisation premiers secours/catastrophes naturelles) …

Comme souvent, parmi les problèmes qu’on peut rencontrer:

  • recours quasi-permanent au système D. loin de la collection d’outils ou d’équipements qu’on peut avoir chez soi. La récupération de matérielle est récurrente et il est ici hors de questions d’acheter à chaque fois qu’il y a un nouveau besoin. (genre, couper les mauvaises herbes à la machette … 😉
  • la dispersion. Il faut bien sûr alterner entre tâches motivantes (type projet) et celle un peu moins (type maintenance) mais il y a risque de commencer trop de choses et de n’en finir aucune.

L’ambiance est détendue, pour ne pas dire familiale et très influencé Inde. J’apprécie à nouveau les repas végétariens qui font le quotidien de la ferme, en partie avec les produits de la ferme. Khrisna, qui gère la ferme, regrette tout de même qu’il soit très dur de trouver des semences organiques/naturelles qui éviteraient un coût et une dépendance à des multinationales sans parler des problèmes de santé publiques/OGM, etc. Chaque après-midi, 1h-1h30 de yoga dans le temple de la ferme.

Régulièrement, des soirées rencontres/musiques avec les habitants des environs ou des visiteurs de passage sont organisés au gré d’un « Hare Krishna« .


A mon second passage, et avec un peu de recherche sur Internet, j’ai commencé avec d’autres volontaires le projet de four en terre (autre post).

Un jour, nous avons eu aussi droit aux merveilles (ou horreurs selon le point de vue) de la nature et une couleuvre en train d’avoir son repas.


Arrival

I went here twice from:

  • Cali with bus to Pereira, and after Pereira – Cartago, and at last, a taxi to the farm (night),
  • Medellin, hitchhiking to Pereira and after bus because of the night.

Visit

First « micro-volunteering » in an ecoyoga farm [1] … Not a lot of people at the beginning: permanent staff is 1-2 pers and the first week, we were between 1-3 volunteers.
Days are halved between farm activities and free time/rest.

  • discovery of the farm: building, temple, kitchen garden, fruits trees,
  • maintenance activities: kitchen garden, cooking, cleaning…
  • project activities: farm mapping, improvement on inside/outside label/indications of the farm, mud oven building, composting improvement, dry toilets building, kitchen shelter extension (in bamboo), children workshop (many kids of around regularly visit the farm)…

As usual, some common problems you can met:

  • regular/permanent use of system D. Far of the collection of tools you can have at home, here recycling stuff is key and avoiding buying stuff.
  • dispersion. You need to alternate between motivating activities (projects) and less motivating one but not too muche. Else you start too many stuff and finish nothing.

Atmosphere is relaxed, if not family-like and with a lot of India influence. I enjoyed the vegetarian meals, partly made with products of the farm. Khrisna who handled the farm, still regrets that it is very had to find organic/natural seeds which would avoid a cost and dependency to big multinational and without speaking of health problem/OGM. Each afternoon, 1-1h30 of yoga in the temple of the farm.

Regularly, there are also meeting/ceremony in music with local inhabitants or visitors with the mantra « Hare Krishna« .

At my second time and with a bit of research on Internet and with help of other volunteers, we manage to start the mud oven building (see other post).


Liens / links